ÉTREINTES BRI­SÉES

Le Journal de Montreal - Weekend - - CINÉMA -

Ma­teo Blanco a per­du la vue dans un ac­ci­dent de voi­ture sur­ve­nu il y a 15 ans. De­puis, sous le pseu­do­nyme de Har­ry Caine, l’ex-réa­li­sa­teur écrit des scé­na­rios. Die­go, le fils de son agente Ju­dit, lui prête main-forte. Ce der­nier s’étonne de la ré­ac­tion pa­ni­quée de sa mère à la suite de la vi­site chez Har­ry d’un ci­néaste gai, fils de l’homme d’af­faires Ernesto Mar­tel. À la fa­veur d’un voyage à l’étran­ger de Ju­dit, Har­ry ra­conte l’his­toire à Die­go. En 1994, à la re­cherche de l’ac­trice prin­ci­pale de sa co­mé­die Filles et

va­lises, il en­ga­gea Le­na, maî­tresse de Mar­tel. Ob­ses­si­ve­ment amou­reux et très ja­loux, ce der­nier dé­ci­da de pro­duire le film et de confier à son fils la réa­li­sa­tion d’un do­cu­men­taire sur le tour­nage, his­toire de gar­der Le­na à l’oeil. Ce qui n’em­pê­cha pas la jeune femme de s’en­ga­ger dans une liai­son avec son réa­li­sa­teur.

CE QU’ON EN PENSE

Sur des thèmes qui lui sont fa­mi­liers : l’amour ob­ses­sion­nel, la ma­ni­pu­la­tion, les se­crets de fa­mille, les doubles, Pe­dro Al­mo­do­var brode de fines va­ria­tions au fil d’un scé­na­rio dense et com­plexe, mais d’une for­mi­dable flui­di­té nar­ra­tive. Son mé­lo­drame sen­ti­men­tal ar­ti­cu­lé au­tour de mul­tiples triangles amou­reux se veut avant tout une vi­brante lettre d’amour au ci­né­ma ain­si qu’à Pe­né­lope Cruz, ma­gni­fiée dans des plans d’une beau­té si­dé­rante. Ma­niant de fa­çon brillante les mises en abîme, l’au­teur épate en in­té­grant à son ré­cit un pas­tiche de sa co­mé­die

Femmes au bord de la crise de nerfs.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.