Une an­née TITANES

Les dieux sou­rient à Sam Wor­thing­ton, ac­teur aus­tra­lien de 33 ans. Il tient pour la troi­sième fois cette an­née le rôle prin­ci­pal dans une mé­ga­pro­duc­tion.

Le Journal de Montreal - Weekend - - CINÉMA - Agence QMI

La re­prise du Choc des Ti­tans, qui se­ra sur nos écrans en ver­sion 2D et 3D ven­dre­di, nous pré­sente Wor­thing­ton dans le rôle de Per­sée, le de­mi-dieu fils de Zeus, in­car­né par Liam Nee­son, qui doit vaincre des monstres my­thiques comme la Mé­duse et sa che­ve­lure en noeuds de vi­pères ain­si que le Kra­ken.

Troi­sième mé­ga-pro­duc­tion pour Wor­thing­ton, donc : cette re­prise du film de 1981 fait suite à Ter­mi­na­tor Sal- va­tion, où il jouait un cy­borg, et à l’im­men­sé­ment po­pu­laire Ava­tar, film qui, aux der­nières nou­velles, avait en­gran­gé plus de 2,6 mil­liards $.

Heu­reu­se­ment, le suc­cès ne lui est pas en­core mon­té à la tête. « Je ne cherche pas à de­ve­nir une ve­dette, tout ce que je veux, c’est ra­con­ter des his­toires. Si vous vou­lez de­ve­nir une ve­dette, par­ti­ci­pez à Big Brother, lance-t-il. Écri­vez ce que vous vou­drez à mon su­jet sur les sites Web et dans les im­pri­més : per­sonne ne me connaît vrai­ment. Les gens s’ima­ginent que je suis du type hé­ros en­dur­ci, mais en réa­li­té, je suis un cha­ton vul­né­rable. »

Le pro­duc­teur du Choc des Ti­tans, Ba­sil Iwa­nyk, se sou­vient de Wor­thing­ton comme d’un ac­teur « maigre et ti­mide » lors de leur pre­mière ren­contre en pré­vi­sion du rôle de Per­sée.

PRO­CHAINE MÉGAVEDETTE

« Il était une fois ce mec aus­tra­lien qui a re­çu un coup de té­lé­phone de James Ca­me­ron et qui, lors d’un congé de trois jours, s’est en­ga­gé dans le pro­jet de Ter­mi­na­tor pour se re­trou­ver peu de temps après dans une salle de confé­rence pour par­ler du Choc des Ti­tans. Je crois cer­tai­ne­ment qu’il res­sent la pres­sion de tous ces gens qui croient qu’il se­ra la pro­chaine mégavedette. Il sait qu’il faut tra­vailler fort pour ob­te­nir de bons ré­sul­tats et le Sam que vous voyez au­jourd’hui est beau­coup plus confiant que ce­lui d’an­tan. »

Se­lon le réa­li­sa­teur Louis Le­ter­rier, Wor­thing­ton a re­çu une le­çon d’hu­mi­li­té en fai­sant connais­sance avec le suc­cès. « Je me di­sais la même chose que tous les jour­na­listes : “Est-ce qu’Ava­tar se­ra un bon film ?” Per­sonne ne le sa­vait. C’était d’ailleurs as­sez ri­go­lo, car cer­taines scènes que nous avons dû re­prendre pour le Choc ont été tour­nées après la sor­tie d’Ava­tar et, sou­dai­ne­ment, il était très dé­ten­du. »

Dé­ten­du, mais pas suf­fi­sant. Wor­thing­ton af­firme être bien cons­cient des risques en­cou­rus, même lors­qu’il s’agit d’un suc­cès presque as­su­ré comme le

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.