Ve­dettes grip­pées

Les cé­lé­bri­tés ont beau avoir une équipe d’en­traî­neurs per­son­nels, de nu­tri­tion­nistes et d’autres spé­cia­listes du bien-être à leur ser­vice 24 heures sur 24, 7 jours par se­maine, elles tombent ma­lades elles aus­si, prin­ci­pa­le­ment à cause du froid par les te

Le Journal de Montreal - Weekend - - ACTUALITÉS - Agence QMI

Et cer­taines d’entre elles (c’est du moins ce que craignent leurs pro­mo­teurs) at­tra­pe­ront même la grippe A (H1N1) tant re­dou­tée.

Pen­dant un cer­tain temps, Mi­ley Cy­rus sem­blait fi­gu­rer sur la liste des vic­times du vi­rus A (H1N1), sur­tout après que son amie et an­cienne co­ve­dette de Han­nah Mon­ta­na, Co­dy Lin­ley, eut dit en en­tre­vue que Mi­ley lui avait confir­mée la chose.

Mais il semble bien que toutes deux se soient trom­pées, se­lon leur agent, et que le vi­rus de Mi­ley n’ait été qu’une vi­laine in­fec­tion à strep­to­coque.

Il est fa­cile de com­prendre pour­quoi leurs agents pro­mo­tion­nels sont dé­si­reux de faire ces­ser les ru­meurs de grippe H1N1, et pas seule­ment parce qu’ils ne veulent pas créer un mou­ve­ment de pa­nique.

« Tout ce qui peut vous faire sem­bler fra­gile mé­di­ca­le­ment af­fecte votre ca­pa­ci­té à ob­te­nir une as­su­rance. Et sans as­su­rance, vous ne pou­vez pas être em­bau­ché. Ce­la fait en sorte que les pro­duc­teurs hé­sitent à tra­vailler avec vous », af­firme une source ano­nyme.

Les choses se corsent da­van­tage lorsque vous tom­bez ma­lade au beau mi­lieu d’un contrat.

Ru­pert Grint, le Ron Weas­ley de Har­ry Pot­ter, a été par­mi les pre­mières vic­times de la souche ac­tuelle de A (H1N1), en juillet, pen­dant qu’il tour­nait Har­ry Pot­ter et les re­liques de la mort.

Heu­reu­se­ment, il s’est ré­ta­bli à temps pour as­sis­ter à la pre­mière plu­vieuse d’Har­ry Pot­ter et le prince de sang-mê­lé à Londres, pa­rais­sant plu­tôt ané­mique, il faut en conve­nir.

Le mois der­nier, Brian Lit­trell, des Backs­treet Boy, a consta­té qu’il comp­tait par­mi les vic­times avant le lan­ce­ment du der­nier al­bum pour cé­lé­brer le re­tour du groupe, This Is Us, for­çant l’an­nu­la­tion de plu­sieurs concerts.

Me­lis­sa Ry­croft, can­di­date d’émis­sion de té­lé­réa­li­té, a éga­le­ment eu le vi­rus. Mais elle en est re­ve­nue. Si la grippe l’a em­pê­chée de tour­ner dans The Ba­che­lor, elle s’est re­trou­vée dans l’émis­sion Dan­cing with the Stars avec une res­pec­table se­conde po­si­tion.

FAUSSES ALERTES

À part Mi­ley, David Bo­rea­naz et Su­san Boyle fi­gurent par­mi ceux qui sont re­trou­vés sur la liste gran­dis­sante des fausses alarmes.

Lorsque Bo­rea­naz est tom­bé ma­lade en pré­sen­tant les symp­tômes de la grippe, la pro­duc­tion de l’émis­sion Bones de Fox a été stop­pée pen­dant une jour­née en­tière, le propre créa­teur de l’émis­sion ayant blâ­mé le A (H1N1) sur son compte Twit­ter.

Tou­te­fois, il s’est en­suite ré­trac­té sur Twit­ter quand il s’est avé­ré que Bo­rea­naz n’avait qu’une simple pe­tite grippe nor­male.

Lorsque Su­san Boyle, se plai­gnant de dou­leurs à l’es­to­mac, a ré­cem­ment été ame­née d’ur­gence à un hô­pi­tal écos­sais, la thèse de la grippe por­cine a aus­si­tôt res­sur­gi, mais les craintes se sont avé­rées in­fon­dées.

La vé­ri­té, c’est que les ve­dettes, mal­gré le rem­pla­ce­ment de la Red Bull par le Ta­mi­flu, sont des can­di­dats idéaux pour la conta­gion. Elles tra­vaillent de longues heures sur des pla­teaux clos et étouf­fants, avec beau­coup de monde, elles par­courent de longues dis­tances en avion et serrent beau­coup de mains.

Ru­pert Grint.

David Bo­rea­naz.

Su­san Boyle.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.