Le mé­lange des gé­né­ra­tions

Bras­sard est écrit au « je », mais ce « je » n’est pas la per­sonne qui parle. C’est la bio­gra­phie d’un bon­homme ren­du en fin de course, mais écrite par un autre, qui est en­core aux études. C’est un livre de théâtre, mais qui parle sur­tout de la vie. Un ri

Le Journal de Montreal - Weekend - - LIVRES - Be­noît Au­bin Le Jour­nal de Mon­tréal

Guillaume Cor­beil sait écrire. À 29 ans, il a dé­jà pu­blié un ro­man et un re­cueil de nou­velles. De la fic­tion. Mais tra­vailler avec un per­son­nage réel (un être dif­fi­cile et exi­geant comme André Bras­sard, ce met­teur en scène adu­lé et re­dou­té) était une tout autre paire de manches.

« C’était as­sez in­ti­mi­dant, je me sen­tais as­sez ti-cul de­vant lui et son oeuvre, à lui po­ser des ques­tions sur des mises en scène fa­meuses, mais que je n’avais pas vues. »

La gloire, comme le théâtre lui­même, est éphé­mère. Cor­beil étu­die pré­sen­te­ment à l’École nationale de théâtre. Mais « je ne sa­vais presque rien de lui, à part qu’il avait dé­jà di­ri­gé l’École nationale de théâtre, qu’il était le met­teur en scène de Mi­chel Trem­blay, et qu’il avait fait les Belles-soeurs. C’est à peu près tout. »

« Mais plus j’avan­çais dans le tra­vail, plus je com­pre­nais l’im­por­tance de cet homme, pas seule­ment pour le mi­lieu du théâtre, mais pour le Qué­bec tout en­tier », avance Guillaume Cor­beil.

« C’est bien que ce soit quel­qu’un de mon âge qui ait écrit ce livre. Ce­la a créé une es­pèce de re­lais in­ter­gé­né­ra­tion­nel, qui va peu­têtre em­pê­cher cette mé­moire-là de tom­ber dans l’ou­bli. Parce qu’il y a très peu de traces de son oeuvre. »

TRANS­PO­SER LA RÉ­VOLTE

Se­lon Cor­beil, l’ap­proche créa­trice de Bras­sard est en­core va­lable au­jourd’hui, mais il faut l’adap­ter aux temps mo­dernes.

« Son livre, c’est un ap­pel à dire non. Toute sa vie, il a fait comme ça. Il a ap­pe­lé à la ré­volte, en re­met­tant en ques­tion tout ce qui était en place, comme on fai­sait dans les an­nées 60 », conti­nue Cor­beil

« La ré­volte doit être trans­po­sée sur autre chose au­jourd’hui. On ne vit plus dans un monde où il y a de gros mo­dèles cultu­rels ri­gides, comme à l’époque de Bras­sard, où il y avait le bon par­ler et le mal par­ler, et où on avait honte d’être des Qué­bé­cois. »

Par­fois, Bras­sard re­proche aux gens d’au­jourd’hui de ne plus bras­ser la cage comme dans son temps. « En fait, on est ren­du ailleurs, et on brasse d’autres cages. »

PHOTO D’ARCHIVES PHOTO JO­CE­LYN MA­LETTE

André Bras­sard, l’homme aux 200 mises en scène.

Guillaume Cor­beil a écrit la bio­gra­phie d’André Bras­sard.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.