Des femmes d’ex­cep­tion dans la pa­trie de Jean Fer­rat

Le Journal de Montreal - Weekend - - TOURISME -

AR­DÈCHE, France | Les unes s’ac­crochent à leur ter­roir et trouvent les moyens de conti­nuer d’y vivre. Les autres, à la suite d’un coup de coeur, ont choi­si de ve­nir s’y ins­tal­ler. Elles forment, au sein de l’Ar­dèche - la (belle) mon­tagne chan­tée par Jean Fer­rat (dé­cé­dé le 13 mars der­nier) - , un ré­seau de femmes d’ex­cep­tion.

Les monts d’Ar­dèche des­sinent une na­ture tout en dou­ceur où pré­do­minent les es­paces boi­sés et où les terres culti­vables se comptent en pe­tits lo­pins.

Du­rant des gé­né­ra­tions, les fa­milles ru­rales y ont sur­vé­cu de peine et de mi­sère, puis les jeunes sont par­tis vers les villes afin de ga­gner leur vie. À pré­sent, le mou­ve­ment tend à s’in­ver­ser.

Les belles mai­sons de ferme, en pierre gra­ni­tique, ont trou­vé pre­neurs. De nou­veaux ré­si­dants, pour beau­coup des re­trai­tés, ve­nus de l’Hexa­gone comme des pays voi­sins, ont dé­ni­ché là leur havre de paix.

Plu­sieurs de ces de­meures ont aus­si été ré­no­vées par des per­sonnes dé­si­reuses de se don­ner un autre rythme de tra­vail et un autre style de vie en of­frant le gîte et le cou­vert.

De plus, ces per­sonnes tiennent à par­ta­ger avec leurs hôtes leur pas­sion du ter­roir. Au nombre de ces nou­veaux Ar­dé­chois, plu­sieurs femmes se dé­marquent.

UNE FERME-AU­BERGE

Sur les hau­teurs de Chi­rols, Pas­cale Van Der­lin­den a ré­no­vé Les Champs d’Au­bi­gnas pour en faire une fer­meau­berge.

Pas­cale crée des plats suc­cu­lents à par­tir de ses pro­duits bio, en s’in­gé­niant à as­so­cier di­verses sa­veurs, comme dans le ve­lou­té de cèpes en croûte, la soupe de châ­taignes ou l’agneau aux lé­gumes confits.

Guide de mon­tagne di­plô­mée, Pas­cale est en me­sure d’ac­com­pa­gner ses hôtes (la ferme com­prend un gîte d’étape) en randonnée à pied ou à vé­lo tout ter­rain.

Pas­sion­née de géo­lo­gie, elle vous parle, entre deux ser­vices, des di­vers pay­sages et des ter­roirs ar­dé­chois se­lon la pré­sence ici du cal­caire, là du gra­nite, ici du ba­salte, là-bas du schiste.

UNE « AL­LU­MÉE DU GOÛT »

À La ferme du Mon­teil, à Jau­jac, Ca­the­rine Brun a créé une mai­son d’hôtes qui pro­pose des chambres, mais éga­le­ment des re­pas sur de­mande.

Avec son homme, elle cultive des jar­dins et élève des mou­tons. « Quand on n’a pas de pro­duits, il y a des col­lègues qui en ont », dit-elle.

Ca­the­rine cultive quelque 80 va­rié­tés de to­mates, d’au­berges, de poi­vrons, de lai­tues, etc. « Ce qui nous in­té­resse, c’est d’ex­plo­rer la di­ver­si­té du monde vé­gé­tal et de la faire goû­ter, sans au­cun dogme », pré­cise-t-elle.

Ca­the­rine Brun fait par­tie de l’as­so­cia­tion des Me­nus cu­rieux qui re­groupe une ving­taine d’«al­lu­més du goût » que la di­ver­si­té vé­gé­tale, celle des va­rié­tés culti­vées comme celle des es­pèces sau­vages, in­té­resse.

LE PICODON DE VI­VIANE

Sur sa ferme de 18 ha (dont 3 ha sont la­bou­rables), si­tuée à Dé­saignes, Vi­viane Bruyère élève une tren­taine de chèvres qui lui four­nissent le lait né­ces­saire à la fa­bri­ca­tion du picodon.

Outre ce fro­mage d’Ap­pel­la­tion d’ori­gine contrô­lée (AOC), elle vend sur les mar­chés des alen­tours des ti­sanes pro­ve­nant de son jar­din de plantes, des la­pins, des confi­tures de fruits sau­vages bio et des châ­taignes.

« C’est une ferme qui n’est pas per­for­mante et qui ne suit pas le pro­grès tech­nique. Je veille avant tout à ce que mes chèvres soient en san­té. Elles sont gé­né­reuses pour moi », dit-elle.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.