DANS LA PEAU DE MO­ZART

Le Journal de Montreal - Weekend - - THÉÂTRE -

Be­noît McGin­nis va in­ter­pré­ter le rôle de Mo­zart, dans Ama­deus, ce prin­temps. Il a ac­cep­té de ré­pondre à nos ques­tions.

Comment vous êtes-vous pré­pa­ré à cam­per le rôle de Mo­zart ?

C'est sûr que la vi­sion qu'ont les gens du per­son­nage, tous les do­cu­ments qui existent sur ce per­son­nage his­to­rique et le film ba­sé sur la pièce qui a eu un gros suc­cès, ça ajoute à la pres­sion. Dans ma pré­pa­ra­tion, j'ai lu des livres sur l'his­toire de Mo­zart avant de me plon­ger dans le texte de la pièce pour me faire ma propre idée sur lui. Mais, à un mo­ment don­né, je me suis dit qu'il fal­lait que j'ar­rête et que je me concentre sur la pièce que j'avais à jouer !

Est-ce que toutes ces bonnes cri­tiques à votre égard vous donnent plus de confiance lorsque vous pas­sez une au­di­tion ?

Non, je suis vrai­ment in­ti­mi­dé aux au­di­tions, c'est en­core une épreuve. Mais la confiance que je peux avoir ne vien­drait pas de ce que les gens disent ou écrivent sur moi, même si ça fait plai­sir, mais plu­tôt du fait que je joue beau­coup et dans des choses bien dif­fé­rentes. Quand tu tra­vailles beau­coup, que tu fais des lec­tures de textes, des ré­pé­ti­tions, des tour­nages, ta ma­chine est vrai­ment al­lu­mée. Donc tu ar­rives en au­di­tion et tu es comme sur une lan­cée, prêt à mon­trer ce dont tu es ca­pable.

Comment est-ce de jouer avec Mi­chel Du­mont ?

C'est la pre­mière fois qu'on tra­vaille en­semble Mi­chel et moi, et je trouve qu'on a une très belle re­la­tion. J'ad­mire beau­coup ce qu'il fait, et j'ap­pré­cie de voir un ac­teur comme lui en ré­pé­ti­tion. Il est d'une force et d'une as­su­rance in­croyables... Au dé­but, j'étais in­ti­mi­dé, mais c'est tel­le­ment ins­pi­rant de tra­vailler avec lui, sur­tout avec ces grosses scènes de confron­ta­tion qu'on a.

Qu’est-ce que vous croyez pou­voir of­frir aux jeunes qui par­ti­ci­pe­ront à l'ac­ti­vi­té fa­mi­liale Mo­zart, of­ferte à la Place des Arts ?

De McGin­nis à

Les jeunes se posent beau­coup de ques­tions sur le mé­tier d'ac­teur. Cer­tains ont le goût de ce mé­tier, d'autres sont juste cu­rieux. En me pré­pa­rant de­vant eux, je vais leur ex­pli­quer comment j'ai tra­vaillé mon per­son­nage. Ils vont pou­voir me po­ser des ques­tions sur mon par­cours d'ac­teur aus­si. C'est bien de leur par­ler des vraies af­faires, de mon­trer comment ça fonc­tionne en ré­pé­ti­tion et que ce n'est pas tou­jours fa­cile...

Y a-t-il une ex­pé­rience que vous rê­vez de vivre en tant qu'ac­teur d'ici les dix pro­chaines an­nées ?

Je te di­rais que j'avais le dé­sir de faire du ci­né­ma dans un rôle un peu trash, désaxé, étrange, un fu­cké... dif­fé­rent, donc, de ce que je fais ha­bi­tuel­le­ment. Avec Le Ban­quet, avec ce per­son­nage de ba­veux qu'on ne sait pas comment prendre, je peux dire que je l'ai fait ! Mais il y a de la place pour bien d'autres choses en­core. Je rêve de faire un pro­jet où je pour­rais chan­ter, par exemple ! Mais en fait, je suis bien ou­vert à toutes les pro­po­si­tions ! Ama­deus, Théâtre Jean-Du­ceppe, Jus­qu’au 6 juin.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.