Jeff Bridges s’ap­proche du but

Le Journal de Montreal - Weekend - - CINÉMA - Cé­dric Bé­lan­ger Agence QMI

Vieux rou­tier du ci­né­ma amé­ri­cain, Jeff Bridges a te­nu l’af­fiche dans des di­zaines et des di­zaines de longs-mé­trages de­puis la fin des an­nées 1960, mais ja­mais n’au­ra-t-il été si près de rem­por­ter la ré­com­pense ul­time, la sta­tuette dé­cer­née à l’ac­teur de l’an­née, que demain soir, lors de la 82e cé­ré­mo­nie de re­mise des os­cars.

La plu­part des in­di­ca­teurs lui sont fa­vo­rables. Il a été élu meilleur ac­teur lors des der­niers Gol­den Globe, d’or­di­naire un bon in­dice, et la presse spé­cia­li­sée n’hé­site pas à pré­dire son triomphe.

En outre, le rôle dans Cra­zy Heart, pour le­quel l’ac­teur de soixante ans est en no­mi­na­tion, tombe en plein dans la pa­lette des ju­rés de l’Aca­dé­mie. Un chan­teur coun­try, al­coo­lique et sur une pente des­cen­dante tente de re­mettre sa car­rière et sa vie sur les rails, après s’être épris d’une mère cé­li­ba­taire. Une his­toire de bat­tant comme Hol­ly­wood les adore.

Ce n’est ce­pen­dant pas la pre­mière fois que Bridges est en lice pour l’os­car du meilleur ac­teur. En 1985, il était en no­mi­na­tion pour son rôle dans Star­man, mais l’os­car avait été re­mis à F. Mur­ray Abra­ham, pour Ama­deus.

Par­mi ses quatre com­pé­ti­teurs fi­gurent deux ac­teurs qui ai­me­raient sû­re­ment ajou­ter pour la pre­mière fois le titre de meilleur ac­teur à ce­lui de meilleur ac­teur de sou­tien qu’ils ont dé­jà en banque.

C’est le cas de George Cloo­ney, au­réo­lé pour Sy­ria­na, en 2006, qui tente pour la deuxième fois de réus­sir le dou­blé, ayant été can­di­dat mal­heu­reux avec le film Mi­chael Clay­ton, il y a deux ans. Cette fois, c’est pour son tra­vail dans Haut dans les airs, dans le­quel il in­carne un cé­li­ba­taire qui par­court les États-Unis pour le compte d’une agence de li­cen­cie­ments, qu’il tente le grand coup.

L’autre can­di­dat dans la même si­tua­tion est le vé­né­rable Mor­gan Free­man. Il per­son­ni­fie Nel­son Man­de­la dans In­vic­tus, un drame re­la­tant l’épo­pée de la pré­sen­ta­tion de la Coupe du monde de rug­by en

LES HA­BI­TUÉS

Afrique du Sud, en 1995. Alors à son pre­mier man­dat comme pré­sident, Man­de­la s’était ser­vi de l’évé­ne­ment pour réunir tous les Sud-Afri­cains der­rière leur équipe nationale.

Free­man a échoué à deux re­prises dans sa ten­ta­tive de rem­por­ter l’os­car du meilleur ac­teur: en 1995 ( À l’ombre de Shaw­shank) et en 1990 ( Dri­ving Miss Dai­sy). Il a ce­pen­dant mis la main sur l’os­car de l’ac­teur de sou­tien, en 2005, pour La fille à un mil­lion de dol­lars.

LES NÉO­PHYTES

Deux néo­phytes de l’Aca­dé­mie com­plètent le quin­tette mas­cu­lin. Co­lin Firth y est pour sa per­son­ni­fi­ca­tion d’un pro­fes­seur d’uni­ver­si­té in­con­so­lable de­puis la perte de son com­pa­gnon dans Un homme au sin­gu­lier. Même s’il est loin d’être un dé­bu­tant, ce se­ra la toute pre­mière mise en no­mi­na­tion aux Os­cars pour l’ac­teur bri­tan­nique.

L’autre pré­ten­dant est un ac­teur en­core peu connu, Je­re­my Ren­ner. Il de­vient un spé­cia­liste un peu fê­lé pour désa­mor­cer les bombes ar­ti­sa­nales dans Dé­mi­neurs, qui traite de la guerre en Irak.

George Cloo­ney

Co­lin Firth

Mor­gan Free­man

Je­re­my Ren­ner

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.