UNE HIS­TOIRE AU MAS­CU­LIN

Après le ro­man his­to­rique M. et Mme Jean-Baptiste Rouet, l’au­teur Denis Mo­nette sort de son en­crier ha­bi­tuel avec Quatre jours de pluie, sa nou­velle oeuvre pu­bliée aux Édi­tions Lo­giques.

Le Journal de Montreal - Weekend - - SOMMAIRE - Serge Drouin SERGE.DROUIN@JOUR­NAL­DE­QUE­BEC.COM

Le ro­man met en scène trois hommes dans la jeune qua­ran­taine. « Les femmes ont tou­jours été à l’avant-plan dans mes ro­mans. C’est nou­veau, pour moi, des hé­ros mas­cu­lins », pré­cise l’au­teur en en­tre­vue. Qui plus est, les per­son­nages du ro­man se re­trouvent dans un huis clos après avoir re­çu l’in­vi­ta­tion de l’un d’eux à ve­nir faire un tour à son cha­let. Pen­dant quatre jours, nos trois hé­ros pas­se­ront aux con­fi­dences. « Ils sont en­fer­més, mais l’au­teur peut sor­tir du cha­let grâce aux re­tours en ar­rière », sou­ligne Mo­nette. Ce ro­man a un style très vi­vant avec ses nom­breux dia­logues, une force de l’au­teur.

CONTEM­PO­RAIN

En plus de mettre des hommes en ve­dette, Denis Mo­nette pro­pose un ro­man contem­po­rain. « Un ro­man his­to­rique de­mande beau­coup de re­cherches. Cette fois-ci, j’ai fait beau­coup d’ob­ser­va­tion. Per­son­nel­le­ment, je ne connais pas les hommes de 40 ans d’au­jourd’hui. Ces hommes ne pensent plus comme les hommes de 40 ans il y a 20 ans », dit

POUR ÊTRE LU

Denis Mo­nette est fier du che­min par­cou­ru. Un mil­lion de livres ven­dus au Qué­bec, il faut le faire. « Si, comme dans la mu­sique, il y avait des livres d’or comme des disques d’or, j’en au­rais une di­zaine ac­cro­chés sur mes murs, lance-t-il en riant. J’écris pour être lu. Je fais de la lit­té­ra­ture po­pu­laire. J’ai la chance d’avoir un pu­blic fi­dèle. J’aime ren­con­trer les lec­teurs dans les sa­lons du livre et je ré­ponds à tous ceux qui me font par­ve­nir des cour­riels. »

Mo­nette avoue qu’il a des synopsis dans ses ti­roirs. « J’ai tou­jours deux scé­na­rios de ro­mans dans mes ti­roirs. Pas à cause de l’in­sé­cu­ri­té, mais c’est comme ça. Quatre jours de pluie au­rait pu être écrit Mo­nette, qui a ain­si ob­ser­vé son fils, son gendre et les en­fants de couples amis.

Se­lon l’au­teur, même s’ils ont un vé­cu pas tou­jours fa­cile, David, Ro­nald et Vic­tor – les pré­noms de ses per­son­nages – vé­hi­culent de belles va­leurs. « Leur fa­çon de voir les filles, ce qu’ils aiment et ce qu’ils n’aiment pas; leurs rap­ports avec leurs mères, dit Mo­nette. Ce­pen­dant, on se rend compte que les pères de ces hommes-là sont ab­sents. Pour­tant, je suis père moi-même. Il ne faut pas les ju­ger, mais les com­prendre. » avant M. et Mme Jean-Baptiste Rouet, mais ça ne s’est pas pro­duit de cette fa­çon. »

Si la san­té est là, si la main est tou­jours agile, Denis Mo­nette en­tend pro­po­ser un nou­veau ro­man dans deux ans; sa vi­tesse de croi­sière. Si l’au­teur a su­bi des pon­tages car­diaques en 2006, il se porte bien. « Je prends ça un jour à la fois. J’ai fait beau­coup de stress et d’an­xié­té dans ma vie, mais plus main­te­nant. »

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.