Entre MYS­TÈRE et con­tro­verse

ROME | La zone tam­pon peut être mince dans cette ville éter­nelle entre deux par­ties qui sont en guerre, le Va­ti­can et - dans le lan­gage hol­ly­woo­dien - « ceux qui vous ont fait connaître Da Vin­ci Code ».

Le Journal de Montreal - Weekend - - ACTUALITÉS - Jim Slotek Sun Me­dia

La ba­si­lique Sainte-Marie-des-Anges-et-desMar­tyrs est si­tuée dans la Piaz­za Del­la Re­pub­bli­ca, aux cô­tés de l’hô­tel St. Regis, où Ron Howard, Tom Hanks et le reste de l’équipe de tour­nage d’Anges et dé­mons, la suite de Da Vin­ci Code, ont été in­ter­viewés le week-end der­nier.

À l’in­té­rieur de l’hô­tel, la ma­chine hol­ly­woo­dienne était à l’oeuvre pour pro­mou­voir un film (et en même temps, faire la pro­mo­tion du livre de l’au­teur du Da Vin­ci Code, Dan Brown) qui avance que Ga­li­lée était le fon­da­teur des Il­lu­mi­na­ti, une secte an­ces­trale consti­tuée de mi­li­tants scien­tistes, de libres-pen­seurs et d’hu­ma­nistes, tous pro­fon­dé­ment contre le Va­ti­can.

Dans le film Anges et dé­mons – qui fe­ra ses dé­buts au ci­né­ma ven­dre­di – Tom Hanks a en­core une fois le rôle du sym­bo­liste Ro­bert Lang­don, qui ré­sout le mys­tère d’une so­cié­té se­crète en plein coeur de l’Église ca­tho­lique ro­maine. Un échan­tillon d’an­ti­ma­tière du la­bo­ra­toire de phy­sique du CERN, en Suisse, a été ap­por­té illé­ga­le­ment au Va­ti­can, un as­sas­sin a ju­ré de tuer cha­cun des quatre car­di­naux dans la course pour la suc­ces­sion au pape ré­cem­ment dé­cé­dé – un par heure – avant que le Va­ti­can lui-même ne soit anéan­ti.

Le seul espoir de Lang­don: le ma­ni­feste de Ga­li­lée, qui prouve cer­taines choses, comme l’hé­lio­cen­trisme et l’or­bite el­lip­tique.

Le ma­ni­feste contient aus­si des in­dices qui montrent le « che­min de l’illu­mi­na­tion », des sites an­ciens au­tour de la ci­té où les car­di­naux se­ront tués et, « ul­ti­me­ment », où l’an­ti­ma­tière ex­plo­se­ra.

Évi­dem­ment, ce­la ne plaît pas beau­coup au Va­ti­can. « Je n’ai ja­mais re­çu de cartes de Noël du Va­ti­can, alors je ne manque pas grand-chose », a dit Howard en bla­guant.

PER­MIS DE FIL­MER

Par contre, ce qui était moins drôle, ce furent les bâ­tons dans les roues qu’il a ex­pé­ri­men­tés à Rome, avec le re­trait à la der­nière mi­nute de per­mis pour fil­mer. « Quand vous ve­nez tour­ner un film à Rome, les dé­cla­ra­tions of­fi­cielles af­firment que le Va­ti­can n’a au­cune in­fluence, sou­ligne Howard. Tout avance bien, mais quelques jours avant de com­men­cer à fil­mer dans les nom­breux en­droits pré­vus, on a com­pris, par des voix se­con­daires, que le Va­ti­can avait exer­cé de son in­fluence. Est-ce que c’était une sur­prise? Non. Un peu frus­trant par­fois? Cer­tai­ne­ment. »

Alors, mal­gré la pos­si­bi­li­té de tour­ner à cer­tains en­droits à Rome comme au Pan­théon, Anges et dé­mons dé­pen­dait d’une ré­plique du

TEM­PÊTE

Il est bi­zarre de voir Howard, ce­lui dont on se sou­vient comme étant Opie et Ri­chie Cun­nin­gham, au centre d’une tem­pête hé­ré­tique une deuxième fois.

« Lors­qu’on re­garde l’his­toire d’Anges et dé­mons, on réa­lise que ce sont deux his­toires très dif­fé­rentes. Dans mon es­prit, Da Vin­ci Code a de­man­dé une ap­proche beau­coup plus clas­sique et mé­tho­dique. Il n’y a pas beau­coup d’ac­tion. Il a un pied dans le pas­sé et une bulle mys­té­rieuse, per­due dans le temps. Anges et dé­mons est da­van­tage un thril­ler… deux sen­ti­ments très dif­fé­rents. »

Pour­tant, ni Howard ni son col­la­bo­ra­teur Hanks ne croient aux théo­ries de conspi­ra­tion. « Bien sûr, les ins­ti­tu­tions com­plotent et les in­di­vi­dus conspirent, et cer­taines choses se passent sans que nous en ayons vent », dit Howard. « En même temps, je suis de ceux qui se de­mandent comment on peut gar­der des se­crets aus­si im­por­tants. »

Hanks en ra­joute. « J’adore ré­soudre toutes les théo­ries de conspi­ra­tion qui s’ap­prochent de moi, et je me pose cette ques­tion en pre­mier: à quel point peux-tu être stu­pide pour croire ce genre de choses? J’aime les preuves em­pi­riques, les faits his­to­riques, parce qu’au­tre­ment, tout est une théo­rie de conspi­ra­tion. »

Pour la con­tro­verse re­li­gieuse (in­cluant une condam­na­tion tout ré­cem­ment par Mgr An­to­nio Ro­sa­rio Men­non­na, 103 ans, di­sant que le film était « très dé­ni­grant, dif­fa­ma­toire et of­fen­sif »), Howard ad­met ne pas trop s’en faire.

« La seule frus­tra­tion que m’ap­porte la cri­tique vient du fait que per­sonne n’a vu le film en­core. Alors, je sou­haite que l’évêque de 103 ans voie le film avant d’en­voyer une autre lettre. Vous sa­vez, plu­sieurs membres de l’Église ont été in­vi­tés à al­ler vi­sion­ner le film, mais jus­qu’à ce jour, ils ont tous re­fu­sé. Je ne sais pas trop ce que ce­la si­gni­fie, mais y al­ler d’at­taques en­vers quelque chose qu’ils n’ont pas vrai­ment ex­pé­ri­men­té me rend per­plexe. »

« Je di­rais que si vous avez une chance d’être of­fen­sé par le film, s’il vous plaît, n’y al­lez pas », ter­mine pour sa part Tom Hanks. Va­ti­can construite à la piste de course du parc hol­ly­woo­dien de L.A., et à cer­taines co­pies des en­droits non ac­ces­sibles, comme la place SaintPierre et la Piaz­za Na­vo­na.

PHOTOS COUR­TOI­SIE

1. Ewan McG­re­gor in­carne le ca­mer­lingue Car­lo Ven­tres­ca. 2. L’échan­tillon d’an­ti­ma­tière pour­rait être fa­tal pour la ci­té. 3. Le réa­li­sa­teur Ron Howard se sou­cie peu de la con­tro­verse en­tou­rant son film. 4. Tom Hanks et Aye­let Zu­rer in­carnent Ro­bert Lang­don et sa com­plice, Vit­to­ria Vetra. 5. La dé­cou­verte ma­cabre du « Trou du Diable ».

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.