Le jazz au fé­mi­nin

Le Journal de Montreal - Weekend - - LE CHOIX DE SOPHIE -

La se­maine der­nière, je vous ai par­lé de l’al­bum Toutes les filles, sept femmes au­teures-com­po­si­teurs-in­ter­prètes qui jouent d’à peu près tous les ins­tru­ments. Mais il y a aus­si un autre disque 100 % filles qui tourne dans mon iPod : Pas ma­nouche, c’est louche de Ch­ris­tine Tas­san et les Im­pos­teures.

Si vous ai­mez les Lost Fin­gers qui ont mis à la sauce ma­nouche les suc­cès des an­nées 80, vous al­lez ado­rer les quatre mu­si­ciennes ta­len­tueuses du groupe les Im­pos­teures qui rendent hom­mage à Djan­go Rein­hardt, ou qui chantent Les nuits de Mon­tréal de Jacques Nor­mand ou Put­tin’ On The Ritz d’Ir­ving Berlin en ver­sion jazz swin­gante.

Mais c’est avec leurs propres com­po­si­tions que les filles me font cra­quer, comme avec leur chan­son Les blondes, un texte ri­go­lo et très dé­fou­lant pour les brunes et les rousses frus­trées ou ja­louses : « Il suf­fit qu’ar­rive une blonde pour que le monde en­tier nous ou­blie/Plus per­sonne qui nous ré­ponde, ils sont là qui lui font la haie /Et on la hait/Alors on se fait teindre en blonde, et on se hait. »

Il n’y a que des filles pour écrire des choses comme ça !

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.