Ren­trée mont­réa­laise

Le Journal de Montreal - Weekend - - SOMMAIRE - AN­NIE VILLE­NEUVE

Ren­trée mont­réa­laise à sa­veur olym­pique ce soir au Théâtre SaintDe­nis pour An­nie Ville­neuve avec la pré­sence sur scène, avec elle, du pia­niste Ste­phan Moc­cio, com­po­si­teur du thème en­ten­du du­rant toute la du­rée des Jeux de Vancouver.

C’est aus­si Ste­phan Moc­cio qui est der­rière la fa­meuse chan­son J’ima­gine/ I be­lieve du dif­fu­seur des Jeux de Vancouver CTV. La chan­teuse de 26 ans a aus­si lan­cé une belle in­vi­ta­tion à plu­sieurs ath­lètes.

«J’es­père qu’ils se­ront pré­sents, car ils m’ont tel­le­ment rem­pli de cou­rage et d’espoir à Vancouver», sou­ligne lors d’un en­tre­tien té­lé­pho­nique An­nie Ville­neuve.

Cer­tains croi­ront qu’elle est dé­çue de ne pas avoir été choi­sie pour les cé­ré­mo­nies d’ou­ver­ture et de clô­ture alors que la chan­son J’ima­gine a at­teint le top du pal­ma­rès du­rant les Jeux. Une belle fa­çon de re­mé­dier à l’ab­sence du fait fran­çais.

Rap­pe­lons que sa col­lègue an­glo­phone qui a par­ti­ci­pé à la chan­son I be­lieve, Nik­ki Ya­nof­sky et même Eva Avi­la ont eu droit cha­cune à leur mo­ment de gloire.

C’EST LA VIE....

Mais ne cher­chez pas de ran­coeur et de co­lère chez An­nie Ville­neuve. Il n’y en a pas.

«Bien sûr que je crois que la chan­son au­rait eu sa place. Mon équipe s’est bat­tue pour moi, mais David At­kins, le maître des cé­ré­mo­nies, en a dé­ci­dé au­tre­ment. Tou­te­fois, je dois dire que le dif­fu­seur CTV fut ab­so­lu­ment très cor­rect et res­pec­tueux de notre tra­vail ac­com­pli avec le suc­cès de cette chan­son. Oui, c’est plate, mais je sais que je suis fière d’avoir fait par­tie de ces Jeux avec cette chan­son que tout le monde chan­tait.

«À Vancouver même des an­glo­phones me di­saient dans la rue ai­mer la chan­son. Donc, oui, il y a eu un bel im­pact, mais sur­tout je lève mon cha­peau à tous ces ath­lètes si ins­pi­rants. Je suis bien au-de­là des ba­tailles po­li­tiques. Moi, je sais que j’ai connu aus­si de belles vic­toires à ces Jeux», pré­cise avec phi­lo­so­phie et ma­tu­ri­té l’ar­tiste ori­gi­naire du Sa­gue­nay.

LA SCÈNE... LE BON­HEUR

Elle re­prend donc la route de cette tour­née qui l’amène dé­jà faire un tour de la pro­vince.

«C’est un bon concert qui me per­met d’of­frir aux gens les chan­sons que j’aime et que je crois veulent en­tendre. Je me sou­viens d’avoir as­sis­té à un spec­tacle des Backs­treet Boys lorsque j’étais plus jeune et ils avaient re­mixé tous leurs suc­cès que je ne re­con­nais­sais pas. Je fus fort dé­çue comme fan. Or, ce concert est dé­fi­ni­ti­ve­ment pour moi une com­mu­nion avec le pu­blic. Donc, je les gâte avec les chan­sons qu’ils dé­si­rent, je crois », ex­plique l’ar­tiste.

Elle dit se faire un ma­gni­fique ca­deau en par­ta­geant la scène ce soir avec Ste­phan Moc­cio, «un grand com­po­si­teur».

«C’est une star in­ter­na­tio­nale. Il a écrit A new Day pour Ce­line Dion. Il est aus­si le com­po­si­teur pour des grands comme Sa­rah Bright­man et Josh Gro­ban. Je suis tel­le­ment ho­no­rée qu’il me fasse à ce point confiance de vou­loir par­ta­ger la scène avec moi », as­sure An­nie Ville­neuve sur un ton ad­mi­ra­tif.

Les trois soeurs Ri­ve­rin du Sa­gue­nayLac-Saint-Jean de la troupe Qué­bec Is­sime, Ca­ro­line, Ka­rine et Marie-Ève sont éga­le­ment ses trois cho­ristes.

AN­NIE... AU NA­TU­REL

An­nie Ville­neuve re­vi­site éga­le­ment de grands clas­siques de la chan­son fran­çaise.

«Je suis chez moi sur scène. Je me sens libre. Lors de ma pre­mière tour­née, un cri­tique avait écrit que j’étais trop par­faite. À ce mo­ment-là, je l’avais trou­vé trop in­juste. Mais au­jourd’hui, je sais ce qu’il vou­lait dire et il avait rai­son. J’ai ap­pris avec l’ex­pé­rience que sur scène, la clé était d’être libre et na­tu­rel. C’est ce bon­heur que je res­sens que j’es­saie main­te­nant de trans­mettre à mon pu­blic », conclut celle qui veut dé­fi­ni­ti­ve­ment une car­rière à l’étran­ger.

«Mais je vais fran­chir étape par étape. Je sais que la route est longue vers le som­met, mais l’im­por­tant, c’est que chaque mo­ment soit bien vé­cu. Et là je peux dé­fi­ni­ti­ve­ment dire que je suis heu­reuse», conclut An­nie Ville­neuve, tou­jours évi­dem­ment en amour avec son fa­meux Guillaume, du Wild du Min­ne­so­ta.

Et pour les in­té­res­sés, An­nie n’écoute plus les par­ties des Ca­na­diens... Min­ne­so­ta all the way... On peut certes dire que cette fille est à l’écoute de son coeur. Quand je ferme les yeux, Un ange qui passe, Ce soir, Mon hé­ros... An­nie Ville­neuve offre dans ce concert tous ses suc­cès. Il y au­ra une re­prise de ce spec­tacle le 25 mars à Qué­bec, à la salle Al­bert-Rousseau. Et sa tour­née se conti­nue par­tout au Qué­bec pour les pro­chains mois.

PHOTO GRA­CIEU­SE­TÉ EN­TOU­RAGE

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.