LA MUSE CRUZ

Un chaud vent d’An­da­lou­sie a souf­flé cette se­maine dans les clubs vi­déo de la pro­vince, où dé­bar­quait en­fin le DVD d’Étreintes bri­sées, su­perbe 17e long mé­trage de Pe­dro Al­mo­do­var, avec Pe­né­lope Cruz en proue.

Le Journal de Montreal - Weekend - - CINÉMA - Me­dia­film.ca

brillam­ment ar­ti­cu­lé, dont les thèmes por­teurs sont trai­tés à la fois avec lé­gè­re­té et pro­fon­deur.

À ce jour, il consti­tue éga­le­ment le plus grand dé­fi d’in­ter­pré­ta­tion de l’ac­trice de 35 ans, qui a re­çu l’an pas­sé l’Os­car de la meilleure ac­trice de sou­tien pour sa pres­ta­tion dans Vi­cky Cris­ti­na Bar­ce­lo­na de Woo­dy Al­len.

« Toutes mes ex­pé­riences avec Pe­dro ont été uniques », confiait-elle à Me­dia­film.ca lors du der­nier Fes­ti­val in­ter­na­tio­nal du film de To­ron­to, où elle était ve­nue faire la pro­mo­tion d’Étreintes bri­sées. « Il me donne la pos­si­bi­li­té de jouer des per­son­nages qui sont dif­fé­rents entre eux et dif­fé­rents de moi. Tout ce que je de­mande d’un ci­néaste, c’est qu’il voie en moi quelque chose que je ne sau­rais voir moi-même. »

Pour Pe­dro, elle s’est ré­in­ven­tée dans Vol­ver en mère ou­vrière qui, après avoir ca­ché le ca­davre de son ma­ri tué par sa fille ado­les­cente, voit ré­ap­pa­raître dans sa vie le fan­tôme de sa mère dis­pa­rue. Su­per­sti­tions et tra­di­tions in­so­lites sont au coeur de ce film dans le­quel le ci­néaste met en scène avec une grande maî­trise un ré­cit su­blime,

FILMS EM­BLÉ­MA­TIQUES

Vol­ver et Étreintes bri­sées res­tent les deux films les plus em­blé­ma­tiques de la col­la­bo­ra­tion Al­mo­do­var-Cruz, amor­cée en 1997 avec En chair et en os. Dans cet opus mi­neur sur le mode du film noir, l’ac­trice te­nait un pe­tit rôle, ce­lui d’une pros­ti­tuée ac­cou­chant dans un au­to­bus, une nuit de Nou­vel An, de ce­lui qui de­vien­dra le hé­ros du film. Deux ans plus tard, Al­mo­do­var lui confie un autre rôle se­con­daire, cette fois dans un film ma­jeur : Tout sur ma mère.

Cruz y joue une jeune re­li­gieuse sé­ro­po­si­tive, en­ceinte d’un en­fant conçu avec un tra­ves­ti, qui croise la route d’une femme lan- cée à la re­cherche du père de son fils dé­cé­dé.

Tant de femmes, tant de vi­sages qu’Étreintes bri­sées, d’étrange fa­çon, semble vou­loir en faire la syn­thèse. Car Le­na est en ef­fet un per­son­nage triple, qui se ré­in­vente de­vant le mi­roir, par le cos­tume, la per­ruque, bien que sa vé­ri­table iden­ti­té de­meure une énigme. « Dans un film comme ce­lui-là, le cos­tume et l’ap­pa­rence du per­son­nage sont très im­por­tants et les es­sayages m’ont beau­coup gui­dée dans mon tra­vail. C’est la force d’Al­mo­do­var : son oeuvre est riche sur le plan vi­suel, riche sur le plan du ré­cit. C’est la com­bi­nai­son de ces deux élé­ments qui font de lui un ci­néaste si ex­tra­or­di­naire. Seuls les grands at­teignent cet équi­libre. » À quand une pro­chaine col­la­bo­ra­tion ?

PHOTO D’ARCHIVES

Pe­dro Al­mo­do­var et Pe­ne­lope Cruz à Ma­drid, en 2009.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.