ÉNER­GIE ET MU­SIQUE À PAR­TA­GER

Ils sont jeunes, tous 19 ans, rem­plis d’éner­gie, et ils pré­sentent leur pre­mier al­bum, Bet­ween the Lines.

Le Journal de Montreal - Weekend - - MUSIQUE - Serge Drouin Agence QMI

Les fans de pop-rock ont main­te­nant la mu­sique d’un nou­veau band à se mettre dans les oreilles, celle de Tru­ly Yours. La for­ma­tion qué­bé­coise, com­po­sée de quatre mu­si­ciens, offre une mu­sique sur la­quelle les ama­teurs au­ront beau­coup de dif­fi­cul­té à ne pas bou­ger.

La nais­sance de Tru­ly Yours re­monte au tour­nant de 2000. « Alexandre (gui­ta­riste) et moi, on s’est connus en 1re se­con­daire. On jouait tous les deux de la gui­tare », dit Marc-Oli­vier Langlois, chan­teur et gui­ta­riste. « Puis, en 2002 et 2003, nous avons fait la connais­sance de Jonathan (Bé­lan­ger, le bat­teur) et Mark’ A (Marc-André Mo­rin, bas­siste). Nous nous sommes connus à l’in­té­rieur de cours de mu­sique au col­lège », ajoute le chan­teur.

En 2008, lors d’un concert, les mu­si­ciens ren­contrent au ha­sard Lei­la Kar­nas-Az­zaoui, fille du chan­teur et pro­duc­teur Ja­mil. « Nous lui avons dit que nous fai­sions de la mu­sique. Elle est al­lée écou­ter ce qu’on fai­sait sur MyS­pace et elle a ai­mé ça. Plus tard, elle a in­vi­té le groupe pour sa fête, au bar de son père (Le Meed­ley). C’est là que nous avons ren­con­tré Ja­mil, de­ve­nu notre pro­duc­teur. »

Les chan­sons de Tru­ly Yours sont écrites par la plu­part des membres du groupe (Langlois, Poi­rier et Mo­rin).

« Lorsque je pro­pose une pièce, en exemple, j’ar­rive avec un em­bryon de chan­son et tout le monde par­ti­cipe à l’écri­ture. La chan­son peut al­ler com­plè­te­ment ailleurs », dit Marc-Oli­vier Langlois. Le chan­teur qua­li­fie de pop-rock la mu­sique du groupe, même si elle a quelques cou­leurs punk. « J’aime mieux dire pop-rock que punk, parce que le punk, ça fesse sou­vent dans le dash. Nous, ce n’est pas ce qu’on fait. Notre son est plus mo­derne, plus mé­lo­dique. »

Dans ses thèmes ex­ploi­tés, Tru­ly Yours parle de vio­lence conju­gale, de sui­cide, de cette en­vie de réus­sir... Si le groupe chante en an­glais, c’est que ses in­fluences et ses ins­pi­ra­tions sont an­glo­phones. « Le style de mu­sique que nous fai­sons est très dif­fi­cile à chan­ter en fran­çais », note Langlois.

Ac­tuel­le­ment, le groupe roule avec deux ex­traits mu­si­caux : A Do­zen Roses et I Won’t Be Slee­ping To­night. Un pro­jet de vi­déo­clip est éga­le­ment dans l’air. Le groupe de­vrait aus­si of­frir des spectacles un peu par­tout au Qué­bec dans les pro­chains mois. Pour le mo­ment, leurs études sont aus­si im­por­tantes. Marc-Oli­vier a l’in­ten­tion de se di­ri­ger en com­merce à McGill, l’an pro­chain ; Marc-André étu­die en mé­de­cine ; Jonathan mène un stage en gé­nie élec­trique et Jonathan étu­die en in­for­ma­tique.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.