Une no­mi­na­tion qui tombe à point

Après dix ans de car­rière, la co­mé­dienne San­drine Bisson voit comme « un beau ca­deau » sa no­mi­na­tion dans la ca­té­go­rie Meilleure ac­trice de sou­tien en marge du pro­chain gala des Ju­tra, qui au­ra lieu le 28 mars.

Le Journal de Montreal - Weekend - - CINÉMA - Serge Drouin

Cette no­mi­na­tion, San­drine Bisson la doit à son rôle de mère dans le film 1981, de Ri­car­do Tro­gi. Elle joue la mère du jeune Jean-Carl Bou­cher. Ce der­nier in­ter­prète Ri­car­do Tro­gi, ado. Les ci­né­philes qui ont vu le film se sou­viennent sans doute de cette scène où la mère pète les plombs.

C’est d’ailleurs avec cette scène que San­drine Bisson a ob­te­nu le rôle en ques­tion. « C’était ma scène d’au­di­tion, si­gnale-t-elle. Je me sou­viens l’avoir pas­sée en com­pa­gnie de Jean-Carl (Bou­cher) et nous avions tout de suite con­nec­té tous les deux. D’après ce que j’ai su, je crois que Ri­car­do (Tro­gi) a mon­tré mon au­di­tion à sa soeur pour lui de­man­der son avis. Quand elle m’a vue, elle a dit : “C’est elle qui doit in­car­ner la mère”. »

San­drine Bisson a ado­ré le pla­teau de 1981. « Ri­car­do Tro­gi est un vrai clown sur un pla­teau. L’am­biance était très dé­con­trac­tée. Nous, on n’a seule­ment qu’à jouer dans ce temps-là », dit-elle.

EN CRISE

Les per­son­nages qu’in­ter­prète San­drine Bi­son ar­rivent sou­vent en crise dans un scé­na­rio. Ré­cem­ment, elle in­ter­pré­tait une autre mère en crise ou en désar­roi dans

Toute la vé­ri­té, sur les ondes de TVA. « Je suis contente des rôles que j’ai. Tou­te­fois, j’ai hâte d’avoir un per­son­nage sur une longue pé­riode dans une sé­rie, pas seule­ment un per­son­nage qui ar­rive en crise. J’ai­me­rais pou­voir ins­tal­ler un per­son­nage pen­dant quelques se­maines. Ce se­rait plus doux », note-t-elle.

C’est après avoir vu la pièce Les belles-soeurs, de Mi­chel Trem­blay, au Trident, que San­drine Bi­son a dé­ci­dé d’em­bras­ser la car­rière de co­mé­dienne. « Quand les co­mé­diennes ont sa­lué le pu­blic à la fin de la re­pré­sen­ta­tion, j’ai eu un grand fris­son et je me suis dit : “c’est ça que je veux faire”. »

San­drine Bisson, ori­gi­naire de Qué­bec, n’a pas été re­te­nue par le Con­ser­va­toire de Qué­bec . Elle a étu­dié à l’École nationale de théâtre, pro­mo­tion 1999. « Quand t’ar­rives à Mon­tréal, tu re­pars à zé­ro. Ça change la donne. Il n’y a per­sonne qui a une vi­sion de toi. » Elle a aus­si à son ac­tif des spectacles en France. Ac­tuel­le­ment, elle ter­mine la tour­née de Ro­mance et

ka­rao­ké, un spec­tacle qui roule de­puis cinq ans. Ayant fait beau­coup de théâtre, elle se­ra bien­tôt en ve­dette dans un court mé­trage de la réa­li­sa­trice Ca­ro­line La­joie. Un autre pro­jet de jeu est dans ses ti­roirs, mais il est trop tôt pour en par­ler pré­sen­te­ment.

PHOTO COUR­TOI­SIE

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.