Un­jeune pleinde ta­lents

La Route, ti­rée du ro­man du même nom (ga­gnant du prix Pul­lit­zer) de Cor­mac McCar­thy, est une his­toire in­té­res­sante à pro­pos de la fin du monde.

Le Journal de Montreal - Weekend - - CINÉMA - Agence QMI

Le film, at­ten­du avec im­pa­tience et dont la sor­tie a lieu ven­dre­di pro­chain, met en ve­dette Viggo Mor­ten­sen et Ko­di SmitMcP­hee dans les rôles d’un père et d’un fils qui errent à tra­vers une contrée pos­ta­po­ca­lyp­tique en s’ac­cro­chant tant bien que mal à leur hu­ma­ni­té.

Or, la vraie ques­tion est la sui­vante : où ont-ils dé­ni­ché le jeune co­mé­dien ?

Ko­di Smit-McP­hee avait 11 ans lors du tour­nage de La Route et il est pré­sent dans toutes les scènes.

Le réa­li­sa­teur, John Hill­coat, a pro­fi­té de la grande pre­mière du Fes­ti­val du film de To­ron­to pour dis­cu­ter du choix d’ac­teur, un choix ex­trê­me­ment dif­fi­cile pour ce rôle.

« J’ai re­çu le livre avant sa pu­bli­ca­tion, in­dique Hill­coat, mais ce que je crai­gnais par-des­sus tout, c’était de ne pas trou­ver un en­fant as­sez doué pour être dans toutes les scènes. C’était un peu comme cher­cher une ai­guille dans une botte de foin et Viggo a ma­ni­fes­té la même in­quié­tude. Nous sa­vions tous les deux que si notre jeune ac­teur n’était pas à la hau­teur, le film se­rait un échec to­tal. Peu im­porte que Ro­bert Du­vall et Char­lize The­ron fassent par­tie de la distribution, ça n’a au­cune im­por­tance si l’en­fant n’est pas par­fait. Bref, mes deux plus beaux ca­deaux dans cette aven­ture ont été le ro­man comme tel, parce que j’ai tou­jours été un ama­teur de Cor­mac McCar­thy, et Ko­di. »

Non seule­ment est-il un ac­teur fan­tas­tique, pour­suit Hill­coat, mais c’est aus­si un gar­çon avec les deux pieds sur terre.

« Son père est un ac­teur et sa soeur est une ac­trice. Quand j’ai ren­con­tré Ko­di, il avait dé­jà lu le livre. Même dans mes rêves les plus fous, je ne l’au­rais ja­mais lais­sé faire ça, mais c’était dé­jà fait et Ko­di était tout sim­ple­ment ado­rable. C’est un ange. En plus d’être très pro­fes­sion­nel, il a fait preuve d’énor­mé­ment d’ins­tinct et d’in­tui­tion. Les autres ac­teurs, dont la ré­pu­ta­tion n’est pour­tant plus à faire, ont été com­plè­te­ment ren­ver­sés. »

UNE CÉ­LÉ­BRI­TÉ

Un de ces ac­teurs, Viggo Mor­ten­sen, a ac­cor­dé des en­tre­vues avec Ko­di SmitMcP­hee pen­dant la tour­née pro­mo­tion­nelle de La Route.

Le jeune Smit-McP­hee, dé­sor­mais âgé de 13 ans, est un gar­çon alerte, in­tel­li­gent et en­chan­té de dis­cu­ter de cer­taines exi­gences du tour­nage.

« J’ai man­gé des in­sectes. J’ai man­gé un grillon et des as­ti­cots morts, ra­conte-t-il avec en­train. Il y avait aus­si des su­çons avec des scor­pions à l’in­té­rieur, mais c’était un peu trop pour moi. »

Nous avons de­man­dé à Smit-McP­hee ce qu’il pen­sait de cette ex­plo­sion de cé­lé­bri­té, mais c’est Viggo Mor­ten­sen qui a ré­pon­du. Semble-t-il qu’ils ont tous deux été as­saillis par une foule en liesse pen­dant la pré­sen­ta­tion de La Route au fes­ti­val du film de Ve­nise. « Nous avons ac­cor­dé une en­tre­vue à la té­lé­vi­sion et Ko­di s’est fait en­cer­cler le len­de­main, ra­conte Viggo. C’était in­croyable. Des femmes de tous âges se sont mises à l’étreindre et à l’em­bras­ser. »

L’Aus­tra­lien Ko­di Smit-McP­hee est ac­teur de­puis l’âge de neuf ans. En 2007, il a rem­por­té le prix du meilleur jeune ac­teur de l’Aus­tra­lian Film Ins­ti­tute pour son rôle dans Ro­mu­lus, My Fa­ther aux cô­tés d’Éric Ba­na. Il a éga­le­ment par­ti­ci­pé à la sé­rie té­lé­vi­sée Mo­narch Cove ain­si qu’à un épi­sode de la sé­rie Rêves et cau­che­mars de Ste­phen King.

UN GAR­ÇON NOR­MAL

Pen­dant ses temps libres, Smit-McP­hee aime se rendre au parc en vé­lo et « faire des ac­ti­vi­tés nor­males ». De plus, il semble par­ti­cu­liè­re­ment dé­ta­ché de son suc­cès ac­tuel.

En ce qui concerne la ja­lou­sie po­ten­tielle de ses amis, le jeune ac­teur dé­clare : « Mes vrais amis sont ceux que je fré­quente de­puis que je suis pe­tit. Ceux qui veulent juste de­ve­nir amis avec moi parce que je suis un ac­teur, je les évite. Mes vrais amis me ta­quinent à pro­pos de quelques-uns de mes films et ça, c’est bon signe. »

Viggo Mor­ten­sen et Ko­di Smit-McP­hee.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.