UNE VOIX POUR LES SUR­VI­VANTS DES PEN­SION­NATS AU­TOCH­TONES

Au dé­but du XXe siècle, une loi a obli­gé les en­fants au­toch­tones vi­vant au Ca­na­da à fré­quen­ter des pen­sion­nats di­ri­gés par le gou­ver­ne­ment fé­dé­ral et les églises an­gli­cane, pres­by­té­rienne, ca­tho­lique ou unie... Le sou­hait de l’exer­cice : as­si­mi­ler l’au­toc

Le Journal de Montreal - Weekend - - LIVRES - Serge Drouin Agence QMI

Les au­toch­tones ont peu par­lé de ce triste pas­sage de notre his­toire. Au to­tal, plus de 150 000 jeunes âgés de 6 à 15 ans ont été dé­ra­ci­nés de leur fa­mille pen­dant de longs mois pour vivre dans ces pen­sion­nats — sept au to­tal

— ins­tal­lés un peu par­tout au pays. Par la voix du hé­ros de son ro­man Le pen­sion­naire, qui vient de pa­raître aux Édi­tions JCL, l’au­teure, re­por­ter et pro­fes­seure Chan­tale Pot­vin donne la pa­role à une quin­zaine de sur­vi­vants au­toch­tones de ces pen­sion­nats.

« L’idée d’écrire ce ro­man est ve­nue lorsque j’écri­vais un reportage pour le ma­ga­zine Pre­mières Na­tions. J’ai ren­con­tré un au­toch­tone qui m’a ra­con­té son his­toire. J’en re­ve­nais pas », dit Chan­tale Pot­vin.

Se­lon l’au­teure, c’est à un vé­ri­table gé­no­cide que se sont li­vrés les Blancs en­vers les au­toch­tones du­rant toutes ces an­nées de pen­sion­nat. Les pen­sion­naires ont été vic­times de dé­ni­gre­ment de leur culture, d’un in­ter­dit de par­ler leur langue, sou­mis à des hu­mi­lia­tions ré­pé­tées, des pu­ni­tions exa­gé­rées et à de la vio­lence phy­sique et psy­cho­lo­gique. « Un au­toch­tone m’a ra­con­té avoir dû faire des fel­la­tions ré­pé­tées à un prêtre. Ima­gi­nez la peur que de­vait vivre cet en­fant lors­qu’il en­ten­dait les pas du prêtre se di­ri­ger vers lui. »

L’au­teure avance même qu’elle n’a pas écrit tout ce que les au­toch­tones lui ont ra­con­té. « Les lec­teurs au­raient sans doute pen­sé que j’exa­gé­rais », lance-t-elle.

Chan­tale Pot­vin croit que tous les sé­vices su­bis par les au­toch­tones ont en­traî­né ces der­niers à boire, s’adon­ner à la drogue... pour oublier leurs souf­frances. « J’es­père que le livre ser­vi­ra à com­battre les pré­ju­gés que trop de gens en­tre­tiennent en­vers les au­toch­tones. On de­vrait es­sayer de les com­prendre plu­tôt que de les ju­ger, dit-elle. Un au­toch­tone m’a dit que la phrase qui ré­su­mait le mieux le ro­man était celle-ci : (ces pen­sion­nats) étaient comme des camps de concen­tra­tion sans les mi­traillettes et les bar­be­lés. »

Fi­na­le­ment, Chan­tale Pot­vin croit qu’il y en au­ra, au sein de nos églises, qui se dé­fen­dront des com­por­te­ments des prêtres. Du même souffle, elle as­sure que les té­moi­gnages recueillis ne peuvent pas men­tir.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.