Le Ha­meau de la Reine

Marie-An­toi­nette d’Au­triche, épouse de Louis XVI, fut la seule reine à im­po­ser son goût per­son­nel à Ver­sailles. Vou­lant fuir l’éti­quette de la Cour, elle se ré­fu­gia au Pe­tit Tria­non. Et sou­hai­tant vivre dans un lieu pai­sible et in­time, elle fit construire

Le Journal de Montreal - Weekend - - TOURISME -

C’est en contre­bas du ma­jes­tueux châ­teau de Ver­sailles que se cache le splen­dide Ha­meau de la Reine. Après avoir goû­té aux fastes du pa­lais du Roi So­leil, lais­sez-vous char­mer par la sim­pli­ci­té de ce pe­tit havre de paix.

En lon­geant le cô­té droit du châ­teau, comp­tez en­vi­ron 25 mi­nutes pour vous rendre à pied de la Place d’Armes jus­qu’au Ha­meau, en pas­sant par la Porte Saint-Antoine. Vous pou­vez aus­si vous y rendre à bord d’un pe­tit train qui as­sure la na­vette entre le châ­teau et le Grand Tria­non (3,50 eu­ros le tra­jet).

UN VIL­LAGE DE CAM­PAGNE

In­fluen­cée par le goût rus­tique d’alors, à la mode dans l’aris­to­cra­tie, Marie-An­toi­nette de­man­da à l’ar­chi­tecte Ri­chard Mique de réa­li­ser un site ru­ral où elle pour­rait pro­fi­ter des plai­sirs de la cam­pagne avec ses en­fants.

Ce der­nier construi­sit un pe­tit vil­lage qua­si pa­ra­di­siaque entre 1783 et 1785. Il comp­tait 12 mai­sons, dis­po­sées au­tour d’un pe­tit lac ar­ti­fi­ciel. De jo­lies mai­sons à co­lom­bages cou­vertes de chaume, en­tou­rées de po­ta­gers et de jar­dins fleu­ris.

LE HA­MEAU

Plu­tôt bien conser­vées, les mai­sons ne se vi­sitent pas à l’in­té­rieur, mais s’ad­mirent de l’ex­té­rieur. Celle de Marie-An­toi­nette com­prend deux par­ties re­liées par une ga­le­rie de bois. La par­tie de droite était la mai­son de la Reine, alors que celle de gauche abri­tait le billard. Par­mi les autres bâ­ti­ments, les plus im­pres­sion­nantes sont le mou­lin et la Tour de Marl­bo­rough où était en­tre­po­sé le ma­té­riel de pêche et qui ser­vait de point de dé­part pour des pro­me­nades en barque.

On peut éga­le­ment voir le bou­doir, la mai­son du garde, le co­lom­bier, qui abri­tait la vo­laille et les pi­geons, ou en­core le « ré­chauf­foir », an­cienne cui­sine où étaient en­tre­po­sées l’ar­gen­te­rie et la lin­ge­rie.

Un peu à l’écart du Ha­meau se trouve la ferme. Construite entre 1784 et 1788, elle de­vint une vé­ri­table ex­ploi­ta­tion agri­cole qui ali­men­tait la cui­sine du châ­teau. Res­tau­rée en 1993, elle abrite une ferme pé­da­go­gique qui fait le bon­heur des plus pe­tits.

En vi­si­tant le Ha­meau, on se laisse fa­ci­le­ment prendre au jeu, l’illu­sion est par­faite.Im­pos­sible de ne pas être en­chan­té par la beau­té de ce lieu, qui, tout en de­meu­rant à proxi­mi­té du somp­tueux châ­teau de Ver­sailles, nous donne l’im­pres­sion d’en être à mille lieues.

SUR LES TRACES DE LA REINE

Votre billet pour le Ha­meau vous donne ac­cès au Grand Tria­non, au Pe­tit Tria­non, aux jar­dins fran­çais et an­glo-chi­nois, per­met­tant de pour­suivre la vi­site sur les traces de Marie-An­toi­nette. Pour une vi­site com­plète du Do­maine de Ma­rieAn­toi­nette, pré­voyez l’après-mi­di.

Après avoir vi­si­té le Ha­meau, ren­dez-vous au Pe­tit Tria­non en pas­sant par le ma­gni­fique jar­din an­glo-chi­nois. Construit sur un ter­rain ac­ci­den­té, ryth­mé par un ruis­seau, il s’ins­pire des des­crip­tions que fai­saient les voya­geurs de la cam­pagne oc­ci­den­tale et des pay­sages chi­nois. Les fleurs et les arbres en font un es­pace ro­man- tique où il est agréable de flâ­ner. Pour­sui­vez votre vi­site par le Pe­tit Tria­non. C’est dans cette de­meure, of­ferte par Louis XVI, que Ma­rieAn­toi­nette vi­vait à l’écart de la Cour. Les ap­par­te­ments du Pe­tit Tria­non sont ri­che­ment dé­co­rés, l’in­fluence de Ver­sailles n’est pas très loin.

Mais la Reine y ajou­ta sa touche per­son­nelle, met­tant en avant son goût pour la na­ture. Elle se re­marque par la cou­leur pré­do­mi­nante, le vert, re­flé­tant la ver­dure des jar­dins en­vi­ron­nants. Dans le même es­prit, les boi­se­ries furent dé­co­rées de fleurs et de fruits rap­pe­lant les cultures avoi­si­nantes.

En­fin, ter­mi­nez le par­cours en vi­si­tant le Grand Tria­non, un long bâ­ti­ment à un étage de style ita­lien, qui fut la ré­si­dence de cam­pagne de Louis XIV.

PHOTO LE JOUR­NAL

La mai­son de la reine Marie-An­toi­nette.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.