QUAND LES OEUVRES DU LOUVRE FUYAIENT LES NA­ZIS

Le Journal de Montreal - Weekend - - TOURISME -

PARIS | (AP) Ce fut un dé­mé­na­ge­ment co­los­sal, le plus grand de l’his­toire du Louvre. En­cor­dées, em­pa­que­tées, la Vé­nus de Mi­lo et la Vic­toire de Sa­mo­thrace ont quit­té leur pa­lais.

La Jo­conde s’est ré­fu­giée en pro­vince, comme presque tous les ta­bleaux en 1939. Des photo- gra­phies re­tracent cette éva­cua­tion qui a per­mis de pro­té­ger les col­lec­tions pu­bliques du­rant la guerre et l’Oc­cu­pa­tion, tan­dis qu’en re­vanche étaient pillées les col­lec­tions pri­vées d’ama­teurs d’art juifs.

L’exposition LeLou­vre­pen­dant­la­guerre. Re­gard­spho­to­gra­phiques1938-1947 a ou­vert dans l’aile Sul­ly du mu­sée pa­ri­sien. Elle évoque cette pé­riode mou­ve­men­tée à tra­vers des cli­chés sur­pre­nants, et in­édits pour cer­tains.

Des cadres et des pié­des­taux vides. Un pan­neau « rau­chen ver­bo­ten » (in­ter­dic­tion de fu­mer, en al­le­mand). Des marbres an­tiques en­tas­sés en bro­chettes dans les sous-sols. Une Dia­neà­la­biche pro­té­gée par un mur de sacs de sable. Un jar­din trans­for­mé en po­ta­ger. Les images in­con­grues ne manquent pas.

« C’est as­sez cu­rieux pour nous à ima­gi­ner, mais il n’y avait au­cun ta­bleau d’ex­po­sé », sou­ligne dans un en­tre­tien à l’APle com­mis­saire de l’exposition, Guillaume Fon­ke­nell.

L’exode ar­tis­tique avait en ef­fet com­men­cé avant même la dé­cla­ra­tion de guerre. « Le prin­cipe, c’est qu’il faut tou­jours que les oeuvres soient éloi­gnées des zones de com­bat et des centres stra­té­giques », ex­plique M. Fon­ke­nell.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.