Un scé­na­rio pour un ro­man

Le Journal de Montreal - Weekend - - LIVRES - Be­noît Au­bin

Si Té­lé­film Ca­na­da ou la SODEQ avaient sor­ti leur car­net de chèques, Par­fai­te­ment im­par­fait ne se­rait ja­mais de­ve­nu le pre­mier ro­man du réa­li­sa­teur et ci­néaste Jean-Claude Lord. C’était, à l’ori­gine, le scé­na­rio d’un long-mé­trage.

C’est l’his­toire d’une re­la­tion amou­reuse — in­tense, dif­fi­cile, in­té­res­sante — entre un homme dans la soixan­taine, et une jeune mère de trois en­fants, res­ca­pée d’un ma­riage qui a mal tour­né.

Le scé­na­rio n’a pas été re­te­nu, et le fi­nan­ce­ment n’est ja­mais ve­nu. « Quand tu as tra­vaillé pen­dant un an ou deux à l’éla­bo­ra­tion d’un scé­na­rio, tu ne te ré­signes pas à l’en­fouir dans un ti­roir et à l’oublier », dit le ci­néaste, qui a si­gné plu­sieurs films et té­lé­sé­ries, dont le der­nier

Lance et Compte.

Lord a donc dé­ci­dé de le pu­blier sous forme de ro­man. Mais cette sorte de recyclage n’est pas pu­re­ment éco­lo­gique. « Il y a le germe d’une té­lé­sé­rie là-de­dans, et ce se­ra la pro­chaine étape, si le ro­man connaît un cer­tain suc­cès. »

Les pé­ri­pé­ties de l’éclo­sion de l’amour entre deux in­di­vi­dus d’âges dif­fé­rents sont un bon su­jet de ro­man.

Mais Lord n’est pas un ro­man­cier. Il ne dé­crit pas les per­son­nages, les lieux, leurs états d’âme. Il les met en scène, plu­tôt. Le mo­no­logue in­té­rieur de la fille, Naï­ma, est écrit en ita­lique, ce­lui du gars, Mi­chel, en ca­rac­tères ha­bi­tuels; leurs ré­cits se che­vauchent.

IN­TENSE ET COM­PLEXE

Un ro­man­cier se doit de nous ame­ner à l’in­té­rieur de ses per­son­nages, nous en faire sen­tir l’âme, les mo­ti­va­tions, les élans, les dé­chi­re­ments. Lord est ci­néaste: il nous les dé­crit, nous les fait voir, plu­tôt. « Je n’ai ja­mais écrit de ro­man, moi. » Il com­pense en nous of­frant un DVD avec le livre, pour nous le faire « woir » comme dit Yvon Des­champs.

Ces deux pro­ta­go­nistes — Naï­ma et Mi­chel — sont de vrais per­son­nages de ro­man: in­tenses, com­plexes, in­tègres. Un ro­man­cier se se­rait concen­tré sur eux, leur âme, leurs sen­ti­ments.

Mais Jean-Claude Lord va dans le sens in­verse: il mul­ti­plie les anec­dotes se­con­daires — Naï­ma est ma­ro­caine, is­sue d’une fa­mille tra­di­tion­nelle, mais elle est to­ta­le­ment oc­ci­den­ta­li­sée, en op­po­si­tion avec sa fa­mille. Son ma­ri est qué­bé­cois, mais se com­porte vis-à-vis de sa femme comme un « in­té­griste ». Naï­ma vi­vra une aven­ture avec un jeune beau. Mi­chel de­vra com­po­ser avec la mère de Naï­ma, une tra­di­tio­na­liste qui porte le fou- lard. Naï­ma de­vra ap­prendre à vivre dans le monde de Mi­chel, qui est res­té ami avec ses ex et leur nou­veau conjoint, etc.

Bref, ce scé­na­rio de film, de­ve­nu ro­man, a tout l’at­ti­rail d’une té­lé-sé­rie. C’est une bonne his­toire qui n’a pas en­core vrai­ment trou­vé son vé­hi­cule.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.