QUAND L’ES­POIR OC­CUPE TOUTE LA PLACE

Le Journal de Montreal - Weekend - - THÉÂTRE - Louise Bour­bon­nais Col­la­bo­ra­tion spéciale

La pièce qui se veut un mes­sage d’amour et d’es­poir se prête par­ti­cu­liè­re­ment bien à l’ac­teur Émile Proulx-clou­tier qui semble por­té par des va­leurs po­si­tives. Fils de deux co­mé­diens, Ray­mond Clou­tier et Da­nielle Proulx, l’ac­teur cu­mule dé­jà les suc­cès tant à la té­lé qu’au ci­né­ma et même en tant que chan­son­nier et réa­li­sa­teur. Il a aus­si su faire ses armes au théâtre, où il a joué dans Mu­sique in­quié­tante au Ri­deau Vert en 2010-2011.

Ce n’est pas la pre­mière fois qu’émile Proulx-clou­tier touche de près ou de loin au si­da dans l’uni­vers de la fic­tion. D’ailleurs, dans son rôle de Maxime Cadieux dans la po­pu­laire sé­rie té­lé­vi­sée Toute la vé­ri­té, qui l’a ren­du cé­lèbre et ap­pré­cié du pu­blic, sa co­pine était in­fec­tée par le vi­rus du si­da. « Même mon chat a le si­da », lance-t-il.

COU­RAGE ET PER­SÉ­VÉ­RANCE

L’ac­teur pré­cise qu’il y aus­si une grande part de dua­li­té dans le com­bat de la ma­la­die entre la fa­ta­li­té et l’es­poir. « Même qu’on de­man­de­ra à Gil­do pour­quoi il dé­ploie au­tant d’ef­forts et d’éner­gie pour son frère. Car aux yeux des autres, son frère semble dé­jà mort. Pour­tant, pour Gil­do, il est hors de ques­tion d’en­vi­sa­ger la mort de son frère », ra­conte Émile Proulx-clou­tier. « Le coeur de la pièce se si­tue jus­te­ment dans la quan­ti­té de lu­mière que l’on peut dé­ver­ser dans une si­tua­tion où tout peut pa­raître sombre. »

À tout le moins, son frère ma­lade se­ra conscient des at­ten­tions par­ti­cu­lières de Gil­do afin de lui faire vivre de bons mo­ments. « C’est sans doute trou­blant pour quel­qu’un qui se consi­dère pra­ti­que­ment mort de voir un proche consa­crer son temps et son éner­gie pour ten­ter de lui ve­nir en aide », fait re­mar­quer l’ac­teur. « Tout au long de la pièce, le spec­ta­teur se­ra à même de se de­man­der ce que les ef­forts de Gil­do peuvent bien lui ap­por­ter, d’au­tant plus que son frère n’est pas tou­jours dans un état de ré­cep­ti­vi­té. Mais à la fin du spec­tacle, on com­pren­dra », dé­clare-t-il. Une his­toire où l’équi­libre os­cille entre la lu­mière et la ma­la­die

UNE SUR­PRISE ÉTON­NANTE

Le jour où la pièce se dé­roule n’en est pas un comme les autres. Gil­do a trou­vé quelque chose qui va sau­ver la vie de son frère. Il a le re­mède pour le gué­rir. « Gil­do est convain­cu qu’il ar­ri­ve­ra à gué­rir son frère, ajoute l’ac­teur. Ce jour-là, il ap­por­te­ra une sur­prise à son frère pour le sau­ver. »

Conscient de la dou­leur et la vul­né­ra­bi­li­té dont le pe­tit frère est plon­gé, Gil­do fe­ra preuve de té­na­ci­té et d’es­poir sans re­lâche en orien­tant ses ef­forts sur la vie qu’il peut lui re­don­ner en fai­sant abs­trac­tion à l’état avan­cé de la ma­la­die de son frère.

« L’im­por­tant dans cette pièce, ce n’est pas le ré­cit cli­nique, mais tout le voyage qui s’ef­fec­tue entre les deux frères et toute la part de l’ima­gi­naire qui pro­vient de Gil­do », pré­cise Émile Proulx-clou­tier.

Il est aus­si ques­tion d’un mé­di­ca­ment hors de prix et qui n’est pas ac­ces­sible à tout le monde. Pour­tant, Gil­do croit qu’il s’agit du re­mède qui pour­ra gué­rir son frère. Au­ra-t-il rai­son ? Le sus­pense est lan­cé.

Émile Proulx-clou­tier

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.