Fo­rest Whi­ta­ker

Pour chaque ca­davre qui sur­git dans un drame cri­mi­nel à la té­lé ces jours-ci, il y a une ve­dette de ci­né­ma qui tente de ré­soudre l’af­faire. Le der­nier exemple en liste ? Ho­no­ré par l’Aca­dé­mie des arts et des sciences du ci­né­ma pour son por­trait du dic­tate

Le Journal de Montreal - Weekend - - ACTUALITÉS -

« Ils m’ont ap­pro­ché au bon mo­ment. J’ai deux en­fants qui ont 11 et 13 ans et je veux les voir, ex­plique Fo­rest Whi­ta­ker, qui a éga­le­ment deux autres en­fants de 18 et 19 ans. Con­trai­re­ment à d’autres gens, je ne me li­mite pas à cer­tains types d’ac­ti­vi­té. Je peux faire n’im­porte quoi. J’aime créer et cette émis­sion m’amuse beau­coup. »

Bien que Whi­ta­ker ait fait de la té­lé­vi­sion au­pa­ra­vant, ayant no­tam­ment in­ter­pré­té des rôles mé­mo­rables dans Ur­gences et The

Shield, le pro­duit dé­ri­vé d’Es­prits cri­mi­nels se­ra sa pre­mière ex­pé­rience à titre de ve­dette d’une sé­rie té­lé­vi­sée.

Mais il est loin d’être le seul. Il se joint à de nom­breuses autres cé­lé­bri­tés qui ont fait le saut au pe­tit écran au cours de la der­nière dé­cen­nie, ef­fa­çant la dé­mar­ca­tion si­gni­fi­ca­tive qui sé­pa­rait avant les deux uni­vers. Men­tion­nons par­mi eux Kie­fer Su­ther­land ( 24), Char­lie Sheen ( Mon oncle Char­lie), Hol­ly Hun­ter ( Sa­ving Grace), Ch­ris O’Don­nell ( NCIS: Los Angeles) et Ga­ry Si­nise ( CSI: New York).

Mais Whi­ta­ker sou­tient que son nou­vel em­ploi (mal­gré son en­ga­ge­ment à long terme) ne met­tra pas un terme à sa car­rière ci­né­ma­to­gra­phique po­ly­va­lente, de­vant ou der­rière la ca­mé­ra. « Je me de­mande par­fois si j’au­rai as­sez de dis­ci­pline pour me le­ver et écrire quand j’en res­sen­ti­rai le be­soin. Mais je ne fe­rai plus au­tant de films do­ré­na­vant. J’en fe­rai un par an­née, j’es­saie­rai de ne pas en faire deux. C’est ce que la plu­part de mes col­lègues font de toute fa­çon. »

Se­lon Whi­ta­ker, qui vient juste de fi­nir de tra­vailler sur le pi­lote de la sé­rie, le pro­duit dé­ri­vé d’Es­prits cri­mi­nels se dé­mar­que­ra par le fait que ce nou­veau groupe de pro­fi­leurs est plus clan­des­tin que ceux que les té­lé­spec­ta­teurs ont l’ha­bi­tude de suivre. « Dans notre groupe, nous sommes des ana­lystes com­por­te­men­taux, mais je ne me conforme pas aux règles éta­blies. Mon per­son­nage, ce­lui de Sam Coo­per, est re­ve­nu tra­vailler dans cette uni­té à la condi­tion d’opé­rer sans ces règles. »

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.