Où le pas­sé co­existe avec la vie mo­derne

DELPHES, Grèce | (AP) J’ai vu les nou­velles lors d’un beau jour de prin­temps, en me traî­nant les pieds à tra­vers les ruines où l’Oracle te­nait au­dience, dans un lieu qui fut au­tre­fois consi­dé­ré comme le centre de la Terre.

Le Journal de Montreal - Weekend - - TOURISME -

Le reportage re­mon­tait à quelques mil­liers d’an­nées. Il était taillé sur une plaque de marbre en grec an­cien et était rem­pli de pas­sages por­tant sur les prin­ci­paux évé­ne­ments qui se sont dé­rou­lés dans la ré­gion. Il s’agis­sait aus­si d’un exemple qui montre comment l’abon­dance de ves­tiges an­ciens est tou­jours d’ac­tua­li­té en Grèce, où la vie mo­derne co­existe avec le pas­sé.

Notre voyage com­pre­nait des ar­rêts aux époques de l’Âge du bronze, de l’Âge d’or, de l’oc­cu­pa­tion ro­maine et de l’in­fluence by­zan­tine, avec quelques à-cô­tés sur les pas des dis­ciples de Jé­sus et sur le che­min de quel­que­sunes des mer­veilles de l’An­ti­qui­té.

Nous avons dé­bu­té à Athènes notre voyage or­ga­ni­sé, où vit et tra­vaille un tiers de la po­pu­la­tion grecque. La ville s’étend au-des­sous de l’Acro­pole, qui brille sous les lu­mières la nuit, ce qui donne une vue im­pres­sion­nante à par­tir de pra­ti­que­ment n’im­porte où en ville. (Un rè­gle­ment in­ter­di­sant la construc­tion de bâ­ti­ments de plus de 24 étages as­sure que le point de vue ne se­ra pas obs­trué.)

PRO­CES­SION PA­NA­THÉ­NAÏQUE

Nous avons re­joint un groupe sur le même che­min de pierre qui était au­tre­fois, vers 500 av. J.-C., em­prun­té par une foule dans le cadre d’un rite an­nuel, ap­pe­lé la pro­ces­sion pa­na­thé­naïque qui condui­sait jus­qu’au site du plus grand des temples

Nous avons grim­pé jus­qu’aux ruines de l’en­trée of­fi­cielle, le Pro­py­laia, et nous nous sommes te­nus de­vant les restes du Par­thé­non, où une im­mense sta­tue de la déesse Athé­na s’éle­vait à cet en­droit. J’ai été frap­pé de consta­ter à quel point une grande par­tie de l’édi­fice est en­core in­tacte, même si la res­tau­ra­tion est en cours.

Un autre édi­fice, l’Erech­théion, re­mar­qua­ble­ment pré­ser­vé non loin de là est cé­lèbre pour les sta­tues mas­sives de femmes qui sont uti­li­sées comme pi­liers. Sous les murs se trouve le théâtre de Hé­rode At­ti­cus, qui re­monte à 161 ap. J.-C., qui est main­te­nant res­tau­ré et uti­li­sé.

SUR LES TRACES DE SO­CRATE

De là, nous avons sui­vi les traces de So­crate dans ce qui était au­tre­fois le centre po­li­tique d’Athènes, l’Ago­ra. Il faut aus­si sou­li­gner les co­lon­nades en­tiè­re­ment res­tau­rées de Stoa d’At­ta­los, qui abritent un mu­sée des beauxarts. Alors que seule­ment 15 co­lonnes ori­gi­nales sub­sistent, leur taille montre qu’il fut un temps ou le temple de Zeus était plus im­po­sant que le Par­thé­non, et le plus im­po­sant de toute la Grèce.

Le vo­let his­to­rique d’Athènes est suf­fi­sam­ment im­por­tant pour y pas­ser des mois et des an­nées en vi­sites tou­ris­tiques. Ce que nous sug­gé­rons ici n’est qu’un échan­tillon. Il y a tel­le­ment plus à l’ex­té­rieur de la ville, non seule­ment en ce qui concerne l’his­toire, mais aus­si en beau­té na­tu­relle. La plaine de Ma­ra­thon, au nord-est d’Athènes, a été la scène d’une vic­to­rieuse ba­taille des Athé­niens contre les Perses en 490 av. J.-C. Au-de­là, la cir­cu­la­tion est moins dense alors que la route ser­pente entre d’an­ciennes plan­ta­tions d’oli­viers, le long du golfe de Co­rinthe et pro­gres­si­ve­ment vers les hauts pla­teaux.

TEMPLE D’APOL­LON

À Delphes, nous avons de nou­veau mar­ché sur les traces des an­ciens sur la voie sa­crée, sur les pentes du mont Par­nas­sos. Le che­min grim­pant nous a ame­nés aux ruines du temple d’Apol­lon, qui re­monte à plu­sieurs cen­taines d’an­nées av. J.-C., et sur le site de fouilles de l’Oracle, dont les in­can­ta­tions am­bi­guës me­naient à des sa­cri­fices et à des of­frandes. La pierre de forme co­nique qui marque le centre de la Terre, se­lon la my­tho­lo­gie, est tou­jours in­tacte.

Nous avons pas­sé le bloc de pierre qui ser­vait de mur de sou­tè­ne­ment et aus­si de jour­nal quo­ti­dien, pour ar­ri­ver à un théâtre de 2 500 ans, creu­sé au flanc de la col­line. On re­trouve au-des­sus un nou­veau stade construit par les Ro­mains lors de leur oc­cu­pa­tion, qui est re­mar­qua­ble­ment pré­ser­vé. Comme de nom­breux sites de fouilles, ce­lui-ci était cein­tu­ré de cor­dons in­ter­di­sant le pas­sage. Mais ce n’était pas le cas à notre pro­chaine étape, Olympe.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.