PA­RIS

Le Cirque du So­leil, Cé­line Dion, Nine Inch Nails, Ar­cade Fire et Ma­don­na ne sont que quelques ar­tistes qui ont dé­jà de­man­dé la col­la­bo­ra­tion de l’en­tre­prise mont­réa­laise Mo­ment Fac­to­ry, spé­cia­li­sée en mul­ti­mé­dia et tech­no­lo­gie in­ter­ac­tive. Le Jour­nal est

Le Journal de Montreal - Weekend - - NEWS -

Ce di­manche, Mo­ment Fac­to­ry fran­chi­ra une nou­velle étape dans sa jeune exis­tence de onze ans en par­ti­ci­pant au spec­tacle de la mi-temps du Su­per Bowl, avec Ma­don­na et le Cirque du So­leil.

« Ce pro­jet est très co­hé­rent avec le dé­ve­lop­pe­ment de Mo­ment Fac­to­ry, dit Éric Four­nier, pro­duc­teur exé­cu­tif et par­te­naire dans la boîte de­puis 2007. L’évé­ne­men­tiel a tou­jours été la force de l’en­tre­prise. Nous avons la ca­pa­ci­té de com­plé­ter les choses dans un mo­ment ex­trê­me­ment pres­sant, où il n’y a pas de marge de ma­noeuvre. »

Une vi­site dans les grands lo­caux de Mo­ment Fac­to­ry (20 000 pieds car­rés), sur la rue Hut­chi­son, près de Van Horne, nous per­met de voir tout le four­mille­ment très créa­tif de la com­pa­gnie née en 2001.

À l’en­trée, on y re­trouve une grande hor­loge qui s’ac­tive au moyen d’un simple ta­pe­ment de mains. Plus loin, on peut voir les ma­quettes de la scène du spec­tacle de Cé­line Dion ou en­core du par­le­ment d’ot­ta­wa. Dans l’aire de « dé­tente », il y a une bat­te­rie avec des di­vans. On y a aus­si aper­çu une an­tique table de hockey « Jean Bé­li­veau ».

Soixante em­ployés de douze pays dif­fé­rents se trouvent dans ces lo­caux, di­vi­sés dans les équipes tech­no­lo­giques, d’environnement, de créa­tion de­si­gn et de pro­duc­tion.

DÉ­BUTS DANS LES RAVES

Au mo­ment de notre pas­sage, cer­tains concep­teurs man­quaient à l’ap­pel, eux qui étaient par­tis à In­dia­na­po­lis pour tra­vailler sur le spec­tacle avec Ma­don­na. Les autres se pro­met­taient d’or­ga­ni­ser un grand par­ty pour re­gar­der le Su­per Bowl, dans les bu­reaux de Mo­ment Fac­to­ry, di­manche soir.

Alors qu’on en­tend de plus en plus par­ler de la com­pa­gnie mont­réa­laise (elle est aus­si der­rière le vi­suel de l’émis­sion Le tri­cheur, à TVA), Mo­ment Fac­to­ry a com­men­cé de fa­çon très mo­deste, en 2001.

« À l’époque, c’était les raves, dit Éric Four­nier. Do­mi­nic Au­det (di­rec­teur des tech­no­lo­gies), Sak­chin Bes­sette (di­rec­teur créa­tif) et Ja­son Ro­di se sont mis à faire du vi­suel pour ces évé­ne­ments-là. En 2003, le Cirque du So­leil les a ap­pe­lés pour tra­vailler sur ses fa­meux par­tys. C’est à ce mo­ment-là que Mo­ment Fac­to­ry s’est mis à de­ve­nir une boîte qui fai­sait beau­coup de pro­jets de type évé­ne­men­tiel. »

En 2005, la boîte a aus­si com­men­cé à tra­vailler sur des pro­jets per­ma­nents. L’an­née sui­vante, elle était en­ga­gée pour faire le Bar Re­vo­lu­tion, à Las Ve­gas, dans le cadre du spec­tacle Love, du Cirque du So­leil et des Beatles.

De fil en ai­guille, les de­mandes ont aug­men­té. Mo­ment Fac­to­ry a été sol­li­ci­té aux États-unis et en Eu­rope.

LI­VRER LA MAR­CHAN­DISE

L’an der­nier, la com­pa­gnie tra­vaillait avec Cé­line Dion sur son nou­veau spec­tacle, à Las Ve­gas. « On a vrai­ment concep­tua­li­sé le spec­tacle avec eux, dit Me­lis­sa Wei­gel, réa­li­sa­trice mul­ti­mé­dia se­nior. On a tra­vaillé en créa­tion ici à Mon­tréal, puis on s’est ren­du sur place pour le com­plé­ter dans une si­tua­tion live. Ce que j’aime de Mo­ment Fac­to­ry, c’est l’es­prit d’in­no­va­tion. On a des règles, mais on est sou­vent là pour faire des choses pour la pre­mière fois. Il y a aus­si un es­prit fa­mi­lial avec beau­coup de per­sonnes qui ont des ta­lents dif­fé­rents. »

Étant gran­de­ment po­pu­laire, ici comme à l’étran­ger, on en vient à se de­man­der si l’en­tre­prise qué­bé­coise est toute seule dans son cré­neau. « Il y a une émer­gence du monde mul­ti­mé­dia avec plein de pe­tites boîtes ex­trê­me­ment in­no­va­trices, re­marque Éric Four­nier. Mais avec toutes les réa­li­sa­tions de Mo­ment Fac­to­ry, ce­la nous fait une carte de vi­site hy­per im­por­tante. C’est une as­su­rance pour le client qu’on va li­vrer la mar­chan­dise. »

EX­PAN­SION À L’ÉTRAN­GER

Tan­dis qu’une équipe de Mo­ment Fac­to­ry tra­vaille avec achar­ne­ment sur le spec­tacle du Su­per Bowl, une autre a par­ti­ci­pé aux concerts que le rap­peur Jay-z va don­ner au Car­ne­gie Hall de New York, lun­di et mar­di. « C’est la pre­mière fois qu’un rap­peur se pro­duit à cet en­droit. Ça re­pré­sente un beau dé­fi créa­tif », dit Éric Four­nier.

La boîte vient aus­si de li­vrer son pro­jet mul­ti­mé­dia pour La Vi­trine, qui se trouve dans le Quar­tier des spec­tacles. Et elle tra­vaille avec Eu­ro­news, à Lyon, en France, pour ha­biller la chaîne de té­lé­vi­sion.

Avec une ex­pan­sion qui se pour­suit tou­jours pour Mo­ment Fac­to­ry, les pro­chaines am­bi­tions sont d’ajou­ter des an­tennes à l’étran­ger. « Ça fait par­tie de notre plan de dé­ve­lop­pe­ment, dit Éric Four­nier. Pour conti­nuer d’as­su­rer le suc­cès de Mo­ment Fac­to­ry, il faut se rap­pro­cher des en­droits où se fait la créa­tion, que ce soit en Eu­rope, en Ca­li­for­nie ou à New York. On va conti­nuer d’agran­dir notre stu­dio ici, à Mon­tréal, mais d’ici un à deux ans, on va avoir une pré­sence à l’étran­ger. On est ren­du là. »

Ra­phaël Gen­dron-mar­tin RA­PHAEL.GEN­DRON-MAR­TIN@JOUR­NALMTL.COM

Éric Four­nier, pro­duc­teur exé­cu­tif et par­te­naire de Mo­ment Fac­to­ry.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.