Nou­veau­tés jeux vi­déos

Si quel­qu’un don­nait un gros câ­lin à Kra­tos, ce guer­rier spar­tiate aus­si mus­clé que chauve, peut-être se cal­me­rait-il et ne res­sen­ti­rait pas cet ar­dent dé­sir de tru­ci­der la moi­tié de la Grèce an­tique.

Le Journal de Montreal - Weekend - - ACTUALITÉS - Agence QMI

Mais nous n’au­rions alors pas droit à God Of War III, le der­nier jeu de la tri­lo­gie re­po­sant sur les im­po­santes épaules de l’an­ti­hé­ros le plus en­ra­gé du monde des jeux vi­déo, lan­cé pour la pre­mière fois pour la console haute dé­fi­ni­tion PlayS­ta­tion 3

Si vous avez dé­jà joué à God Of War, vous connaissez dé­jà le dé­rou­le­ment du jeu : Kra­tos doit dé­cou­per, poi­gnar­der, étri­per et dé­ca­pi­ter tous les dieux, les mor­tels et les créa­tures my­thiques qui se trouvent sur son che­min, qui va du mont Olympe à Ha­dès, afin de par­ve­nir à tuer son père, l’iné­nar­rable Zeus.

Kra­tos n’a que faire des dom­mages col­la­té­raux dans sa quête de ven­geance : il n’hé­si­te­ra pas à ar­ra­cher les jambes d’Her­mès afin de lui dé­ro­ber ses bottes ai­lées, à com­plè­te­ment évis­cé­rer un cen­taure ou en­core à tra­hir le dieu du feu et des forges, Hé­phaïs­tos, après avoir cou­ché avec sa femme. À un mo­ment il se sert même d’une prin­cesse aux seins nus pour ar­rê­ter un en­gre­nage, ce qui ne manque pas de ré­duire la pauvre en pu­rée.

MÊME FOR­MULE

God Of War III reste fi­dèle à la for­mule qui l’a jus­qu’ici ren­du si po­pu­laire : des com­bats épiques dans de su­perbes en­vi- ron­ne­ments my­thiques, comme ce la­by­rinthe au mou­ve­ment d’hor­lo­ge­rie et ses sub­tiles pièces ro­ta­tives.

Par contre, les failles du scé­na­rio semblent un peu plus béantes dans ce troi­sième jeu de la sé­rie. En ef­fet, si Kra­tos peut uti­li­ser les ailes qu’il a vo­lées à Icare pour prendre la fuite par la voie des airs à de ver­ti­gi­neuses vi­tesses, comme c’est le cas dans quelques scènes en­le­vantes, pour­quoi doit-il alors avoir re­cours à des ponts-le­vis pour tra­ver­ser cer­tains gouffres ou même voir son che­min blo­qué par une clô­ture de jar­din à peine plus haute qu’il n’est grand ?

Quoi qu’il en soit, c’est ce­la, God Of War. C’est une mé­ca­nique bien hui­lée qui fait fi de la lo­gique tout en pro­po­sant des com­bats fé­roces, des scènes in­ter­ac­tives, des ré­so­lu­tions d’énigmes et du sexe.

La luxu­riante ré­so­lu­tion gra­phique de la PS3 n’est certes pas étran­gère au suc­cès du jeu.

Mis à part quelques étapes in­uti­le­ment sa­diques, ce jeu est presque par­fait. C’est tou­te­fois dom­mage que Kra­tos de­meure jus­qu’à la toute fin une an­ti­pa­thique ma­chine à tuer. Pire, cet étrange et inu­tile ul­time in­ter­lude de 20 mi­nutes pen­dant le­quel les joueurs n’ont es­sen­tiel­le­ment rien à faire consti­tue un cli­max plu­tôt dé­ce­vant à cette si épique tri­lo­gie.

God Of War III laisse place à une cer­taine spé­cu­la­tion quant à la pos­si­bi­li­té d’un God Of War IV, mais per­sonne ne s’en plain­dra. Néan­moins, si bonne que cette sé­rie ait été, il est temps de lais­ser la pous­sière re­tom­ber à l’ombre du mont Olympe.

Et Kra­tos ? Il a grand be­soin de re­pos. Et peut-être d’un ou deux câ­lins.

EN CONCLU­SION

Une in­ter­pré­ta­tion san­glante et sexy de la my­tho­lo­gie grecque est ce qui a fait le suc­cès de cette sé­rie, et God Of War III ne dé­çoit pas à ce cha­pitre. Les gra­phiques à haute dé­fi­ni­tion du jeu valent le dé­tour, mais la conclu­sion du jeu est dé­ce­vante.

JEUX VI­DÉO

GOD OF WAR III

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.