Millé­nium passe le test DU GRAND ÉCRAN

L’adap­ta­tion ci­né­ma­to­gra­phique d’un ro­man à suc­cès est une en­tre­prise casse-gueule — par­le­zen à Ron Howard —, mais heu­reu­se­ment, Niels Ar­den Oplev a su évi­ter les pièges qui guettent ceux qui s’aven­turent dans cette voie avec sa brillante ver­sion grand éc

Le Journal de Montreal - Weekend - - CINÉMA - Cé­dric Bé­lan­ger Le Jour­nal de Qué­bec

Vé­ri­table phé­no­mène mon­dial avec plus de douze mil­lions de bou­quins ven­dus des trois tomes pu­bliés de­puis 2005, l’adap­ta­tion de Millé­nium réus­sit là où celle de Da Vin­ci Code a échoué : nous te­nir en ha­leine sans tom­ber dans le tape-à-l’oeil inu­tile.

Jour­na­liste éco­no­mique poids lourd, Mi­chael Blomk­vist (Mi­chael Ny­q­vist) vient de dé­mis­sion­ner de la re­vue Millé­nium après avoir per­du un re­ten­tis­sant pro­cès pour dif­fa­ma­tion que lui avait in­ten­té un riche in­dus­triel sué­dois. Son chô­mage ne du­re­ra pas long­temps. Le pa­triarche d’un groupe in­dus­triel, Hen­rik Van­ger, le contacte et lui de­mande de tra­vailler pour lui. Sa mis­sion? Élu­ci­der la mys­té­rieuse dis­pa­ri­tion de sa nièce Har­riet, sur­ve­nue qua­rante ans plus tôt.

Blomk­vist pa­tauge dans les nom­breuses boîtes de do­cu­ments sans trou­ver d’in­dice pro­bant, jus­qu’à ce qu’une sé­rie de codes at­tire son at­ten­tion.

Pa­ral­lè­le­ment, in­ter­vient Lis­beth Sa­lan­der (éton­nante Noo­mi Ra­pace), une jeune femme re­belle et ex­cel­lente dé­tec­tive, ca­pable de s’em­pa­rer à dis­tance de votre or­di­na­teur d’un clic de sou­ris. En­semble, ce duo réus­si­ra à éta­blir un lien entre la dis­pa­ri­tion de Har­riet et d’hor­ribles meurtres non ré­so­lus sur­ve­nus au cours des quatre der­nières dé­cen­nies.

DISTRIBUTION RÉUS­SIE

S’il ne ré­vo­lu­tionne pas le genre du po­lar, force est de re­con­naître que Millé­nium tient re­mar­qua­ble­ment la

Millé­nium

Film de Niels Ar­den Oplev Avec Mi­chael Ny­q­vist, Noo­mi Ra­pace et Le­na Endre

route du dé­but à la fin sur­tout grâce à son ex­cel­lente distribution. Par­ti­cu­liè­re­ment Noo­mi Ra­pace, ac­trice in­con­nue hors de la Suède, qui ne tar­de­ra pas à se faire un nom grâce à sa re­mar­quable et très phy­sique per­for­mance. Deux mor­ceaux de ro­bot!

MÉ­TA­MOR­PHOSE RÉUS­SIE

Pour te­nir le rôle, Ra­pace a dû com­plè­te­ment chan­ger d’ap­pa­rence. Che­veux courts, pier­cings et ta­touages, cours de kick boxing et de mo­to; elle n’a pas ménagé les ef­forts pour « de­ve­nir » Lis­beth Sa­lan­der. Pa­ri payant. Ra­pace « est » Lis­beth. Même chose pour Mi­chael Ny­q­vist. Avec son air ras­su­rant et sa gueule de foui­neur, il livre un Blomk­vist par­fait, comme au­raient pu l’ima­gi­ner les mil­lions de lec­teurs des livres.

Bon, on s’étonne par­fois de consta­ter avec quelle ai­sance nos dé­tec­tives réus­sissent à per­cer cer­tains mys­tères et codes en ap­pa­rence in­so­lubles. Mais c’est du ci­né­ma après tout. En salle de­puis hier.

PHOTO COUR­TOI­SIE

La re­belle Lis­beth Sa­lan­der et le foui­neur Mi­chael Blomk­vist.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.