LES TOR­TUES ME­NA­CÉES ONT TROU­VÉ UN SANC­TUAIRE

RUNDUMA (In­do­né­sie) | (AFP) Les tor­tues ma­rines peuvent dé­sor­mais pondre en toute quié­tude sur les plages pa­ra­di­siaques d’un cha­pe­let d’îles in­do­né­siennes : les ha­bi­tants ont dé­ci­dé de ne plus ra­mas­ser leurs oeufs pour les vendre et se mo­bi­lisent pour pro

Le Journal de Montreal - Weekend - - TOURISME -

Pen­dant des siècles, la tra­di­tion s’est per­pé­tuée. « Chaque nuit, les fa­milles se re­layaient pour al­ler ré­col­ter les oeufs » fraî­che­ment pon­dus, té­moigne La Bra­ni, le chef de l’île de Runduma.

Une par­tie de l’ar­gent le­vé par leur vente ser­vait aux dé­penses du vil­lage de 500 ha­bi­tants, es­sen­tiel­le­ment des pê­cheurs peu for­tu­nés, si­tué sur l’île, dans l’ar­chi­pel de Wa­ka­to­bi, à 1500 km de Ja­kar­ta.

Mais, il y a quatre ans, ces der­niers ont chan­gé leur fu­sil d’épaule: de chas­seurs d’oeufs, ils sont de­ve­nus dé­fen­seurs des tor­tues. Ils ont stop­pé leurs vi­rées noc­turnes sur le sable blanc et se sont en­ga­gés à pro­té­ger cette im­por­tante zone de ni­di­fi­ca­tion, entre les océans Pa­ci­fique et In­dien.

« J’ai ar­rê­té de ra­mas­ser les oeufs en 2005 après avoir pris conscience que, si nous conti­nuions, les gé­né­ra­tions fu­tures ne sau­raient pas à quoi res­semble une tor­tue », ra­conte Ha­ti­pa, 42 ans. Payés 1000 rou­pies (6 cen­times d’eu­ros) pièce, les oeufs lui per­met­taient pour­tant, bon an mal an, d’en­voyer ses deux en­fants à l’école.

Grâce à un ac­cord conclu avec l’ad­mi­nis­tra­tion et des as­so­cia­tions de dé­fense de l’en­vi­ron­ne­ment, cette perte de re­ve­nus a été com­pen­sée par l’en­voi d’ins­ti­tu­teurs, le versement de sub­ven­tions et l’or­ga­ni­sa-

tion de vi­sites de per­son­na­li­tés cé­lèbres (chan­teurs, man­ne­quins) van­tant ce pro­jet en­vi­ron­ne­men­tal in­édit.

PRO­GRAMME D’ADOP­TION

Les vi­si­teurs sont de­puis en­cou­ra­gés à sym­bo­li­que­ment « adop­ter », pour quelques di­zaines de dol­lars, un nid, ex­plique M. Pur­wan­to, le co­or­di­na­teur du pro­gramme gé­ré conjoin­te­ment par le WWF et l’ONG The Na­ture Con­ser­van­cy.

Les pre­miers ré­sul­tats sont ju­gés en­cou­ra­geants. Les po­pu­la­tions de tor­tues vertes et Ca­ret ont re­com­men­cé à croître au sud-est de l’île de Su­la­we­si. L’an der­nier, en­vi­ron 300 tor­tues ont pon­du quelque 3000 oeufs sur l’île in­ha­bi­tée d’Ana­no, la plus proche du vil­lage de Runduma. Près de 80 % d’entre eux ont don­né nais­sance à des nou­veaux-nés, se­lon M. Pur­wan­to.

Toute la po­pu­la­tion est dé­sor­mais mo­bi­li­sée. « Nous avons in­tro­duit l’en­sei­gne­ment des sciences de l’en­vi­ron­ne­ment dans les pro­grammes sco­laires », sou­ligne le chef du dis­trict de Wa­ka­to­bi, Hu­gua. Car l’ave­nir de ces pe­tites îles de rêve, jus­qu’à pré­sent peu connues, « est lié au dé­ve­lop­pe­ment de l’éco­tou­risme et, donc, à la pro­tec­tion des tor­tues ».

Si Ana­no est de­ve­nue une « suc­cess sto­ry », les tor­tues conti­nuent à être pour­chas­sées dans le reste de l’im­mense ar­chi­pel in­do­né­sien. Les as­so­cia­tions re­grettent que les lois me­na­çant d’une amende de 10 000 dol­lars et d’une peine de pri­son de 5 ans maxi­mum pour le vol d’oeufs soient ra­re­ment ap­pli­quées.

« Le ra­mas­sage des oeufs se pour­suit no­tam­ment sur les îles de Bor­néo et Sumatra, où ils sont tou­jours com­mer­cia­li­sés », in­dique Creu­sa Hi­ti­peuw, char­gée des es­pèces ma­rines au WWF. Par ailleurs, « Ba­li est l’un des prin­ci­paux mar­chés pour la viande de tor­tue ve­nue des îles voi­sines de Lom­bok ou Sum­ba­wa », ajoute-t-elle.

Outre le bra­con­nage, les sept es­pèces de tor­tues ma­rines pré­sentes dans tous les océans, sauf l’Arc­tique, sont me­na­cées par la pol­lu­tion (no­tam­ment les sacs plas­tiques), la des­truc­tion des ré­cifs co­ral­liens et les prises ac­ci­den­telles par les pê­cheurs.

1. Les îles de l’ar­chi­pel de Wa­ka­to­bi, à 1500 km de Ja­kar­ta, abritent six des sept es­pèces de tor­tues ma­rines connues. 2. En 2005, les ha­bi­tants de l’ar­chi­pel ont dé­ci­dé de ces­ser de ra­mas­ser les oeufs de tor­tues afin de pro­té­ger ces es­pèces me­na­cées. 3. et 4. Un homme re­met des tor­tues à l’eau sur l’île de Runduma. 5. Ces plages de sable blanc consti­tuent une im­por­tante zone de ni­di­fi­ca­tion, entre les océans Pa­ci­fique et In­dien. 6. Grâce au pro­gramme de pré­ser­va­tion, les po­pu­la­tions de tor­tues ont re­com­men­cé à croître. PHOTO AFP ET D’ARCHIVES

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.