UNE EXPOSITION-ÉVÉ­NE­MENT SUR LOUIS XIV À VER­SAILLES

Le Journal de Montreal - Weekend - - TOURISME -

PARIS – (AFP) Le châ­teau de Ver­sailles pré­sente pour la pre­mière fois, une exposition-évé­ne­ment sur Louis XIV, mo­narque ab­so­lu mais aus­si homme de culture et de com­mu­ni­ca­tion à l’image soi­gneu­se­ment construite.

In­ti­tu­lée « Louis XIV, l’homme et le roi », elle met fin à une « vé­ri­table ano­ma­lie », qui fai­sait que le châ­teau n’avait ja­mais « consa­cré d’exposition à son créa­teur », dé­clare à l’AFP Jean-Jacques Ailla­gon, le pa­tron de l’éta­blis­se­ment pu­blic du mu­sée et du do­maine na­tio­nal de Ver­sailles.

De l’an­cien pa­villon de chasse de Louis XIII, son père, Louis XIV (1638-1715) a fait un somp­tueux châ­teau où il ins­talle of­fi­ciel­le­ment la Cour et le gou­ver­ne­ment en 1682.

Jean-Jacques Ailla­gon ex­plique avoir vou­lu dres­ser un « por­trait cultu­rel » du mo­narque ab­so­lu, dont le règne per­son­nel du­ra 54 ans.

« Le sys­tème po­li­tique est ré­vo­lu. C’est par la culture que Louis XIV nous parle au­jourd’hui », sou­ligne l’an­cien mi­nistre de la Culture. Le règne du Roi-So­leil est mar­qué par une flo­rai­son ex­cep­tion­nelle des arts. Ar­chi­tec­ture, mu­sique, théâtre, pein­ture, art du jar­din: le roi se pas­sionne et s’im­plique, dé­pen­sant sans comp­ter pour se di­ver­tir et im­pri­mer sa marque.

JUS­QU’AU 7 FÉ­VRIER

Trois cents oeuvres sont pré­sen­tées jus­qu’au 7 fé­vrier dans le cadre de cette exposition. Qua­tre­vingts pro­viennent du châ­teau et ont été par­fois res­tau­rées pour l’oc­ca­sion. D’autres viennent du Louvre et de la Bibliothèque nationale de France. Mais aus­si de prê­teurs étran­gers no­tam­ment bri­tan­niques, comme la reine Eli­sa­beth II.

« Louis XIV avait un grand sou­ci de l’image, de la com­mu­ni­ca­tion et en ce­la il était très mo­derne », ex­plique Alexandre Ma­ral, l’un des com­mis­saires de l’exposition. Col­bert fut le prin­ci­pal ar­ti­san de la construc­tion de cette image mul­ti­forme.

La plus forte et la plus an­crée est celle du Roi-So­leil, re­pré­sen­té sous les traits d’Apol­lon, di­vi­ni­té so­laire.

À l’en­trée de l’exposition, le vi­si­teur est ac­cueilli par « Apol­lon ser­vi par les nymphes », un groupe réa­li­sé entre 1667 et 1675 par les sculp­teurs Fran­çois Gi­rar­don et Tho­mas Re­gnau­din.

Autre choc vi­suel: le buste de Louis XIV, réa­li­sé en 1665 par le Ber­nin et fraî­che­ment net­toyé, donne du sou­ve­rain une image idéale. « C’est le por­trait d’un cou­rage ins­tinc­tif », ex­plique M. Ma­ral. Une dra­pe­rie isole le sou­ve­rain du reste du monde. « Le roi a tou­jours ai­mé ce buste », qui est tou­jours à Ver­sailles, pré­cise le com­mis­saire.

Louis XIV ap­pré­ciait éga­le­ment beau­coup son por­trait réa­li­sé en 1702 par Hya­cinthe Ri­gaud. Le mo­narque, vieillis­sant, y porte le man­teau du sacre. À l’ori­gine, il vou­lait l’of­frir à son pe­tit-fils Philippe d’An­jou, alors dé­si­gné roi d’Es­pagne. Mais il lui plai­sait tel­le­ment qu’il l’a gar­dé.

Le por­trait le plus éton­nant est ce­lui réa­li­sé en cire co­lo­riée par Antoine Be­noist. Il a pro­ba­ble­ment été réa­li­sé à par­tir de plu­sieurs prises d’em­preintes di­rectes sur le vi­sage du roi, alors âgé d’en­vi­ron 65 ans.

PHOTOS LE JOUR­NAL

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.