L'ÉTRANGE HIS­TOIRE DE BEN­JA­MIN BUT­TON

( The Cu­rious Case of Ben­ja­min But­ton)

Le Journal de Montreal - Weekend - - CINÉMA -

À sa nais­sance, en 1918, Ben­ja­min But­ton a l'ap­pa­rence et les ca­rac­té­ris­tiques d'un vieillard. Aban­don­né par son père sur le seuil d'une mai­son pour per­sonnes âgées de la Nou­velle-Or­léans, il est re­cueilli et éle­vé par Quee­nie, qui tient l'éta­blis­se­ment. En gran­dis­sant, le vieillard-en­fant se confond avec la clien­tèle. Pour un temps du moins, car Ben­ja­min, à l'in­verse du reste du monde, ra­jeu­nit de jour en jour. Mais outre Quee­nie, une seule fem- me oc­cupe ses pen­sées : Dai­sy, bal­le­rine dont il est tom­bé amou­reux.

CE QUE NOUS EN PEN­SONS

David Fin­cher signe une adap­ta­tion su­blime et so­bre­ment in­so­lite d'une nou­velle de Fran­cis Scott Fitz­ge­rald. D'en­trée de jeu, le cli­mat moite de la Nou­velle-Or­léans, ain­si que le rythme in­do­lent nous plongent dans une ré­flexion sur le rap­port au temps. Brad Pitt se sur­passe dans le rôle exi­geant de ce Do­rian Gray mal­gré lui, in­ca­pable d'ar­rê­ter le temps qui le force à prendre le che­min contraire de ceux qu'il aime. Il se dé­gage de sa fa­ta­li­té as­su­mée en si­lence une mé­lan­co­lie pre­nante. Cette pro­duc­tion haut de gamme, plu­tôt clas­sique dans ses contours, re­pose sur un trai­te­ment vi­suel fin, ja­mais ta­pa­geur, hau­te­ment tex­tu­ré et riche en dé­tails. Si bien qu'un seul vi­sion­ne­ment ne peut suf­fire à nous en faire ap­pré­cier toute la ri­chesse.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.