Mo­ments de CUI­SINE

Deux Gas­pé­siens d’ori­gine, le chef cui­si­nier Yan­nick Ouellet et Da­ny Gasse, pro­prié­taire de l’épi­ce­rie fine Chez Alexis, par­tagent leur pro­fonde pas­sion pour leur coin de pays dans la toute nou­velle sé­rie Cro­quez la Gas­pé­sie, en ondes à ARTV, le mar­di, à

Le Journal de Montreal - Weekend - - TÉLÉVISION - Serge Drouin Le Jour­nal de Qué­bec

Le concept de l’émis­sion est on ne peut plus ori­gi­nal. En plus de faire dé­cou­vrir les pay­sages et les cou­leurs de la Gas­pé­sie, la sé­rie met en ve­dette six jeunes re­crues qui ap­prennent les ru­di­ments de la haute cui­sine et de la pâ­tis­se­rie. La sé­rie prend la forme d’un do­cu­men­taire avec un soup­çon de té­lé­réa­li­té.

Au fil de dix épi­sodes, les té­lé­spec­ta­teurs pour­ront suivre les hauts et les bas de toute cette équipe, de la Hau­teGas­pé­sie à Per­cé, en pas­sant par la baie des Cha­leurs. Ces jeunes ont de 19 à 27 ans. Quatre d’entre eux viennent de la Gas­pé­sie, une de Sherbrooke et l’autre de Mon­tréal. Au mo­ment de l’en­re­gis­tre­ment, ils étaient tous en ques­tion­ne­ment sur leur orien­ta­tion pro­fes­sion­nelle.

Si cer­tains d’entre eux ont des connais­sances de base en cui­sine; d’autres ont de la dif­fi­cul­té à cui­si­ner un sand­wich au fro­mage grillé. Scènes co­casses en pers­pec­tive. Dans le pro­chain épi­sode, Lud­ger Ouellet, le père de Yan­nick, ini­tie­ra les jeunes à la pêche de la truite. Pro­chai­ne­ment : cueillette de cham­pi­gnons, la pêche du crabe, cui­si­ner pour 150 per­sonnes, l’art de la pâ­tis­se­rie...

RIEN DE PRÉ­PA­RÉ

Se­lon Da­ny Gasse, l’idée de cette sé­rie est née il y a quelque trois ans, alors qu’elle a fait la connais­sance de la pro­duc­trice Léa Pas­cal. « Nous nous sommes trou­vé des points com­muns. De fil en ai­guille, le pro­jet de cette sé­rie est né. » Le but de la sé­rie n’était pas de faire de ces jeunes des cui­si­niers, mais plu­tôt de leur faire vivre une ex­pé­rience de di­men­sion hu­maine. Ils avaient un grand manque de confiance en eux en ar­ri­vant ici. Main­te­nant, ils ont ac­quis plus de confiance par l’ex­pé­rience qu’ils ont vé­cue et les gens qu’ils ont ren­con­trés. »

D’après notre in­ter­lo­cu­trice, rien n’a été scé­na­ri­sé dans la sé­rie. « Les ca­mé­ras tour­naient de 10 à 14 heures par jour. Le tout donne une cou­leur très na­tu­relle à la sé­rie et aux par­ti­ci­pants. On fi­nit par oublier les ca­mé­ras. » Et elle ajoute : « Il est rare qu’une équipe té­lé se dé­place en ré­gion pour tour­ner une sé­rie de cette en­ver­gure. C’est une fier­té pour nous. » Da­ny Gasse ai­me­rait bien que le pro­jet ait des consé­quences et que les ré­seaux de té­lé sortent de plus en plus vers les ré­gions.

PHOTO COUR­TOI­SIE

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.