UNE FU­TURE MA­MAN VAILLANTE

Noé­mie Yelle, sur­tout connue pour son rôle dans l’émis­sion Ram­dam, est res­plen­dis­sante ces temps-ci : elle est en­ceinte de six mois. « On ne l’a pas en­core an­non­cé pu­bli­que­ment, mais il est dif­fi­cile, main­te­nant, de ne pas re­mar­quer mon ventre! », a-t-ell

Le Journal de Montreal - Weekend - - STARS - Agence QMI

Noé­mie at­tend un pe­tit gar­çon, dont le choix du nom n’a pas en­core été fixé : « Ce se­ra un nom tout beau, tout simple, un nom qui va nous char­mer. »

NOÉ­MIE, DE­PUIS QUE TU AS AP­PRIS QUE TU ÉTAIS EN­CEINTE, QU’EST-CE QUI A CHAN­GÉ DANS TA VIE?

J’ai ap­pris à me cal­mer les nerfs. Je suis tou­jours oc­cu­pée, j’aime avoir un ho­raire char­gé et faire plein d’ac­ti­vi­tés sans ja­mais m’ar­rê­ter. Les trois pre­miers mois, j’étais tou­jours fa­ti­guée et j’avais mal au coeur, j’ai donc ap­pris à ne pas trop m’en mettre sur les épaules… et je pense que j’y prends goût! Lorsque j’ai des se­maines char­gées main­te­nant, je me de­mande comment je fai­sais avant.

IL EST RE­CON­NU QUE LES FEMMES EN­CEINTES DÉ­VE­LOPPENT DES EN­VIES ALI­MEN­TAIRES PAR­TI­CU­LIÈRES. EST-CE LE CAS POUR TOI?

Chose que je ne fai­sais ja­mais avant : je mange du su­cré. Avant, je pré­fé­rais man­ger deux as­siettes plu­tôt que de prendre un des­sert. Mais là, je suis de­ve­nue une bi­bitte à sucre.

COMMENT TA GROS­SESSE IN­FLUE-T-ELLE SUR TA CAR­RIÈRE?

Je suis très chan­ceuse, car les pro­duc­teurs de l’émis­sionVir­gi­niem’ont en­ga­gée en sa­chant que j’étais en­ceinte. On re­com­mence le tour­nage de la sé­rie cet été, et les scé­na­ristes vont ca­cher ma gros­sesse. Je vais tour­ner jus­qu’à huit mois de gros­sesse et, en­suite, je re­viens quand je veux. C’est très plai­sant de pou­voir conti­nuer à tra­vailler.

TROUVES-TU DIF­FI­CILE LA TRAN­SI­TION POST-RAM­DAM?

J’ai été for­tu­née parce que j’ai tra­vaillé sur plu­sieurs autres pro­jets pen­dant les an­nées de Ram­dam, mais c’est cer­tain que cette émis­sion était mon élé­ment de sta­bi­li­té. C’était mes pan­toufles confor­tables et ça me manque, mais en même temps, ça me met au dé­fi parce que je sors de ma zone de confort. Je dois conti­nuer à me battre pour faire ma place.

SI AU­JOURD’HUI ON T’OF­FRAIT UN CONTRAT DE RÊVE, QUEL SE­RAIT-IL?

Ce se­rait un film qui m’em­mè­ne­rait à tour­ner dans un autre pays et dans le­quel il fau­drait que j’ap­prenne une nou­velle com­pé­tence, comme l’équi­ta­tion ou une danse par­ti­cu­lière. Pour le film Ma­vieen­ci­né­ma­scope, j’avais sui­vi des cours de chant et on avait en­re­gis­tré un al­bum de chan­sons. J’ai ado­ré!

PHOTO COUR­TOI­SIE

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.