Les rôles ma­cabres lui vont à mer­veille

LOS ANGELES | Dans le film Swee­ney Todd, Tim Bur­ton avait je­té He­le­na Bon­ham Car­ter dans un four. Avant ce­la, il lui a fait jouer le rôle d’un ca­davre pour­ri ( Corpse Bride) et d’une sor­cière borgne ra­ta­ti­née ( Big Fish).

Le Journal de Montreal - Weekend - - CINÉMA -

Compte te­nu de son amour pour le ma­cabre, voi­là sû­re­ment un signe d’af­fec­tion. Rap­pe­lez-vous, ces pre­mières étin­celles entre eux lors­qu’elle était af­fu­blée d’un masque de singe dans Pla­net of

the Apes.

« Il aime à mettre du ma­quillage sur moi. Il aime à me dé­for­mer», dit Bon­ham au su­jet de son ma­ri et par­te­naire pro­fes­sion­nel. « J’aime ça. J’ai tou­jours ai­mé avoir l’air dif­fé­rente de ce que je suis. » Dans leur plus ré­cente col­la­bo­ra­tion, elle joue le rôle de la sa­dique Reine rouge à la grosse tête dans Alice aux pays des mer­veilles.

À l’af­fiche de­puis hier, le film s’ins­pire des livres de Le­wis Car­rol, Alice’s Ad­ven

tures in Won­der­land et Through the Loo­king Glass. Il met en ve­dette une nou­velle Alice âgée de 19 ans (l’ac­trice aus­tra­lienne Mia Wa­si­kows­ka) qui chute dans le trou de la­pin pour se re­trou­ver dans un royaume d’un autre monde ap­pe­lé « Un­der­land ».

PER­SON­NAGES RÉELS

Lors­qu’on lui de­mande pour­quoi elle a dé­cro­ché le rôle de la mé­chante dé­tra­quée, Bon­ham Car­ter ré­pond qu’elle est « l’une des rares ac­trices ca­pables de gon­fler sa tête. » Bien que, note-t-elle, ce­la soit pos­sible grâce au ma­quillage et aux ef­fets spé­ciaux.

« Ils de­vaient faire dis­pa­raître mes che­veux. Ils ont donc dû me mettre un bon­net sur la tête pour avoir l’air chauve, ce qui pre­nait deux heures et de­mie et en­suite, ils de­vaient le peindre et en­suite mettre le ma­quillage, ce qui pre­nait un cer­tain temps, pour fi­na­le­ment ajou­ter mon énorme per­ruque », ra­conte l’ac­trice.

Elle de­vait en­suite jouer son rôle sans faire face à des per­son­nages réels, mais qui se­raient en­suite re­pro­duits nu­mé­ri­que­ment. « Lorsque vous jouez, vous de­vez de toute fa­çon faire al­ler votre ima­gi­na­tion. »

En re­vanche, le film lui-même ne laisse guère de place à l’ima­gi­na­tion, avec ses créa­tures re­dou­tables, ses pour­suites et ses vio­lents af­fron­te­ments jus­qu’à la mort. Bon­ham Car­ter, qui a deux en­fants avec Bur­ton âgés de six et deux ans, ne pense pas que le film puisse se ré­vé­ler trop in­tense pour les jeunes.

« Tim a une théo­rie se­lon la­quelle c’est nous qui avons un pro­blème et que nous im­po­sons des craintes à nos en­fants. »

L’AUTRE REINE GEN­TILLE

En plus de la Reine rouge, la distribution de per­son­nages dé­li­rants et par­fois même dia­bo­liques com­prend le chat du Che­shire, le La­pin Blanc, le Cha­pe­lier fou in­ter­pré­té par John­ny Depp et l’innocente Reine Blanche in­ter­pré­tée par Anne Ha­tha­way. À vrai dire, elle n’est pas tel­le­ment innocente comme l’at­tes­te­ra Ha­tha­way elle-même.

« J’ai dé­cou­vert l’une des fa­cettes les plus amu­santes de mon per­son­nage lors d’une conver­sa­tion avec Tim, a-t-elle avoué. Il m’a ex­pli­qué : “à Won­der­land, je ne veux pas que les choses soient com­plè­te­ment bonnes ou com­plè­te­ment mé­chantes. Je ne veux pas que la Reine Rouge soit la mé­chante et que vous soyez la reine gen­tille et bien­veillante qui a toutes les qua­li­tés.” Alors il m’a con­seillée de prendre plai­sir à ex­plo­rer cette re­la­tion entre ces deux reines. »

« Est-ce que ce ne se­rait pas plai­sant si mon per­son­nage ca­chait une psy­chose, qu’elle s’in­té­res­sait par exemple, aux cou­teaux et ob­jets du genre ?, me suis-je de­man­dée. Qu’elle était ado­rable à la sur­face, qu’elle avait comme but de de­ve­nir un être po­si­tif mais qu’elle ca­chait un pen­chant meur­trier ?»

Ha­tha­way a avoué qu’elle au­rait fait n’im­porte quoi pour dé­cro­cher un rôle dans ce film. Elle au­rait pu in­sis­ter pour per­son­ni­fier Alice mais le réa­li­sa­teur cher­chait plu­tôt une in­con­nue. Au bout du compte, Anne Ha­tha­way concède que le rôle de la Reine Blanche lui convient par­fai­te­ment.

Anne Ha­tha­way joue la Reine Blanche de

Alice au Pays des Mer­veilles.

PHOTO AP

He­le­na Bon­ham Car­ter en Reine rouge.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.