Une soi­rée pas comme les autres

Le Journal de Montreal - Weekend - - LIVRES - Vé­ro­nique Beau­det Col­la­bo­ra­tion spé­ciale

Dans Ven­dre­di soir chez les Be­cker, Alain Teu­lié dresse avec lu­ci­di­té et iro­nie le por­trait in­time de deux couples de notre temps. Deux couples que tout sé­pare et qui se ques­tionnent, le temps d’une soi­rée très spé­ciale, sur l’amour, le dé­sir, la fi­dé­li­té et la réus­site.

Pour Pierre et Ju­lia Be­cker, tous deux dans la qua­ran­taine, les ven­dre­dis soirs se ré­sument sou­vent à al­ler sou­per au Ro­se­bud ou au Scott Bar, ou en­core, à re­ce­voir des amis avec les­quels ils dis­cutent no­tam­ment lit­té­ra­ture, ci­né­ma ou mu­sique.

Ils aiment bien par­ler de Proust alors qu’ils ne sont ja­mais ve­nus à bout d’À la re­cherche du temps per­du, ou dis­cu­ter des der­niers groupes rock à la mode en em­prun­tant les qua­li­fi­ca­tifs lus dans le ma­ga­zine Les In­ro­ckup­tibles...

Pierre et Ju­lia sont ce qu’on pour­rait ap­pe­ler des in­tel­los. Ils vivent dans un grand ap­part pa­ri­sien, tra­vaillent tous les deux comme pro­fes­seurs et ont tou­jours ca­res­sé le rêve d’écrire un ro­man. Au dé­part, en­sei­gner était cen­sé n’être qu’un moyen de faire quelques sous avant de vivre de leur pas­sion. Mais les an­nées ont pas­sé et le ro­man n’est ja­mais ve­nu.

In­ti­me­ment par­lant, comme tous les couples ma­riés de­puis 18 ans, Pierre et Ju­lia ont leurs pe­tites ha­bi­tudes. Comme tous les couples, ils ont quelques fan­tasmes qu’ils se mur­murent dans le noir ques­tion de chauf­fer un peu l’am­biance. C’est pour­quoi Pierre a dé­ci­dé de prendre les choses en main et de de­man­der à un jeune couple trou­vé via in­ter­net de les re­joindre un cer­tain ven­dre­di soir.

Les heu­reux élus sont Tom et Sa­rah, la tren­taine. Le jeune couple vit en­semble de­puis cinq ans et le sexe est la seule chose qui peut ex­pli­quer la du­rée de leur re­la­tion. « Ils bai­saient comme des dieux, même s’ils n’avaient pas lu les livres dans les­quels les dieux s’en don­naient à coeur joie », écrit Teu­lié.

Pour sur­vivre et payer les fac­tures de leur pe­tit ap­par­te­ment en ban­lieue pa­ri­sienne, le couple mon­naye donc leur sa­voir-faire sexuel.

TOUR­NANT

Ce ven­dre­di soir, c’est donc en ap­pa­rence le « grand soir » pour Pierre et Ju­lia, et une soi­rée des plus ba­nales pour Tom et Sa­rah. Mais pour les deux couples, ce ven­dre­di ne se­ra pas seule­ment une soi­rée avec le sexe au me­nu. C’est peut-être aus­si un tour­nant dans leur re­la­tion.

Cha­cun de leurs cô­tés, les deux couples se ques­tionnent sur leurs dé­si­rs et leurs fan­tasmes mais aus­si, sur leurs rêves, qu’ils soient dé­chus ou en­core pos­sible.

Dans un ro­man truf­fé de dia­logues, qui se lit qua­si­ment d’une traite, l’au­teur nous livre le por­trait grin­çant de deux couples d’au­jourd’hui. Qu’ils soient culti­vés et bien nan­tis ou peu édu­qués et sans le sou, les rêves et les dés­illu­sions n’échappent à au­cun couple.

Ce Ven­dre­di soir chez les Be­cker, c’est aus­si l’his­toire d’une gé­né­ra­tion quelque peu dé­çue qui est tou­te­fois cons­ciente que rien n’est per­du.

ALAIN TEU­LIÉ

Édi­tions Plon. Pa­ru­tion au Qué­bec dé­but juin.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.