Dan­ser contre le ra­cisme

Le ci­néaste Paul Saltz­man et sa femme, la pro­duc­trice Pa­tri­cia Aqui­no, nous pro­posent Prom Night In Mis­sis­sip­pi,

Le Journal de Montreal - Weekend - - CINÉMA - Agence QMI

Le do­cu­men­taire Prom Night In Mis­sis­sip­pi concerne par­ti­cu­liè­re­ment les gens de Char­les­ton, une pe­tite ville où l’école se­con­daire or­ga­ni­sait deux bals de fi­nis­sants : un pour les Noirs et un autre pour les Blancs.

L’ac­teur Mor­gan Free­man, qui a pas­sé une par­tie de son en­fance à Char­les­ton, a of­fert de payer les frais d’or­ga­ni­sa­tion du bal de fi­nis­sants si les deux bals étaient fu­sion­nés.

L’école a ac­cep­té en 2008 et Saltz­man était là avec sa ca­mé­ra.

Le par­cours pro­fes­sion­nel de Paul Saltz­man, 66 ans, com­prend des dou­zaines de courts do­cu­men­taires, une par­ti­ci­pa­tion au tout pre­mier film IMAX, des photos cé­lèbres des Beatles en Inde, une pro­duc­tion té­lé et des films. Cu­rieu­se­ment, Prom Night In Mis­sis­sip­pi est son pre­mier do­cu­men­taire de longue du­rée.

« Ce fut une ma­gni­fique ex­pé­rience », af­firme le ci­néaste. « D’abord, j’ai eu la chance de tra­vailler avec ma femme et as­so­ciée, Pa­tri­cia Aqui­no, ce qui est ma­gni­fique, même si nous n’avons eu au­cun jour de congé au cours des deux der­nières an­nées. »

Il ajoute que ce fut gra­ti­fiant de faire un film qui en­cou­rage les gens à ré­flé­chir sur leur at­ti­tude, leurs croyances « et leurs pré­ju­gés, parce que nous en avons tous ».

Prom Night In Mis­sis­sip­pi était pré­sen­té au fes­ti­val Hot Docs de To­ron­to plus tôt cette an­née, et les en­sei­gnants ont vite com­pris sa va­leur édu­ca­tive.

« Un en­sei­gnant nous a écrit pour nous dire que ses 23 élèves ont of­fert une ova­tion de­bout au film, confie Saltz­man. Le film est rem­pli de joie, d’espoir et d’humour. De bonnes choses ! »

TRANS­METTRE UN MES­SAGE

En réa­li­té, la créa­tion de Prom Night In Mis­sis­sip­pi a dé­bu­té en 1965, lorsque Paul Saltz­man tra­vaillait pour l’ins­crip­tion des votes au Mis­sis­sip­pi pour le mou­ve­ment des droits ci­vils. Il est re­tour­né au Mis­sis­sip­pi il y a quelques an­nées et y a consta­té un cer­tain chan­ge­ment. Il a aus­si ren­con­tré Mor­gan Free­man.

« J’ai été tou­ché par ma ren­contre avec Mor­gan Free­man, et de consta­ter ce qui avait chan­gé ou pas au Mis­sis­sip­pi. Je n’avais au­cune en­vie de faire un film, mais après avoir pas­sé une jour­née avec Mor­gan… Il par­lait de choses tel­le­ment ma­gni­fiques à pro­pos de la cou­leur des gens et de la race que je me suis dit que je de­vais trans­mettre le mes­sage. Je suis re­ve­nu en 2007 pour faire un film in­ti­tu­lé Re­turn To Mis­sis­sip­pi. C’était à pro­pos de mon re­tour et de ce­lui de Mor­gan, qui a choi­si de s’ins­tal­ler de nou­veau au Mis­sis­sip­pi. »

Saltz­man ex­plique que pour la pre­mière fois dans l’his­toire amé­ri­caine, il y a plus d’Afro-Amé­ri­cains qui choi­sissent de s’ins­tal­ler dans le Sud plu­tôt qu’au Nord.

Re­turn To Mis­sis­sip­pi est en quelque sorte un film sur la dé­ci­sion de prendre la route « et un voyage per­son­nel d’ex­plo­ra­tion et de dé­cou­verte ».

« Har­ry Be­la­fonte, Mor­gan Free­man et le Ku Klux Klan font tous par­tie de Re­turn To Mis­sis­sip­pi, ex­plique Saltz­man. Le film pour­rait être prêt dans un an en­vi­ron. »

SÉ­GRÉ­GA­TION

Le jour même où le ci­néaste et Pa­tri­cia Aqui­no ter­mi­naient le tour­nage de Re­turn To Mis­sis­sip­pi, ils ap­pre­naient l’exis­tence du bal et de la sé­gré­ga­tion pra­ti­quée ain­si que la vo­lon­té de Mor­gan Free­man de chan­ger tout ça.

Ils ont ins­tinc­ti­ve­ment pris une dé­ci­sion et Prom Night In Mis­sis­sip­pi était né.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.