Sur un beau NUAGE

« Tout ce qui ar­rive en ce mo­ment est com­plè­te­ment dé­bile. J’étais en no­mi­na­tion à l’ADISQ, c’est ma ren­trée mont­réa­laise, j’ai un al­bum. C’est vrai­ment cool. Sé­rieu­se­ment, je com­mence à réa­li­ser ma chance. »

Le Journal de Montreal - Weekend - - MUSIQUE - Cé­dric Bé­lan­ger

À n’en pas dou­ter, la jeune au­teu­re­com­po­si­trice-in­ter­prète Amy­lie est sur un beau nuage. Un an après la pa­ru­tion de son très beau pre­mier al­bum, elle s’ap­prête fi­na­le­ment à pré­sen­ter son spec­tacle après avoir mis des mois à le peau­fi­ner et, sur­tout, à ap­pri­voi­ser la scène.

Car, aus­si étrange que ce­la puisse pa­raître pour une fille qui a fait du théâtre, Amy­lie était « su­per gê­née » à l’idée de chan­ter ses com­po­si­tions de­vant un pu­blic. Pour chas­ser sa ti­mi­di­té, elle a joué une tren­taine de fois, dont quelques spectacles en pre­mière par­tie d’Ariane Mof­fat, en plus de s’of­frir une ré­si­dence d’une se­maine avec un met­teur en scène.

« Du­rant la der­nière an­née, ex­plique-t-elle, je me suis fa­mi­lia­ri­sée avec le fait de don­ner un spec­tacle en étant moi-même. Chan­ter sur scène, c’est tel­le­ment dif­fé­rent que de jouer un per­son­nage. J’avais de la mi­sère à par­tir de l’émo­tion et en don­ner plus. Mais à force d’en faire, j’ai com­men­cé à y prendre plai­sir. »

En outre, après plu­sieurs es­sais, elle a trou­vé la for­ma­tion de mu­si­ciens qui lui per­met de « trans­po­ser l’es­prit du disque sur scène » avec le plus d’ef­fi­ca­ci­té. Ain­si, outre son fi­dèle com­parse Jean-Fran­çois Le­mieux, on re­trou­ve­ra la per­cus­sion­niste Joan­nie La­belle et la vio­lon­cel­liste Myëlle.

Le qua­tuor se pro­dui­ra d’abord dans la ré­gion de Mon­tréal. Même si Qué­bec ne fi­gure pas en­core dans son ca­len­drier, Amy­lie « ai­me­rait beau­coup » y jouer. Elle pré­voit aus­si par­tir en tour­née avec le ROSEQ, l’été pro­chain.

« J’ai en­vie de connaître le Qué­bec da­van­tage. J’ai l’im­pres­sion qu’il m’en reste beau­coup à voir », si­gnale l’ar­tiste ori­gi­naire de Mas­couche.

Outre son spec­tacle à ve­nir, Amy­lie a par­ti­ci­pé à son pre­mier gala de l’ADISQ, di­manche der­nier. Elle était en lice pour le prix de la Ré­vé­la­tion de l’an­née, aux cô­tés de la ga­gnante, Coeur de Pi­rate, Marie-Pierre Ar­thur, La patère rose et Alexandre Pou­lin.

« D’avoir été pla­cée par­mi eux, c’était tout un hon­neur », dit-elle.

RE­TOUR À LA CRÉA­TION

Ces émo­tions pas­sées, elle af­firme être main­te­nant prête à re­com­men­cer à écrire des chan­sons, ac­ti­vi­té qu’elle avait mise au ran­cart de­puis long­temps.

« J’ai tel­le­ment tra­vaillé sur l’al­bum et sur le show que j’ai eu en­vie de me dé­ta­cher de l’écri­ture pour un bout. J’ai re­com­men­cé un peu, mais pour y ar­ri­ver, il faut que je m’as­soie et que je ne fasse que ça. Ça tra­vaille dans ma tête. De­puis que j’ai fait ma ré­si­dence, je suis plus sûre de moi sur scène et ça m’a re­don­né le goût de créer », pré­cise Amy­lie, qui af­firme avoir écou­té sur­tout de la mu­sique an­glo­phone, bien que son style nous la si­tue dans la li­gnée des chan­teurs fran­çais.

« Mer­ci. Je le prends comme un com­pli­ment, ré­pond-elle quand on lui en fait la re­marque. Mais je n’écou­tais que Fran­cis Ca­brel quand j’étais pe­tite. Il m’a beau­coup ins­pi­rée pour les pa­roles. » Amy­lie se­ra en spec­tacle, le 10 no­vembre, au Ca­ba­ret Juste pour rire de Mon­tréal et, le len­de­main, au Bis­tro In Vi­vo dans le cadre des mi­dis-spec­tacle du Coup de coeur fran­co­phone.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.