Lu­ci­di­té pas­sa­gère Film cho­ral

Le Journal de Montreal - Weekend - - CINÉMA - Agence QMI

Lu­ci­di­té pas­sa­gère a d’abord été une pièce de théâtre avant d’être adap­tée au grand écran par quatre ci­néastes amou­reux du texte de l’au­teur Mar­tin Thibaudeau.

Amis de­puis plu­sieurs an­nées, Fabrice Bar­rilliet, Ni­co­las Bol­duc, Ju­lien Kna­fo et Marie Hé­lène Pa­nis­set se sont donc lan­cés col­lec­ti­ve­ment dans cette aven­ture en choi­sis­sant de réa­li­ser l’oeuvre à quatre.

La pièce étant ori­gi­na­le­ment com­po­sée de quatre his­toires in­dé­pen­dantes, les réa­li­sa­teurs ont par consé­quent dé­ci­dé de suivre cha­cun une trame nar­ra­tive, et ce, sans rup­ture de ton entre elles. Comme il s’agit d’un film cho­ral, et non de sketches, il a été dé­ter­mi­né lors de l’écri­ture du scé­na­rio que cer­taines his­toires al­laient s’en­tre­croi­ser et que cer­tains per­son­nages fi­ni­raient par se cô­toyer.

Bien que l’ob­jec­tif des membres du qua­tuor, qui sou­hai­taient que leur oeuvre ne laisse pas trans­pa­raître leur tra­vail en groupe, ait été at­teint, c’est le fait que les his­toires ne soient pas dis­so­ciées les unes des autres qui peut lais­ser le spec­ta­teur avec quelques in­ter­ro­ga­tions.

En ef­fet, il s’écoule de nom­breuses scènes avant que l’on com­prenne bien le drame et les re­mises en ques­tion de cha­cun des cinq per­son­nages prin­ci­paux. Même au mo­ment où les ré­cits com­mencent à s’en­tre­croi­ser, cer­tains ta­bleaux n’ont été pré­sen­tés qu’en sur­face.

AC­TEURS EX­CEL­LENTS

Ce­pen­dant, les ac­teurs Érik Du­ha­mel, Ma­rio Saint-Amand, Hé­lène Florent, Maxim Roy et Da­niel Parent sont tous im­pec­cables à l’écran. Ils in­carnent des per­son­nages qui vivent des drames in­égaux, cer­tains sont beau­coup plus im­por­tants que d’autres, ce qui amène mal­heu­reu­se­ment le pu­blic à com­pa­rer le de­gré d’in­ten­si­té de cha­cune des si­tua­tions, voir même à ju­ger les per­son­nages.

Érik Du­ha­mel per­son­ni­fie un homme qui n’ar­rive pas à être lui même avec les femmes, tan­dis qu’Hé­lène Florent tient le rôle d’une sculp­trice qui éprouve de la dif­fi­cul­té à avoir une vie amou­reuse parce qu’elle souffre d’une in­fec­tion trans­mise sexuel­le­ment.

Quoi qu’il en soit, il faut sa­luer l’au­dace ce pro­jet ori­gi­nal où quatre réa­li­sa­teurs ont ac­cep­té de se ca­cher der­rière les per­son­nages qu’ils fil­maient afin d’en as­su­rer la flui­di­té. Mal­gré les quelques fai­blesses de son scé­na­rio, Lu­ci­di­té pas­sa­gère vaut la peine d’être vu pour son ton contem­po­rain, ses dia­logues simples et francs, ain­si que pour les per­for­mances réus­sies de ses ac­teurs.

PHOTO D’ARCHIVES

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.