UN BON­HEUR N’AT­TEND PAS L’AUTRE

Le Journal de Montreal - Weekend - - LIVRES - Agence QMI

Aprè­sa­voir­mi­sau­mon­deun pre­mie­ren­fan­tà41ans, la jour­na­lis­te­lit­té­rai­reCa­ro­line Mont­pe­ti­te­na­pro­fi­té­pour ac­cou­che­raus­sid’un­se­cond re­cueil­de­nou­velles.

Ce n’est donc pas un ha­sard s’il s’in­ti­tule L’en­fant, puis­qu’il parle de la ma­ter­ni­té et de l’en­fance à tra­vers six courtes his­toires ha­bi­le­ment ra­con­tées qui, en pas­sant, nous ont toutes émues. Ren­contre avec cette ta­len­tueuse au­teure.

Pour­quoi avoir choi­si le thème de l’en­fance ?

Je ve­nais d’ac­cou­cher quand j’ai com­men­cé à écrire les nou­velles qui al­laient com­po­ser ce re­cueil. La thé­ma­tique s’est donc im­po­sée d’elle-même, parce qu’à par­tir du mo­ment où j’ai eu un en­fant, je me suis po­sé beau­coup de ques­tions sur la ma­ter­ni­té; j’ai été plus sen­sible à ce que vi­vaient les mères au­tour de moi.

Vos nou­velles contiennent donc des élé­ments au­to­bio­graphes ?

Je di­rais que c’est plu­tôt un mé­lange d’émo­tions qui tan­tôt m’ap­par­tiennent, tan­tôt ap­par­tiennent à d’autres. Dans chaque nou­velle, il y a donc une part de moi et une part ve­nant d’autres mères. Par exemple, la pre­mière nou­velle ( La pru­nelle de ses yeux) met en scène une fu­ture mère aveugle. Je ne suis pas aveugle, mais l’ac­com­pa­gna­trice à la nais­sance qui m’a sui­vie s’oc­cu­pait éga­le­ment d’une aveugle qui al­lait bien­tôt ac­cou­cher, et cette his­toire m’a ha­bi­tée.

Qu’est-ce qui vous pousse à écrire des nou­velles plu­tôt que des ro­mans ?

Je fais des in­cur­sions brèves dans la vie de mes per­son­nages. Je ne les suis pas et ils s’en vont. Sou­vent, je vou­drais que les ami­tiés conti­nuent de fa­çon très in­tense. Mais comme ce n’est pas tou­jours pos­sible (en voyage, entre autres), il faut que j’ac­cepte qu’elles se ter­minent bru­ta­le­ment. Je trans­pose cette dy­na­mique dans mes his­toires. J’avais donc en­vie d’écrire, d’ex­té­rio­ri­ser cette perte su­bite.

Votre troi­sième livre se­ra-t-il aus­si un re­cueil de nou­velles ?

Je ne sais pas si je vais écrire des ro­mans un jour. Con­trai­re­ment aux ar­ticles de jour­naux, écrire de la fic­tion me de­mande une cer­taine au­dace et voir ra­pi­de­ment ar­ri­ver la fin me sou­lage ! J’ai aus­si beau­coup d’idées et comme je ne veux pas choi­sir, je fais des nou­velles ! J’aime pou­voir conte­nir une ac­tion en peu de temps pour lui don­ner de l’in­ten­si­té. L’en­fant, aux Édi­tions du Bo­réal, 136 pages, 17,95 $

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.