Les arcs de triomphe

Les arcs de triomphe pa­ri­siens sont de hauts lieux de sou­ve­nir. Des mo­nu­ments im­po­sants qu’il est dif­fi­cile de man­quer. Paris en compte quatre.

Le Journal de Montreal - Weekend - - TOURISME -

Les arcs de triomphe s’ins­crivent dans le pay­sage pa­ri­sien comme au­tant de faits mi­li­taires mar­quants. C’est sous Louis XIV, puis Na­po­léon 1er, que ces mo­nu­ments furent édi­fiés à la gloire de grandes ba­tailles.

En par­cou­rant les arcs de triomphe de Paris, vous fe­rez un voyage dans le pas­sé mi­li­taire de la France. Une vi­site qui com­mence dans le 10e ar­ron­dis­se­ment, ani­mé par de nom­breux com­mer­çants et par­se­mé de théâtres.

Puis, en pas­sant par le Louvre et le jar­din des Tui­le­ries, vous ter­mi­ne­rez votre vi­site à l’ex­tré­mi­té d’une ave­nue que cer­tains consi­dèrent comme la plus belle du monde, les Champs-Ély­sées.

LES PORTES SAINT-MAR­TIN ET SAINT-DENIS

Louis XIV pas­sa plus de la moi­tié de son règne en guerre. En té­moignent au­jourd’hui ces deux arcs, peu connus des tou­ristes. Si bien que lorsque l’on passe à cô­té, sou­vent par ha­sard d’ailleurs, on se de­mande ce qu’ils re­pré­sentent.

Éri­gés à l’em­pla­ce­ment d’an­ciennes for­ti­fi­ca­tions, ils marquent sym­bo­li­que­ment l’en­trée du Paris du XVIIe siècle. Ces deux portes triom­phales ins­crivent dans le pay­sage la gloire du Roi So­leil et de ses vic­toires mi­li­taires.

La porte Saint-Denis fut bâ­tie, aux frais de la ville de Paris, en 1672, par Fran­çois Blon­del, tan­dis que la porte Saint-Mar­tin le fut deux ans plus tard par un de ses élèves, Pierre Bul­let.

Pour voir ces deux arcs, si­tués à quelques pas l’un de l’autre, ren­dez-vous dans le 10e ar­ron­dis­se­ment à la sta­tion de mé­tro Strasbourg-Saint-Denis (lignes 8 et 9).

L’ARC DE TRIOMPHE DU CAR­ROU­SEL

Na­po­léon 1er me­na éga­le­ment plu­sieurs guerres, no­tam­ment avec l’Au­triche et la Rus­sie. Sa plus cé­lèbre vic­toire reste celle d’Aus­ter­litz en 1805.

Cet arc de triomphe, com­man­dé par l’Em­pe­reur, fut construit entre 1806 et 1808. Les quatre fa­çades illus­trent les vic­toires na­po­léo­niennes de 1805 et la ca­pi­tu­la­tion d’Ulm en 1807.

Com­po­sé de trois arches ri­che­ment dé­co­rées, il est sur­mon­té de deux sta­tues de bronze en­tou­rant le qua­drige. Elles re­pré­sentent la paix et la vic­toire.

Dans un pai­sible en­droit, à l’abri de la cir­cu­la­tion au­to­mo­bile, il oc­cupe l’es­pace si­tué entre le Louvre et le jar­din des Tui­le­ries.

L’ARC DE TRIOMPHE DE L’ÉTOILE

C’est le plus im­po­sant des quatre arcs de triomphe pa­ri­siens. On le nomme tout sim­ple­ment l’Arc de triomphe, tel­le­ment il fait om­brage aux autres. De par ses di­men­sions im­pres­sion­nantes (50 mètres de hau­teur, 45 mètres de lon­gueur et 22 mètres de lar­geur), c’est l’un des mo­nu­ments les plus im­por­tants de la ca­pi­tale.

Il est aus­si le seul des arcs pa­ri­siens que l’on peut vi­si­ter. Avec plus de 1500000 vi­si­teurs par an­née, il fait par­tie des lieux les plus vi­si­tés de Paris.

Construit dans le même axe que ce­lui du Car­rou­sel, il est vi­sible de la place de la Con­corde, puis des Champs-Ély­sées.

Or­don­né par Na­po­léon 1er, le chan­tier dé­bu­ta en 1806, pour se ter­mi­ner 30 ans plus tard, sous le règne de Louis-Philippe. Pour sa réa­li­sa­tion, les ar­chi­tectes s’ins­pi­rèrent de l’arc de Ti­tus à Rome.

Les quatre pié­des­taux sont or­ne­men­tés par d’énormes hauts­re­liefs. Ce sont les élé­ments les plus spec­ta­cu­laires et ils ajoutent au ca­rac­tère im­po­sant de l’arc.

Une fois que vous avez es­ca­la­dé les quelque 200 marches, vous pour­rez vi­si­ter le mu­sée qui re­trace l’his­toire de l’Arc de triomphe. On y monte sur­tout pour la su­perbe vue sur les douze grandes ave­nues qui convergent au centre de la place Charles de Gaulle-Étoile.

Au len­de­main de la Pre­mière Guerre mon­diale, en 1921, on in­hu­ma, sous le par­terre, le Sol­dat in­con­nu, sym­bole de ceux morts pour la pa­trie. Une flamme al­lu­mée en per­ma­nence nous rap­pelle qu’il ne faut pas oublier le pas­sé…

1

2

PHOTOS LE JOUR­NAL

3

1. L’Arc de triomphe de l’étoile, com­mu­né­ment ap­pe­lé l’Arc de triomphe, est le plus im­por­tant des quatre arcs pa­ri­siens. 2. L’Arc du Car­rou­sel a été construit entre 1806 et 1808. 3. La porte Saint-Mar­tin. 4. La porte Saint-Denis.

4

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.