VA­CANCES FA­MI­LIALES ÀPETITS PRIX

TOUT LE MONDE A DROIT À DES VA­CANCES, MAIS COMMENT S’EN OF­FRIR LORS­QU’ON A DES MOYENS MO­DESTES ?

Le Journal de Montreal - Weekend - - CINÉMA -

La ré­ponse se trouve dans le camp du Mou­ve­ment qué­bé­cois des va­cances fa­mi­liales. De­puis 20 ans, cet or­ga­nisme à but non lu­cra­tif pro­pose aux fa­milles des va­cances très di­ver­si­fiées à tra­vers un ré­seau comp­tant 25 centres de va­cances ré­par­tis dans onze ré­gions du Qué­bec. De l’Abi­ti­bi-Té­mis­ca­mingue à La­nau­dière, en pas­sant par les Lau­ren­tides et les Can­tons-de-l’Est, il y a un centre ou une co­lo­nie de va­cances qui ac­cueille tous les genres de va­can­ciers. Toutes les fa­milles y ont ac­cès, et plu­sieurs pro­fitent d’un concept qui re­pose sur le prin­cipe de prix éta­bli­sen­fonc­tion­des­re­ve­nus­fa­mi­liaux. Par exemple, pour une fa­mille de quatre per­sonnes, le coût maxi­mal pour sept nuits au centre de plein air L’Étin­celle si­tué sur le bord du lac Long, dans La­nau­dière, com­pre­nant les re­pas et le ser­vice d’ani­ma­tion est 1 312 $. Mais des ré­duc­tions im­por­tantes peuvent s’ad­di­tion­ner puisque les prix tiennent compte des ca­pa­ci­tés de payer de chaque fa­mille. Là, on peut faire du ca­not, du pé­da­lo, du tir à l’arc, de l’hé­ber­tisme sans oublier les plai­sirs d’un feu de camp, chan­sons et gui­mauves com­prises. Autre exemple in­té­res­sant, une fa­mille de quatre per­sonnes paie­ra 60 $ pour un sé­jour d’une se­maine au camp Oza­nam, en Ou­taouais. Ce n’est peut-être pas un 5 étoiles, mais l’hé­ber­ge­ment, tout de même confor­table, com­prend les pe­tits­dé­jeu­ners pour les en­fants, une pa­no­plie d’ac­ti­vi­tés, le prêt d’équi­pe­ments, de l’ani­ma­tion sur place of­ferte par des mo­ni­teurs et même des cours de cui­sine. UNE MIS­SION SO­CIALE ET RÉ­CRÉA­TIVE Le Mou­ve­ment qué­bé­cois des va­cances fa­mi­liales a pour mis­sion de rendre les va­cances ac­ces­sibles aux fa­milles à faible re­ve­nu, ex­plique Ro­bert Ro­drigue, di­rec­teur gé­né­ral du mou­ve­ment. Pour y par­ve­nir, il re­çoit an­nuel­le­ment une aide fi­nan­cière de Cen­traide et du mi­nis­tère de l’Édu­ca­tion, du Loi­sir et du Sport. Son bud­get d’opé­ra­tion est de 250 000$. DES VA­CANCES QUI RE­POSENT SUR UN EN­GA­GE­MENT Pour plu­sieurs par­ti­ci­pants, leurs va­cances an­nuelles re­posent aus­si sur un en­ga­ge­ment. Ils offrent de leur temps bé­né­vo­le­ment et s’im­pliquent dans des cor­vées de ré­no­va­tion ou d’en­tre­tien. Des fa­milles se re­groupent éga­le­ment, or­ga­nisent des col­lectes de fonds au cours de l’an­née afin de ré­duire les coûts de leur sé­jour. Parce que la for­mule du mou­ve­ment est po­pu­laire, il est re­com­man­dé de ré­ser­ver tôt, car les places dis­po­nibles s’en­volent très ra­pi­de­ment. Vous pou­vez prendre connais­sance du ré­per­toire des Centres de va­cances sur le site In­ter­net du Mou­ve­ment qué­bé­cois des va­cances fa­mi­liales ou dans un CLSC de votre ré­gion.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.