Le ro­man post­hume de Nel­ly Ar­can

Le Journal de Montreal - Weekend - - LES CHOIX DE SOPHIE -

Im­pos­sible de lire un livre qui parle de sui­cide écrit par une au­teure qui s’est ôté la vie, sans cher­cher à y voir des signes pré­mo­ni­toires. C’est un ré­flexe nor­mal de lec­teur. Mais il ne fau­drait sur­tout pas abor­der Pa­ra­dis, clef en main de Nel­ly Ar­can en ne pen­sant qu’à ça, car c’est avant tout un ro­man ha­le­tant et ex­trê­me­ment bien écrit.

DROIT AU SUI­CIDE

Mais c’est aus­si un livre qui pose une ques­tion fon­da­men­tale : le droit au sui­cide

Le per­son­nage prin­ci­pal, An­toi­nette, est une femme de 30 ans qui a man­qué son sui­cide (par guillo­tine !) et qui se re­trouve, pa­ra­plé­gique, à l’hô­pi­tal, où elle écrit l’his­toire de sa vie. Elle ra­conte les vi­sites quo­ti­diennes de sa mère qu’elle dé­teste, mais qui lui four­nit toute la vod­ka jus d’orange dont elle a be­soin pour pas­ser à tra­vers les longues jour­nées d’une han­di­ca­pée clouée sur un lit.

Et elle ra­conte comment elle a contac­té une com­pa­gnie de sui­cide as­sis­té pour or­ga­ni­ser sa propre mort, une sorte de voyage sur­réa­liste à la « Alice au pays des sui­cides » peu­plé de per­son­nages énig­ma­tiques.

On re­trouve, dans ce qua­trième et der­nier ro­man, la plume vive de Nel­ly Ar­can, son cy­nisme, son sens de l’humour et de la for­mule. « Tout est tuant, à la fin, ma­man. Même la vie », dit An­toi­nette à sa mère. « Il a com­pris que la vie, dans cer­tains cas, était une ma­la­die à soi­gner », écrit Nel­ly à pro­pos d’un des per­son­nages. est-il un in­con­tour­nable ? « Ni l’État, ni la re­li­gion, ni la so­cié­té, ni la fa­mille, ni les amis ne doivent s’in­ter­po­ser entre les corps et l’éner­gie vi­tale qui les anime. Dis­po­ser de son corps comme bon nous chante, même si cette dis­po­si­tion mène au ci­me­tière, est un droit in­alié­nable. »

Pa­ra­dis, clef en main est un ro­man beau­coup moins sombre qu’on au­rait pu le croire : An­toi­nette re­trouve le goût à la vie, dans les der­nières pages du livre, parce qu’elle se sent utile en pou­vant ai­der d’autres à vivre. Quel dom­mage que l’au­teure n’ait pas eu, elle aus­si, ce sur­saut de sur­vie.

Nel­ly Ar­can.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.