ÇA SE PASSE EN FRAN­ÇAIS

Le Journal de Montreal - Weekend - - NEWS - Cé­dric Bé­lan­ger Agence QMI

Con­trai­re­ment à plu­sieurs ar­tistes et groupes mon­tréa­lais qui ont adop­té l’an­glais pour faire leur marque, c’est avec le fran­çais que Bo­ni Suba, nou­velle for­ma­tion à six têtes qui vient de lan­cer son pre­mier al­bum, a dé­ci­dé d’al­ler ten­ter de sé­duire les masses.

Oli­vier Ar­bour-Masse, l’un des deux chan­teurs du groupe avec Thier­ry Char­le­bois, ne cache d’ailleurs pas ses al­lé­geances pour la langue de Mo­lière.

À tel point que lorsque le groupe s’est mis à fi­gno­ler ses pre­mières chan­sons, les textes de Thier­ry, ori­gi­na­le­ment écrits en an­glais, ont tous été tra­duits en fran­çais.

« Il y a beau­coup de groupes de Mon­tréal re­con­nus sur la scène in­ter­na­tio­nale qui chantent en an­glais. Et nous, on a choi­si en fran­çais parce qu’on fait de la mu­sique qui parle de notre vie. Et notre vie, elle se passe en fran­çais. Je veux bien croire que la mu­sique qu’on re­çoit et nos in­fluences viennent des États-Unis, mais je ne com­prends pas comment quel­qu’un qui vit au quo­ti­dien en fran­çais peut faire de la mu­sique en an­glais », lance Ar­bour-Masse.

PE­TITES CONCES­SIONS

Il se­rait faux ce­pen­dant d’af­fir­mer que Sha­kes­peare est per­so­na non gra­ta sur l’al­bum épo­nyme de Bo­ni Suba. Le re­frain du pre­mier ex­trait, Ki­cked Out, a été conser­vé dans sa langue ori­gi­nale. Mais c’est tout, même si quelques titres, comme Bull­do­zer, Bounce, Road­trip, em­pruntent à l’an­glais. Mais les textes, eux, sont en fran­çais.

Tous ori­gi­naires d’Ahunt­sic, Bo­ni Suba (c’est le nom du dé­pan­neur où les gars al­laient ache­ter leur bière avant d’al­ler grat­ter la gui­tare dans les parcs de leur quar­tier) s’est for­mé dé­fi­ni­ti­ve­ment, il y a deux ans, par la ren­contre des deux chan­teurs avec les quatre mu­si­ciens que sont Fran­çois Beau­doin-Ja­wors­ki, Ju­lien Payette-Tes­sier, Louis Da­ge­nais et Pas­cal Deau­de­lin.

Le groupe a d’abord pro­duit un dé­mo dans le sous-sol d’un co­pain. Les chan­sons se sont re­trou­vées sur MyS­pace. Leur mé­lange de hip-hop, funk, pop et rock a sé­duit l’oreille du père d’un ami, qui, par bon­heur, pos­sède un stu­dio à Mon­tréal.

« Il lui a de­man­dé de nous ame­ner en stu­dio. Il nous a of­fert une jour­née com­plète de 9 à 5 pour en­re­gis­trer un dé­mo pro­fes­sion­nel pour qu’on puisse al­ler voir les mai­sons de disque. Nous sommes al­lés voir La Tri­bu et ça mar­ché », ra­conte Ju­lien, heu­reux que la chance ait tour­né en leur fa­veur.

Chance qu’ils ont pro­vo­quée, prend-il soin de pré­ci­ser.

« Pour moi, c’est un rêve d’en­fance et je ne pen­sais ja­mais que ça pour­rait se réa­li­ser. Oui, il y a de la chance, mais il y a aus­si énor­mé­ment de tra­vail. Nous sommes six gars qui n’ont pas la langue dans notre poche. On a un gros ré­seau so­cial, on parle à beau­coup de monde. Nous avons presque har­ce­lé les gens, no­tam­ment sur Fa­ce­book. Quand on avait des spectacles, on rap­pe­lait ré­gu­liè­re­ment aux gens de ve­nir nous voir. » Pour les dates www.mys­pace.com/bo­ni­su­ba

PHOTO JEAN-FRAN­COIS DESGAGNÉS

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.