Un mort bien fi­ce­lé

Loin l’un de l’autre, être mé­de­cin et être ro­man­cier? Pas tant que ça, se­lon Jean Le­mieux, le mé­de­cin-au­teur qui pu­blie en ce mo­ment son nou­veau ro­man, Le mort du che­min des Ar­sène, à La Courte Échelle.

Le Journal de Montreal - Weekend - - LIVRES - Serge Drouin

« Le mé­de­cin et l’écri­vain sont deux ob­ser­va­teurs. Un mé­de­cin doit ra­pi­de­ment trou­ver ce dont souffre un pa­tient, son ma­laise et de quoi ce der­nier dé­pend. L’au­teur est aus­si ob­ser­va­teur. Il construit ses per­son­nages, doit leur don­ner une vie... Mon ex­pé­rience comme mé­de­cin m’a gran­de­ment ai­dé à écrire », as­sure Jean Le­mieux. Que les pa­tients de M. Le­mieux ne s’in­quiètent pas trop; ils ne risquent pas de se re­trou­ver dans ses ro­mans. « Mes pa­tients ne sont pas mes per­son­nages de ro­mans. »

UN PO­LAR

Le nou­veau ro­man de Jean Le­mieux est un po­lar qui vous in­tri­gue­ra jus­qu’à la der­nière page. Le­mieux maî­trise son art plus que ja­mais et connaît bien les fi­celles du qui fait quoi et du comment il l’a fait. Le mort du che­min des Ar­sène ra­conte l’his­toire d’André Surprenant, un ser­gent-dé­tec­tive qui s’ap­prête à quit­ter ses fonc­tions aux îles de la Ma­de­leine.

Tou­te­fois, avant de par­tir, Surprenant mène sa der­nière en­quête. Le ca­davre d’un homme a été re­trou­vé dans sa mai­son à L'Étang-duNord. Tout laisse croire qu’il s’est sui­ci­dé... Mais pour­quoi Ro­main Le­blanc, mu­si­cien au som­met de sa gloire, grand tom­beur de femmes, riche pro­prié­taire de­puis un ré­cent hé­ri­tage, se se­rait-il en­le­vé la vie?

AUTRE RO­MAN

Jean Le­mieux a mis trois ans à écrire ce livre. Pas à plein temps, évi­de­ment, mais cet au­teur mé­de­cin confesse qu’il écrit sur­tout tôt le ma­tin ou du­rant ses va­cances. Écrire un po­lar de­mande une grande dis­ci­pline. Il faut que chaque in­dice, chaque élé­ment ré­vé­lé se tienne, soit cré­dible et n’en contre­dise pas un autre. « J’ai des fi­chiers dans les­quels je garde des notes sur l’in­trigue, sur les per­son­nages. Je leur donne même une date d’an­ni­ver­saire », as­sure l’au­teur.

Ce der­nier re­con­naît qu’il a dé­jà com­men­cé l’écri­ture d’un nou­veau ro­man. Mais il se garde bien de nous en dé­voi­ler les cou­leurs. Ayant dé­jà écrit pour un pu­blic jeu­nesse, il pré­cise tou­te­fois que ce pro­chain ou­vrage se­ra des­ti­né à un large pu­blic.

Tôt ou tard, un des ro­mans de Le­mieux pour­rait être por­té au grand écran. Le réa­li­sa­teur Ga­briel Pel­le­tier ( Kar­mi­na 2) est ac­tuel­le­ment en re­cherche de fi­nan­ce­ment pour la mise sur pel­li­cule de On fi­nit tou­jours par payer, un pré­cé­dent ro­man de Le­mieux. Le ro­man est dé­jà scé­na­ri­sé, mais Le­mieux n’a pas par­ti­ci­pé à l’écri­ture du scé­na­rio. « C’est un autre mé­tier. » Pour le mé­de­cin, voir un de ses livres au ci­né­ma se­rait un rêve, mais il ne croit pas né­ces­sai­re­ment à l’in­ci­dence des ventes d’un livre por­té au ci­né­ma.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.