Amou­reux, mil­lion­naire mais pas de bo­tox à 69 ans

Le Journal de Montreal - Weekend - - ACTUALITÉS - Mi­chelle Cou­dé-Lord Le Jour­nal de Mon­tréal

Il re­vient après 30 ans et vous avez le goût de lui po­ser toutes les ques­tions sur l’âge, l’ar­gent, sa vie... alors, voi­ci Do­nald Lau­trec à 69 ans à coeur ou­vert.

L’ÂGE VOUS DÉ­RANGE-T-IL ?

Non, pas vrai­ment. L’âge, c’est le phy­sique qui vieillit, mais l’âme, la tête, le coeur peuvent res­ter jeunes. Mon en­tou­rage, ce sont des gens de 40 ans. Mais at­ten­tion, je n’ai ja­mais eu de bo­tox ni de chi­rur­gie es­thé­tique. Et je viens juste de com­men­cer de blan­chir un peu. J’ai une bonne gé­né­tique. Ce qui m’agace, c’est que les jeunes parlent du fu­tur, les gens dans le mi­lieu parlent du main­te­nant et les âgés, du pas­sé. Moi, je le passe, ça ne m’in­té­resse pas, ça ne veut pas dire que je ne chan­te­rai pas Éloïse avec joie, mais je suis un gars du pré­sent et de l’ave­nir.

ET L’AMOUR... DO­NALD LAU­TREC LE TOM­BEUR DE CES DAMES A-T-IL QUEL­QU’UN DANS SA VIE ?

Je suis avec une fille que j’adore de­puis onze ans. Elle est comp­table, elle vient de Mon­tréal. Elle s’ap­pelle Kim. Je vis avec une comp­table agréable. Elle a 37 ans... ça fait 32 ans de dif­fé­rence. La ma­gie s’est pas­sée entre nous deux. Un soir dans un bar, quand elle m’a pris la main, j’ai sen­ti que cette fois-ci al­lait être la bonne. Elle est à son compte main­te­nant et elle est bien ex­ci­tée par mon re­tour.

VOUS AVEZ ÉTÉ ÉCOR­CHÉ PAR L’AMOUR ?

Ah oui, j’ai pas­sé quelques pe­tits cal­vaires. J’en ai vé­cu plu­sieurs. J’ai vé­cu avec une autre fille pen­dant 13 ans et quand j’ai connu Kim, ça fai­sait trois ans que j’étais seul. Moi, je fais tout par pas­sion, donc je souffre en amour.

VOU­LEZ-VOUS DES EN­FANTS ?

Moi, je suis or­phe­lin, donc la fa­mille, je ne connais pas ce­la. Mais nous sommes en ré­flexion ac­tuel­le­ment. Je ne sais pas. Sa soeur vient d’avoir un bé­bé, donc ça la tourmente en­core plus. La fa­mille de Kim est ex­tra­or­di­naire, donc je com­prends son dé­sir. C’est drôle, car ses pa­rents, qui m’ont adop­té, sont plus jeunes que moi.

DONC, VOUS ÊTES UN HOMME HEU­REUX ?

Oui, je suis pas­sion­né dans tout, mais je peux dire que j’ai eu du fun dans ma vie. J’ai fait des abus, mais Dieu que j’ai eu des plai­sirs.

ET L’IN­TER­NET, DO­NALD LAU­TREC, VIT CE­LA COMMENT ?

Moi, j’ai ache­té le pre­mier or­di­na­teur à Mon­tréal dans les an­nées 60, donc ça fait par­tie de ma vie de­puis long­temps et, grâce à l’or­di­na­teur, j’ai ap­pris à comp­ter. Avant, je me fai­sais ad­mi­nis­trer et ce fut la catastrophe. Fi­na­le­ment, je me ra­mas­sais avec rien.

AVEZ-VOUS DÉ­JÀ FAIT FAILLITE ?

Non, mais j’ai dé­jà eu une sai­sie d’im­pôt. J’ai per­du une mai­son là­de­dans. J’ai dé­jà eu be­soin d’un en­dos­seur pour payer mon ap­par­te­ment. Comme je dis au­jourd’hui, l’im­por­tant, c’est de ne pas en man­quer. J’ai pas des mon­tants et les mil­lions comme les gens s’ima­ginent. J’ai fait mon ar­gent avec la pro­duc­tion de quiz et de shows té­lé, car tout le monde sait qu’on ne se met pas riche avec la mu­sique. J’ai un ap­par­te­ment à l’Ile des soeurs et un ap­par­te­ment à Fort Lau­der­dale, en Flo­ride, à cô­té de ce­lui d’Hen­ri Ri­chard. Et je suis un ma­niaque de golf.

DES FEMMES VOUS ONT BRI­SÉ LE COEUR ?

Que oui. Il y en a une qui est en­ter­rée pour moi, c’est Chan­tal Re­naud. J’ai vé­cu la tra­hi­son. Elle m’a fait tant souf­frir. Puis, il y a eu Ce­line Lo­mez et Mi­chèle Vi­ro­ly. J’ai eu de la peine, mais j’en ai fait aus­si souf­frir, je crois. C’est la vie.

DE TOUT VOTRE AN­CIEN RÉ­PER­TOIRE, QUELLE EST VOTRE CHAN­SON PRÉ­FÉ­RÉE ?

Éloïse... qui fut la plus gran­diose, et moi, je ne vou­lais pas la faire. Ça dure 5m20s. C’est mon men­tor Yvan Du­fresne qui m’a conseillé de la faire. L’ADISQ de­vrait d’ailleurs rendre hom­mage à ce grand homme trop ou­blié, je crois.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.