Un rêve de­ve­nu

Elle chante du Ma­don­na, re­prend une chan­son des Rol­ling Stones, une autre des Mon­kees et bien sûr son grand clas­sique des Mi­sé­rables, I Drea­med A Dream. Su­san Boyle, celle qui a en­flam­mé YouTube avec plus de 300 mil­lions de vi­si­teurs en jan­vier der­nier av

Le Journal de Montreal - Weekend - - NEWS -

Su­san Boyle réa­lise en­fin son rêve. Cette Écos­saise de 48 ans vient de sor­tir un pre­mier disque. « Je rêve de chan­ter pro­fes­sion­nel­le­ment et de faire un pre­mier al­bum de­puis 23 ans. Ce pre­mier disque est le re­flet de ma vie », ex­plique-t-elle.

Sur la po­chette, son image n’a plus rien à voir avec la dame aux che­veux ébou­rif­fés qui a dé­joué tout le monde en jan­vier der­nier lors du pas­sage au pe­tit écran à Londres.

Même si elle rê­vait cet ins­tant de­puis long­temps, elle a vu sa vie bas­cu­ler quand in­ter­net l’a pro­pul­sé star pla­né­taire en quelques heures. Heu­reu­se­ment, l’équipe So­ny à Londres a pris grand soin d’elle.

Ain­si, Su­san Boyle ne fait au­cune en­tre­vue en per­sonne. Elle a ré­pon­du aux ques­tions du Jour­nal de Mon­tréal par cour­riel.

Lors­qu’elle a fait sa pre­mière ap­pa­ri­tion à la té­lé­vi­sion amé­ri­caine la se­maine der­nière à la po­pu­laire émis­sion Dan­cing with the stars, elle a chan­té son grand suc­cès des Mi­sé­rables mais au­cune ques­tion ne lui fut po­sée en di­rect.

Pour ex­pli­quer cette pro­tec­tion, rap­pe­lons que Su­san Boyle avait dû être hos­pi­ta­li­sée pour épui­se­ment après avoir été dé­cou­verte.

STU­DIO

Pour réa­li­ser cet al­bum, Su­san Boyle est ren­trée en stu­dio à Édim­bourg en juillet der­nier.

Elle a tra­vaillé du­rant deux mois, choi­sis­sant des chan­sons qui lui al­laient par­fai­te­ment. À ce su­jet, Su­san Boyle dé­clare : « Il est cru­cial pour moi de sen­tir les chan­sons que je chante. »

Cette femme très sen­sible re­prend d’ailleurs une chan­son de Ma­don­na, You’ll See, en ri­poste aux en­fants qui ont tel­le­ment ri d’elle.

PRO­MESSE DE SUC­CÈS

De­puis sa dé­cou­verte, Su­san Boyle est de­ve­nue sy­no­nyme de rêve. Elle nous montre que tout est pos­sible dans la vie.

Son al­bum, qui sort le 23 no­vembre, est dé­jà un des disques les plus de­man­dés dans le monde. En l’écou­tant, on se laisse ber­cer par sa voix. Il lui res­semble : on sent qu’elle a par­ti­ci­pé au choix des chan­sons.

Su­san Boyle doit par­ti­ci­per mer­cre­di pro­chain à la fi­nale Ame­ri­ca’s Got Ta­lent aux États-Unis et chan­te­ra un des clas­siques des Rol­ling Stones, Wild Horses.

Elle se­ra de pas­sage à To­ron­to le 21 dé­cembre. Ce se­ra sa pre­mière vi­site au Ca­na­da. Ses fans pour­ront la ren­con­trer et l’en­tendre chan­ter à First Ca­na­dian Place à To­ron­to. Le nombre de places se­ra li­mi­té à 2000. Et pour ceux qui veulent faire la file pour un au­to­graphe, ils de­vront al­ler se cher­cher un bra­ce­let d’iden­ti­fi­ca­tion li­mi­té à 500 per­sonnes, le 14 dé­cembre à 10 h du ma­tin.

Quand on vous dit que Su­san Boyle est bel et bien pro­té­gée. On veut que son rêve dure et ne se trans­forme pas en en­fer. I Drea­med A Dream dis­po­nible le 23 no­vembre.

Su­san Boyle, la femme qui a sur­pris le monde en­tier

avec sa voix unique, sort son pre­mier al­bum.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.