Le tra­vail d’une dé­cen­nie

L’au­teur David Wro­blews­ki était peu connu avant qu’il n’écrive ce ro­man. Pour cause, l’au­teur a pas­sé son en­fance dans le Wis­con­sin ru­ral, à proxi­mi­té de la fo­rêt de Che­qua­me­gon, où se passe L’His­toire d’Ed­gar Saw­telle.

Le Journal de Montreal - Weekend - - LIVRES -

Né muet, Saw­telle ne peut s’ex­pri­mer que par signes. Entre ses pa­rents, Gar et Tru­dy, il vit son exis­tence dans la dou­ceur, sur une ferme iso­lée si­tuée au nord du Wis­con­sin. De­puis deux gé­né­ra­tions, les Saw­telle élèvent et dressent une race de chiens d’ex­cep­tion. C’est d’ailleurs Al­mon­dine, « à qui il ne manque plus que la pa­role », qui est la plus proche amie et al­liée d’Ed­gar. Or, l’oncle pa­ter­nel du jeune gar­çon, Claude, ar­rive sur la ferme et change en­tiè­re­ment la quié­tude ins­tal­lée de­puis tou­jours.

Au mo­ment où Gar meurt bru­ta­le­ment, Claude s’in­filtre sub­ti­le­ment dans la vie de la ferme et… dans le lit de Tru­dy.

BEST-SEL­LER

Dé­sta­bi­li­sé et ac­ca­blé de cha­grin, Ed­gar tient à dé­mon­trer le rôle de Claude dans la mort de son père. Mal­heu­reu­se­ment, les choses ne se dé­roulent pas comme il le veut et son plan se re­tourne contre lui d’une fa­çon dra­ma­tique. Et pour sur­vivre, Ed­gar doit s’en­fuir dans la na­ture sauvage, ac­com­pa­gné des trois chiots d’un an qui l’ont sui­vi.

Pour Ed­gar ce­pen­dant, l’idée de confron­ter l’as­sas­sin de son père, ain­si que son at­ta­che­ment au che­nil le poussent à re­ve­nir.

David Wro­blews­ki a mis dix ans à écrire ce tout pre­mier ro­man qui s’est ven­du aux États-Unis à 2 mil­lions d’exem­plaires, s’éle­vant au haut de la liste des best-sel­lers pen­dant 40 se­maines.

L’HIS­TOIRE D’ED­GAR SAW­TELLE, David Wro­blews­ki, tra­duit de l’an­glais, chez JC Lat­tès. 594 pages. 23,97 $

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.