Une qua­ran­taine de sketches

Le Journal de Montreal - Weekend - - THÉÂTRE - Be­noît Au­bin Le Jour­nal de Mon­tréal

Comme les autres membres de l’équipe, qui tra­vaillent de­puis le prin­temps à pré­pa­rer cette re­vue cor­ri­gée de l’an­née 2009, Chan­tal Francke est très ré­ti­cente à par­ler de ses rôles, trop sou­cieuse de pré­ser­ver ses punchs.

L’ex de Rock et Belles Oreilles, qui par­ti­cipe à la re­vue du Ri­deau Vert pour la pre­mière fois, in­car­ne­ra le chef li­bé­ral Mi­chael Igna­tieff, la jour­na­liste Na­tha­lie Pe­trows­ki, la pré­sen­ta­trice de nou­velles à TVA So­phie Thi­bault, la vice-pre­mière mi­nistre du Qué­bec Na­tha­lie Nor­man­deau, une in­fir­mière dans un sketch sur Claude Du­bois au CLSC...

« Sur scène, ce n’est pas comme à la té­lé, tu n’as pas des heures pour te ma­quiller, tu dois in­car­ner ton per­son­nage du pre­mier coup. »

So­phie Thi­bault? Qué­be­cor a ache­té les Ca­na­diens, et la pré­sen­ta­trice porte un chan­dail bleu blanc rouge pour lire les nou­velles. Na­tha­lie Pe­trows­ki? Elle pro­teste contre les cou­pures à Ra­dio-Ca­na­da, dont elle a été vic­time.

GAR­DER LE RYTHME

Tra­di­tion­nel­le­ment, une re­vue est por­tée par un maître de cé­ré­mo­nie, qui four­nit les en­chaî­ne­ments. Ces der­nières an­nées, on s’est beau­coup ser­vi de la té­lé­vi­sion pour rem­pla­cer le maître de cé­ré­mo­nie. Mais cette fois, il n’y en au­ra pas.

« En 2009, on a ap­pris que les jour­naux étaient mo­ri­bonds et la té­lé­vi­sion gé­né­ra­liste aus­si, dit Yvon Bi­lo­deau, le met­teur en scène. Pre­nez Su­san Boyle. Tout le monde la connaît, pour l’avoir vue sur le web. »

Le por­teur du ré­cit cette an­née se­ra un grand écran d’or­di­na­teur ou ap­pa­raî­tront des images et des in­for­ma­tions pour si­tuer le spec­ta­teur.

« Le grand dé­fi, c’est de gé­rer le temps, de gar­der le rythme, dit Bi­lo­deau. On ne peut pas pas­ser plus de deux mi­nutes sur un su­jet. Il faut l’in­tro­duire ra­pi­de­ment et puis, bang, li­vrer le punch et pas­ser à autre chose. »

UN VRAI CA­DEAU

La ligne di­rec­trice cette an­née, c’est la crise éco­no­mique. C’est dans ce contexte que Guy Laliberté s’est payé un voyage dans l’es­pace. La re­vue au­ra de bons mots pour les ban­dits en cra­vate mis der­rière les bar­reaux en 2009.

Le maire de Mon­tréal semble éga­le­ment avoir re­te­nu beau­coup l’at­ten­tion. Le maire de Qué­bec, Régis La­beaume, est « un vrai ca­deau. On pour­rait faire huit sketches dif­fé­rents sur un tel per­son­nage ».

Mais pour sau­ver du temps et gar­der le rythme, il n’y a rien de mieux qu’une chan­son, conclut Bi­lo­deau. « C’est in­croyable tout ce qu’on peut ra­con­ter en ré-écri­vant quelques strophes d’une chan­son po­pu­laire. »

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.