« JE FAIS CE MÉ­TIER POUR ÊTRE AI­MÉ »

Le Journal de Montreal - Weekend - - THÉÂTRE - Agence QMI

À comp­ter du 28 mai pro­chain, le co­mé­dien Nor­mand D’Amour se­ra sur la scène du théâtre La Li­corne pour jouer dans la pièce J’au­rais vou­lu être un ar­tiste.

Nor­mand D’Amour est dans la jeune qua­ran­taine. De­puis qu’il est co­mé­dien, soit de­puis 20 ans, il a joué dans plus d’une cin­quan­taine de pièces, il a fait par­tie de la distribution de plus de trente té­lé­sé­ries et té­lé­ro­mans et il a tour­né dans une quin­zaine de films. Le 28 mai pro­chain, il mon­te­ra sur la scène de La Li­corne pour jouer dans une pièce à sketches écrite par sept au­teurs et in­ti­tu­lée J’au­rais vou­lu être un ar­tiste.

« Je joue dans cinq des sept pe­tites pièces. Nous sommes en pleine ré­pé­ti­tion et ça va très bien. L’idée est de Philippe Pro­ven­cher, qui joue aus­si dans la pièce, avec Ma­ri­lyse Bourke et Geneviève Alarie. Ce sont des pe­tites pièces plu­tôt courtes, gé­né­ra­le­ment drôles, as­sez grin­çantes. Plu­sieurs co­mé­diens et co­mé­diennes vont se re­con­naître, mais ce n’est pas une pièce écrite pour le mi­lieu ar­tis­tique, c’est très ac­ces­sible au grand pu­blic, qui pour­ra dé­cou­vrir l’en­vers du dé­cor de la vie d’ar­tiste. »

L’EN­FANT SAU­VEUR

Nor­mand nous ra­conte un peu le su­jet des courtes pièces. « Par exemple, je joue dans une des pièces qui met quatre per­son­nages en ac­tions. Un couple de co­mé­diens as­siste à une pièce dans la­quelle jouent deux amis com­muns, mais la pièce est très mau­vaise. Quelle at­ti­tude adop­ter face à des amis lorsque la pièce dans la­quelle ils jouent n’est pas bonne ? Une autre ra­conte l’his­toire de deux co­mé­diens sans vé­ri­table ta­lent qui doivent don­ner des re­pré­sen­ta­tions dans des sa­lons pri­vés pour sur­vivre. » Quand on de­mande à Nor­mand D’Amour pour­quoi il a vou­lu être un ar­tiste, sa ré­ponse ne se fait at­tendre. « Pour me faire ai­mer par le plus de monde pos­sible. Il faut dire que ma nais­sance a été le dé­clen­cheur de mon choix. Je suis le cin­quième et der­nier en­fant de la fa­mille. J’ai huit ans de dif­fé­rence avec ma soeur la plus jeune. Ma mère était en­ceinte de moi quand mon père a été vic­time d’un ac­ci­dent à la suite du­quel il a per­du les deux jambes. Ma nais­sance a été la seule bonne nou­velle qui pou­vait ar­ri­ver à la fa­mille à ce mo­ment-là. Je suis de­ve­nu comme le sau­veur de cette fa­mille, le pe­tit tré­sor que tout le monde veut ai­mer. Mes pa­rents sont dé­cé­dés au­jourd’hui, mais j’ai por­té cette en­vie d’être ai­mé pen­dant 40 ans. C’est pour ça que je dis que mon be­soin d’amour a pro­ba­ble­ment été le dé­clen­cheur, ce qui m’a fait choi­sir de de­ve­nir un ar­tiste. »

Après les re­pré­sen­ta­tions de J’au­rais vou­lu être un ar­tiste, Nor­mand D’Amour pren­dra des va­cances avec sa con­jointe en Eu­rope. Mais nous pour­rons le voir dans le film De père en flic, dans 5150, rue des Ormes et il fait par­tie de la distribution de Ya­mas­ka, une nou­velle té­lé­sé­rie qui se­ra dif­fu­sée sur les ondes de TVA. J’au­rais vou­lu être un ar­tiste au théâtre La Li­corne du 28 mai au 20 juin, avec Nor­mand D’Amour, Ma­ri­lyse Bourke, Philippe Pro­ven­cher et Geneviève Alarie, dans une mise en scène de Philippe Lam­bert.

PHOTO D’ARCHIVES

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.