ma­fio­si

Pour son en­trée dans le monde du ro­man, Ju­lie Ri­vard, col­la­bo­ra­trice au ma­ga­zine Sum­mum Girl, en­traîne le lec­teur dans l’uni­vers de la ma­fia. Elle pu­blie ac­tuel­le­ment Mez­za Mor­ta, aux Édi­tions de la Fran­co­pho­nie.

Le Journal de Montreal - Weekend - - LIVRES - Serge Drouin

Le ro­man pro­pose le choc des idéo­lo­gies entre trois ma­fias mont­réa­laises, celle des Sardes, des Si­ci­liens et des Russes. Le livre montre aus­si la force fé­mi­nine dans l’ombre du pou­voir des hommes. Comme quoi der­rière chaque homme, il y a une femme. Ain­si, hommes et femmes trou­ve­ront un plai­sir à dé­cor­ti­quer l’oeuvre de l’au­teure.

Plus pré­ci­sé­ment, Mez­za Mor­ta ra­conte l’his­toire de Vic Fresu, un jeune par­rain plu­tôt fleg­ma­tique qui veut se mon­trer de taille contre les Si­ci­liens en scel­lant une alliance se­crète avec les Russes. Il dé­cou­vri­ra alors qu’une haute tra­hi­son se trame contre sa fa­mille. Mais Fresu est un tor­tu­ré in­té­rieu­re­ment. Ce fai­sant, l’au­teure sou­hai­tait sor­tir des sté­réo­types vou­lant qu’un par­rain de la pègre soit be­don­nant, gri­son­nant et âgé de plus de 50 ans. Pour sur­vivre, notre hé­ros s’en re­met­tra aux femmes de son en­tou­rage. « Je sou­hai­tais quel­qu’un de jeune et d’im­par­fait comme par­rain », pré­cise l’au­teure.

Ju­lie Ri­vard avoue que c’est après avoir vu le film Les Af­fran­chis qu’elle s’est in­té­res­sée au monde de la ma­fia. Un film qu’elle a re­gar­dé avec son frère. Elle n’avait que 11 ans. « Ce film m’a bou­le­ver­sée. Ça a été un choc pour moi, dit-elle. À par­tir de ce mo­ment-là, je me suis à lire, à faire des re­cherches sur la ma­fia. Le « clash » de leur vie m’a in­ter­pel­lée. Ils sont fi­dèles, très fa­mille, mais en même temps, ils peuvent s’en­tre­tuer. Ce sont des gens pas­sion­nés. »

Pour écrire son ro­man, Ju­lie Ri­vard n’a pas in­fil­tré le monde de la ma­fia. Tou­te­fois, elle a pris le soin de faire lire son ro­man par des po­li­ciers. « Ils m’ont dit que c’est très plau­sible. Moi, c’est ce que je vou­lais : que mon his­toire soit cré­dible, vrai­sem­blable », note Mme Ri­vard, qui pré­voit dé­jà une suite pour ses ma­fio­si. Les lec­teurs pour­raient les re­trou­ver d’ici deux ou trois ans.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.