Une ren­contre amu­sante avec le Mé­san­geai du Ca­na­da

Le Journal de Montreal - Weekend - - TOURISME -

La veille du dé­part, ci­rer nos skis ré­veille nos meilleurs sou­ve­nirs de glisse en fo­rêt. Comme une po­tion ma­gique, l’odeur sti­mule les muscles et dé­tend les es­prits. La glisse est par­faite, les co­ni­fères sont cou­verts de la der­nière bor­dée et un ciel cris­tal­lin nous rap­pelle que les de­grés Cel­sius ont per­du de l’al­ti­tude.

Après quelques heures de re­laxa­tion ou d’exer­cice, se­lon les uns et les autres, voi­là le re­lais en bois rond où il fait si bon cas­ser la croûte. Du pain frais, des fro­mages cré­meux, des rai­sins secs, des noi­settes et un peu de ré­con­for­tant cir­culent au sein de notre joyeuse troupe…

UN SIF­FLE­MENT LOIN­TAIN BRISE LE SI­LENCE

Dans la fo­rêt, pas un mur­mure sauf un loin­tain sif­fle­ment, in­tri­gant, har­mo­nieux sui­vi d’une cas­cade d’ap­pels brefs aux ac­cents rauques. Une « pie vo­leuse » comme la nomment ces ha­bi­tués des bois que je ren­contre ré­gu­liè­re­ment en Abi­ti­biTé­mis­ca­minque. Un jeune skieur tout ex­ci­té pointe le som­met d’un sa­pin géant où un Mé­san­geai du Ca­na­da à peine plus gros qu’un Geai bleu, ap­pe­lé Geai du Ca­na­da, avant l’uni­for­mi­sa­tion des noms au sein de notre « vil­lage glo­bal » mul­ti­plie les vo­ca­lises pour at­ti­rer notre at­ten­tion.

UN NOM D’ORI­GINE AL­GON­QUINE

Le « Whis­key-jack », un des rares noms d’oi­seaux em­prun­tés aux Amé­rin­diens (plus pré­ci­sé­ment à l’al­gon­quien « wi­se­ked­jak ») par la langue an­glaise tra­duit l’es­prit es­piègle de ce joueur de tours.

Ru­sé, l’oi­seau au plu­mage gris perle, au front blanc et à la nuque noire se dé­place ha­bi­tuel­le­ment en bandes. Pru­dents, les Mé­san­geais se ras­semblent du­rant la sai­son froide pour mieux re­pé­rer les restes des camps de bû­che­rons, pour épier le chas­seur in­sou­ciant. Ils at­tendent que ce der­nier parte cher­cher de l’aide pour trans­por­ter la bête morte. Alors, ces membres de l’in­tel­li­gente fa­mille des cor­vi­dés se pré­ci­pitent pour s’of­frir un fi­let mi­gnon.

Et pour les ci­ta­dins en skis, les co­quins ont mis au point bien des as­tuces qui les rendent sym­pa­thiques et sur­tout leur per­mettent d’apai­ser leur faim du­rant les mois d’hi­ver.

TOUS POUR UN, UN POUR TOUS…

Une règle pré­vaut au sein de ces bandes « s’il y en a pour un, il y en a pour tous. Alors, cons­cient de notre com­pli­ci­té, le plus au­da­cieux re­part avec un gros mor­ceau de fro­mage sui­vi des autres qui s’em­piffrent des ex­cel­lentes frian­dises de notre pique-nique.

Les en­fants et les plus grands au contact de cet écu­meur des camps de bû­che­rons com­prennent mieux le jo­li sur­nom de « pie vo­leuse » af­fec­tueu­se­ment conser­vé dans cer­taines ré­gions du Qué­bec…

Ain­si prit fin une bien belle jour­née d’hi­ver où un in­vi­té de nos fo­rêts s’est com­por­té, avec notre com­pli­ci­té, comme un sym­pa­thique gent­le­man cam­brio­leur…

1

2

PHOTOS JEAN LÉ­VEILLÉ

3

1. Ski de randonnée 2. Gent­le­man cam­brio­leur 3. Le Mé­san­geai

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.