60 SE­CONDES DE GLOIRE

Comme tous les can­di­dats dans la course à un Os­car demain soir, Pa­trice Ver­mette a re­çu le DVD du par­fait ga­gnant. Soixante se­condes... c’est tout le temps dont dis­pose le ga­gnant pour se rendre sur la scène et dire ses re­mer­cie­ments. S’il ne veut pas êtr

Le Journal de Montreal - Weekend - - SOMMAIRE - Mi­chelle Cou­dé-Lord MCLORD@JOUR­NALMTL.COM

√ Un mer­ci à pa­pa, ma­man, mais de grâce,

ces­sez de sor­tir la longue liste de vos

«Ce DVD nous est en­voyé de ma­nière très for­melle par les di­ri­geants de l’Aca­dé­mie. Sous le titre du pe­tit guide du can­di­dat en no­mi­na­tion. Tout ce qu’il de­vrait sa­voir. Je l’ai écou­té avec at­ten­tion et les conseils sont très ins­pi­rants.»

Ani­mé par Tom Hanks, un ha­bi­tué des Os­cars, l’ac­teur ve­dette y va de ses pré­cieux conseils:

agents. √ Évi­tez le pe­tit pa­pier frois­sé dans la poche que vous sor­tez. On vous voit alors que le crâne à l’écran et on n’écoute plus ce que vous avez à dire. √ Votre dis­cours que vous avez bien pré­pa­ré et que vous avez ap­pris doit être bref et ef­fi­cace. √ Ne per­dez pas trop de temps avec de grands bai­sers à votre par­te­naire et ou à vos amis... il faut vous rendre vite sur scène, car 60 se­condes, c’est très ra­pide. Les pro­duc­teurs pro­longent s’ils ont l’im­pres­sion que le mo­ment à l’écran est ma­gique. √ En pas­sant, James Ca­me­ron a be­soin

d’avoir amé­lio­ré ses dis­cours, car il n’est pas un mo­dèle à suivre...trop de monde sur scène, trop long. Un mes­sage qu’on ne re­tient pas. √ Gwy­neth Pal­trow et Dus­tin Hoff­man sont à imi­ter. Elle a par­lé avec émo­tion de son père et Dus­tin Hoff­man a sou­te­nu qu’il ne croyait pas un jour pou­voir battre d’aus­si grands ac­teurs. √ Il faut dé­mon­trer du bon­heur. √ Un bon truc, se­lon Tom Hanks, est de par­ler avec son coeur et de dire tout sim­ple­ment pour­quoi cet Os­car est im­por­tant pour vous. √ Maxi­mi­ser la spon­ta­néi­té et sur­tout re­gar­der l’as­sis­tance avec sin­cé­ri­té afin qu’ils vivent ce mo­ment avec vous. √ À no­ter que la spon­ta­néi­té exige de la

pré­pa­ra­tion. √ Évo­quez votre pas­sion, votre rêve. Faites

rire la salle comme Be­ni­gni a su le faire.

DE­NISE RO­BERT... UN MO­DÈLE À SUIVRE

La pro­duc­trice De­nise Ro­bert et le ci­néaste De­nys Arcand avaient été par­faits sur scène se­lon le guide Tom Hanks.

On se sou­vient que la pro­duc­trice, d’une ma­nière spon­ta­née, avait dit: «Nous sommes heu­reux que le film The Lord of the Ring n’aie pas été dans cette ca­té­go­rie du meilleur film étran­ger.»

Une re­marque qui avait dé­clen­ché un éclat de rire dans la salle qui, de­puis le dé­but de la soi­rée, voyait ar­ri­ver sur scène que des gens du film The Lord of the Ring qui ra­flait tout ce soir-là.

De­nise Ro­bert est donc un mo­dèle à suivre.

Et sur­tout, à évi­ter com­plè­te­ment, ce sont ces longs re­mer­cie­ments de l’as­sis­tante, du gé­rant, de la soeur de la se­cré­taire.

«Vous au­rez la chance de leur dire mer­ci. Mais là, des mil­lions de té­lé­spec­ta­teurs vous re­gardent et veulent vivre votre mo­ment de gloire avec vous. Donc, ori­gi­na­li­té, spon­ta­néi­té et mots qui viennent du coeur sont dé­fi­ni­ti­ve­ment votre carte maî­tresse.»

Pas mal, les conseils de l’Aca­dé­mie et de Tom Hanks.

Fau­drait les adap­ter pour le Qué­bec. Au fil des ga­las, les re­mer­cie­ments des ga­gnants sont sou­vent l’hor­reur chez nous; trop longs, trop courts, man­quant de per­ti­nence et nul­le­ment pré­pa­rés.

«Un beau mo­ment de gloire par­ta­gé doit sé­duire, doit faire rire et in­té­res­ser et peut être même très court» conclut Pa­trice Ver­mette.

En es­pé­rant que s’il gagne, Pa­trice Ver­mette mé­rite le titre du par­fait ga­gnant.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.