Sur la piste du crime

Le Journal de Montreal - Weekend - - LIVRES - Vé­ro­nique Beau­det Col­la­bo­ra­tion spé­ciale

À l’heure où des mil­lions de té­lé­spec­ta­teurs à tra­vers le monde se pas­sionnent chaque se­maine pour des sé­ries po­li­cières telles que Les Ex­perts, la pa­ru­tion d’un nou­vel ou­vrage re­la­tant une ving­taine d’his­toires cri­mi­nelles ré­so­lues par la science tombe à pic. Dans Sur le fil du ra­soir, le cé­lèbre homme de ra­dio et de té­lé­vi­sion Pierre Bel­le­mare ra­conte comment, dans plu­sieurs dos­siers, la science ar­rive à tra­quer le crime.

Connu et re­con­nu en France pour ses ta­lents de conteur qu’il a exer­cés à la ra­dio mais aus­si, dans de nom­breux ou­vrages dé­diés à des his­toires « hors du com­mun », Pierre Bel­le­mare re­prend la plume et nous plonge, avec l’aide de son col­lègue Jé­rôme Equer, non seule­ment dans des his­toires ré­centes, mais aus­si aux ori­gines de la po­lice scien­ti­fique. Il re­vient no­tam­ment sur la dé­cou­verte, au XIXe siècle, d’un pro­cé­dé pour re­le­ver les em­preintes di­gi­tales, ou en­core sur les tra­vaux d’Alexandre La­cas­sagne, pion­nier de la mé­de­cine lé­gale, qui a éla­bo­ré des mé­thodes tou­jours uti­li­sées au­jourd’hui pour la da­ta­tion de la mort.

À tra­vers vingt his­toires de morts vio­lentes et sou­vent sor­dides ré­su­mées en une ving­taine de pages cha­cune, l’au­teur nous montre comment les ex­perts ar­rivent, sou­vent avec un simple pe­tit in­dice, à re­cons­ti­tuer une mort vio­lente, à iden­ti­fier un corps ou en­core, à da­ter un décès.

Et il en faut par­fois de peu pour tra­hir un crime par­fait. Par exemple, cette his­toire qui se dé­roule en Ca­li­for­nie en 1995. Alors qu’elle re­garde la vue ma­gni­fique de­puis un pro­mon­toire, une jeune femme fait ac­ci­den­tel­le­ment une chute mor­telle du haut de la fa­laise. C’est ce que pré­tend du moins le couple qui l’ac­com­pagne. Mais les pa­rents de la vic­time mettent vite en doute la thèse de l’ac- cident puisque leur fille a tou­jours souf­fert de ver­tige. Elle n’au­rait donc ja­mais dû s’ap­pro­cher si près de la fa­laise. La po­lice dé­cide alors d’ou­vrir une en­quête et l’avo­cat de la fa­mille ar­rive, en exa­mi­nant les photos prises par le couple quelques mi­nutes avant le drame, à re­cons­ti­tuer la scène du crime. Le hic, c’est que la femme af­firme qu’elle n’était pas sur les lieux au mo­ment de l’ac­ci­dent, re­por­tant ain­si toutes les ac­cu­sa­tions sur son ma­ri.

C’est fi­na­le­ment un ex­pert mé­di­co­lé­gal spé­cia­liste en scène de crime qui prou­ve­ra que la femme est bel et bien im­pli­quée dans cette hor­rible ma­chi­na­tion. En exa­mi­nant l’ombre du pho­to­graphe sur un cli­ché, en éta­blis­sant l’heure à la­quelle la photo a été prise et en dé­ter­mi­nant l’em­pla­ce­ment du so­leil à cette date et à cette heure pré­cise, l’ex­pert ar­rive à prou­ver, en ap­pli­quant le théo­rème de Py­tha­gore, que le pho­to­graphe me­su­rait 1,65 mètre. La taille exacte de la femme !

VUL­GA­RI­SA­TEUR

Pour cha­cune de ses his­toires, Pierre Bel­le­mare ar­rive, grâce à son ta­lent de conteur, à nous plon­ger dans le vif du su­jet en seule­ment quelques pa­ra­graphes. Tel un vul­ga­ri­sa­teur, il ne com­met pas l’er­reur de s’en­li­ser dans des des­crip­tions trop longues, trop tech­niques ou trop scien­ti­fiques. Il nous fait dé­cou­vrir, dans cha­cune des brèves his­toires, une spé­cia­li­té dif­fé­rente de la po­lice scien­ti­fique. On croise ain­si un en­to­mo­lo­giste, spé­cia­liste des in­sectes né­cro­phages, un ex­pert en ba­lis­tiques, en ex­plo­sifs ou en in­for­ma­tique, sans par­ler de toutes les mé­thodes (au­top­sies, re­cherches d’em­preintes di­gi­tales ou d’ADN) per­met­tant d’iden­ti­fier une vic­time, un crime ou un meur­trier.

Un ou­vrage qui pos­sède, en somme, toutes les qua­li­tés pour plaire aux ama­teurs du genre.

PIERRE BEL­LE­MARE

ET JÉ­RÔME EQUER SUR LE FIL DU RA­SOIR

Édi­tions Albin Mi­chel. Pa­ru­tion au Qué­bec dé­but juin.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.